Avertir le modérateur

08/09/2006

LE LUXE (Deuxième épisode)

Me voilà au petit jour dans le TGV Paris-Genève.
Habillé du mieux possible selon ce que j'imagine être la tenue conforme à l'idée que pourrait se faire un patron du luxe d'un nouveau chef d'entreprise créatif dans le secteur des parcs et jardins.

Tant il est vrai qu'on n'a jamais deux fois l'occasion de faire une première impression.

Notez bien le "j'imagine". Il resservira.

Tandis que le train roule sous un soleil presque aussi radieux que moi, je suis surtout préoccupé par le profil des "cibles" de la communication Piaget.
Communiquer, c’est d’abord s’adresser à quelqu’un dans sa langue, son style et ses valeurs et je n’ai AUCUNE, mais alors strictement aucune idée sur qui sont ces gens qui, aux quatre coins du monde, s’achètent aujourd’hui de la joaillerie de luxe.

Bien sûr, “ma” princesse russe en a probablement reçu, acheté peut-être, porté à coup sûr dans ses grandes occasions. Mais nous n’avons rien échangé sur ce sujet et l’eussions-nous fait, je crois qu’elle en aurait ri, ramenant l’exposition de bijoux de valeur à la manifestation ostensible d’un signe de pouvoir.
D’une simplicité éclatante qui devait tout à l’élégance, au charme et à la courtoisie, elle n’avait aucunement besoin de pierreries pour être Belle, même à 85 ans.

Pour ce qui était de préparer un cadre jardinier à la montre qu’aurait pu désirer Mike Jagger, Elton John ou Madonna, j’avais bien quelques idées.

A l’évidence, celles-là ne seraient pas les bonnes pour l‘empereur du Japon.

Moins encore pour les gros parvenus du Texas.

Peut-être même seraient-elles dangereuses chez les souriants intégristes des émirats du Golfe.

Retard du train, téléphone immédiat pour prévenir de l’incident, “Pas de problème, on vous attend...” et après une course effrenée dans Genève, j’arrivais à l’heure dite au rendez-vous fixé.

Une charmante hôtesse m’invita à patienter le temps que l’on prévienne de mon arrivée dans un petit salon sur la table basse duquel trônait le catalogue de la maison et là...!

Il était là, leur luxe.

A suivre.

medium_rose_castel.JPG


Juste pour vous mettre sur la voie... Voilà un peu du mien ;-)

Commentaires

VMB sur la petite table, bien en vue. Un marque page en forme de poupée russe se détachait des du livre.

Voilà son trésor à la princesse

Écrit par : Human | 08/09/2006

Nan mais tu fais chier à faire durer le suspense.
Je dors plus, moi.
:)

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 08/09/2006

Voilà. Il y a des petits bonheurs comme ça, dans la vie...
Faire chier Monsieur Fontenelle n'est pas des moindres.
Pfffffff (Soupir d'aise)
;-)))))))))))))))))))))))))))))))))))))))

Écrit par : Murat | 08/09/2006

Pareil que le Monsieur du dessus !
Arrête de faire ton Eugène Sue et donne nous la suite !

Écrit par : La Quiche | 08/09/2006

Pareil que le Monsieur du dessus !
Arrête de faire ton Eugène Sue et donne nous la suite !

Écrit par : La Quiche | 08/09/2006

@ human
On est toujours le trésor de quelqu'un. Reste à trouver de qui et, plus difficile encore, à accepter d'être ce trésor que quelqu'un cherche.
@ guy
Peut-être faudrait-il rajouter un diamantaire pour le temps de transformer du carbonne en brillant. Du minéral à l'humain, en somme.
@ Grouchy
Tu ne vas quand même pas me coller tes retards sur le dos ?!!! Non mais tu imagines la scène, à Fontainebleau? "Pour Waterloo, s'cusez moi l'Empereur, j'étais sur les blogs à attendre un nouvel épisode!" Les fraises, c'était nul mais un jardinier peut comprendre. Mais là!

Mais, une fois, La Quiche, tu bégayes depuis ton têêêête à têêêêête avec la bistouquette du mânne/quin/pissssse, ou bien ?!!

Écrit par : Fleuryval | 08/09/2006

C'est la saleté de souris que j'ai dans mon bureau, elle répond à mes clics selon ses humeurs. Parfois ça fonctionne, parfois non et parfois pour se venger, elle en fait deux d'un coup. L'est pas très futée, quasi pire que moi à ce niveau là. T'as le droit d'effacer les doublons :p ou de les laisser si tu veux me faire passer pour une vieille radoteuse bègue du bout des doigts.

Écrit par : La Quiche | 08/09/2006

Fais gaffe, le luxe c'est contagieux, ca contamine...
A ton retour de Suisse, je t'enage à lire la seconded partie (aussi bonne que la première d'aillerus mais en rapport avec la Suisse) de
"United Emmerdement of New Order" de Massera !

Écrit par : bertranD | 08/09/2006

@ La Quiche
Amène ton chat au bureau. Ca calmera la souris ;-)
@ bertranD
Même pas peur du luxe. Reste à définir ce qu'il est...

Écrit par : Fleuryval | 08/09/2006

Blücher.
Moi, c'est Blücher.
Je sais que vous attendiez Grouchy.
Vous êtes pas les premiers à qui je fais le coup.
Ach, ach, ach !
Sagrés bédits Franzais! Ingorrichiples!

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 08/09/2006

Pauv' Grouchy. Pffffff I' sait même plus qui il est... V'là qu'il se prend pour Blucher, à présent! C'est dur de perdre sa tête si jeune, mais quoi, c'est quand même pas de notre faute si il arrive TOUJOURS en retard. Si faut TOUT LE TEMPS qu'on l'attende, si il donne des rendez-vous le 25 Août qu'on le retrouve vers le 1er Septembre, si quand on lui demande des nouvelles à midi on est rassuré vers 21:15!
Ca va lui faire un bien fou, la lecture du petit ouvrage sur le temps auquel je songe ces temps-ci ;-))))))
Bon, quand t'auras retrouvé tes esprits, file sur le DEL. Rassemblement des troupes. Y a un malfaisant qui traite Guy de "résistant vichyste". Allez, au galop!

Écrit par : Fleuryval | 08/09/2006

Ben moi, je trouve ça délicieux, cette histoire à épisodes …

Écrit par : Bernard Langlois | 08/09/2006

Ben moi aussi che... Heu, je trouve ça délicieux.
PS/ Leopold trepper n'est PAS un malfaisant.
On peut ne pas être d'accord avec lui.
Mais un malfaisant?
Diantre!

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 08/09/2006

@ Monsieur Fontenelle
Sans doute l'aurez vous observé, je ne suis pas un brillant intellectue et je me réfère plus souvent à Coluche qu'à Bergson ou à Kant.
Pourtant, il faut bien vivre. Avec si c'est possible plus de lumière que d'ombre. Sans trop d'états d'âme pour vous pourrir la vie.
Faute de vérités acquises définitivement, j'ai donc choisi d'adopter quelques principes qui ont fait leurs preuves.
Simples.
Tranquilles.
Immuables.
Comme: "Quand j'aime quelqu'un, je le défends"
"Si on cherche mon pote, on ME trouve".
"Si moi, pauvre hère, je l'aime bien, qui s'en prend à lui là où ça fait un mal qu'il ne méritait pas, je le nomme "malfaisant".
Mal
Faisant
C'est une invitation à
Mieux
Faire.
Ou à se méfier.

Écrit par : Fleuryval | 09/09/2006

Fleury, ce que tu nous décris-là c'est une morale de mafieu (ou de Mitterrand, c'est du kif).
Un pote, ça peut se gourrer ; et s'il se gourre et que c'est mon pote, je lui dis.
Pas de soutien inconditionnel, ni en politique (on sait où ça mène), ni dans la vie !
J'ai dit.

Écrit par : Bernard Langlois | 09/09/2006

Oui, Mr Fleuryval, je vous trouve bien luxueux, je sais même pas écrire ce mot, depuis que je lis votre blog. De la musique, des fleurs, du coeur, tout ça, ces beaux sentiments...
Vous faites dans la richesse inaccessible, vous là, faut prendre du temps, beaucoup de temps et time is money, n'est-il pas mr Fleuryval..

Écrit par : borneo | 09/09/2006

@ Fleuryval
Veuillez, je vous prie, lentement relire ce que vous écrit Bernard Langlois.
Le méditer, s'il vous plaît.
Vous en imprégner, le cas échéant.
Interro cet après-midi.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 09/09/2006

Hugh, grand sage Bernard Langlois!
Guy Birenbaum en "résistant vichyste" hier, moi en "mafieu mitterrandien" ce matin, à ce train-là Fontenelle sera "philosophe bousquetiste" avant midi. Quelque chose pourtant me murmure que tu ne serais pas totalement mécontent de nous trouver si un malfaisant allait raconter qu'on sent bien dans ton bloc-notes de Politis l'influence de Pierre Laval ;-))))))
Plus sérieusement.
Plus.
Sérieusement.
(Ca c'est l'effet Fontenelle. Soudain, un inconnu reprend son sérieux)
Je n'ai pas les éléments nécessaires pour porter un jugement sur la décision de Guy ne pas faire paraître son livre. Contenu, protagonistes, degré d'implication des donneurs d'ordre d'un côté, vulnérabilité des cibles de l'autre... Je ne peux donc pas apprécier sa décision et quand bien même, pour qui faudrait-il que je me prenne pour affirmer à mon pote qu'il se gourre?!
Par contre je crois en savoir assez sur les dangers réels possibles de l'affaire. Naturellement, je lui témoigne qu'en cas de péril, il peut compter sur moi.
Je crois humblement que ça peut peser dans sa balance de savoir qu'il n'est pas seul face aux risques encourus. C'est plus pécheur de l'île de Sein, en quelque sorte... Si tu m'appelles, je viens.

Plus légèrement, je sais aussi assez d'histoire militaire pour savoir qu'un général qui recule n'est pas forcément un général battu. (cf Austerlitz ;-))

@ borneo
Merci pour la richesse inaccessible ;-)))))))))))
Au train où vont mes "affaires" et selon l'opinion majoritaire dans mon entourage, il est à craindre que nous ne voyons cela que quelques années après ma mort...
Le temps n'est pas de l'argent, ami. Sinon, vous pensez bien, à 55 ans je pourrais payer mon éléctricité tout seul ;-)

@ Monsieur Fontenelle
Ma copie est déjà rendue. Mais j'attends depuis tellement longtemps le corrigé d'une autre ;-)))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))
Allez, un p'tit café!

Écrit par : Fleuryval | 09/09/2006

Précision : je ne parlais nullement du cas de Guy B. (pas plus d'opinion que toi là-dessus, et sans doute moins encore d'informations). Ma remarque était d'ordre général : on ne donne pas raison systématiquement à un ami parce que c'est un ami !

(Ex. Bousquet a livré des juifs ? P.ê, mais c'est mon ami … Ou Pelat à commis un délit d'initié ? Pas grave, c'est mon pote ! etc.)

Vois-tu ce que je veux dire ?

Écrit par : Bernard Langlois | 09/09/2006

Hugh, grand sage!
Je vois tout à fait ;-) Mais dans les cas que tu me proposes, ça ne PEUT PAS être mes potes.
CA.
NE.
PEUT.
PAS!
Maitenant, que mes amis se trompent, ça arrive tous les jours et je ne prends en général pas de gants pour le leur dire. Peut-être est-ce pour ça qu'il m'en reste assez peu.
Ceux qui restent restent aussi pour ça ;-))))))

Écrit par : Fleuryval | 09/09/2006

Alors on est d'accord !

Écrit par : Bernard Langlois | 09/09/2006

@ Bernard Langlois
Et tu m'en vois ravi, fier même! C'est donc d'un pas alerte que je m'en vais montrer ma copie au "petit" professeur ;-))))))
@ Sébastien Fontenelle
Vous noterez, si si, j'y tiens, après ça.
Quelle belle matinée que cette matinée-là!

Écrit par : Fleuryval | 09/09/2006

@ Bernard Langlois
Juste une petite précision complémentaire pour les deux auxquels tu faisais allusion.
Pour l'un, mon beau-père s'appelle Nathan Bercau, rescapé d'Auschwitz. Ca doit suffire pour te mettre sur la voie de mon sentiment à l'égard des "déportateurs".
Pour l'autre, il dirigeait la FNAC quand on a détruit tous mes disques sous le pilon. L'album s'appelait "Chateau l'Amour". C'est sans doute le titre qu'il n'a pas supporté ;-)))))))))))))

Écrit par : Fleuryval | 09/09/2006

@Fleury
Nathan Bercau, un militant d'exception ! La vie est marrante parfois, on a du militer dans les mêmes endroits avec ton beau-père, même s'il est beaucoup plus agé que moi !

Écrit par : Alain | 09/09/2006

Hé les gars! Hé!
Faut que je vous lise ça.
Vous allez moulil de lile.
Fleulyval qui éclit: "Je sais aussi assez d'histoire militaire".
Mais si, lappelez-vous.
Fleulyval.
Le gars dont on a tlanquillement lavagé le jaldin au plintemps.
Histoile que cent fleuls lefleulissent.
BEN POUL L'HISTOILE MILITAILE T'AS ENCOLE DU BOULOT FLEULYVAL!

Écrit par : Major Fu-Yao-Dong, division blindée "L'Orient Rouge" | 09/09/2006

@ AL1
Salut, mon éditeur que j'ai! Un homme d'exception dont le manuscrit de souvenirs cherche un éditeur. Si tu veux, je te fais lire la semaine prochaine ;-)
@ Major Fu-Yao-Dong
Vos chars, embourbés, derrière la rangée de groseillers depuis le printemps, commencent à rouiller. J'ai, pour dissimuler ces horreurs déglinguées aux yeux des promeneurs, fait courir sur eux quelques clématites et quelques rosiers lianes qui en font des tuteurs du meilleur effet. Les volubilis s'entortillent autour des canons. Du blanc, du rose...
Quand à votre agent de liaison, Sé Ba Tien, vous le trouverez comme à l'ordinaire prèt du jet d'eau, plein de mousse, se savonnant gaiement après son bain rituel dans ma fosse à purin.
Si vous restez en France quelques jours, venez déjeuner, glorieux vaincu. Ce sera un plaisir de vous faire visiter la mémoire militaire qu'on garde à Fontainebleau ;-))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))

Écrit par : Fleuryval | 09/09/2006

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu