Avertir le modérateur

15/09/2006

LE LUXE - IV° épisode

Un bus me monte de la gare jusqu’à l’école.

Direction “Le désert”, arrêt “Presbytère”. J’aime bien ce petit air "Tamanrasset” dans Lauzane, donnant au maître un petit côté Père de Foucauld ;-)

Je monte la rue.

Et là, je découvre que cette prestigieuse école est abritée dans un bâtiment si vilain, dans un environnement urbain tellement conventionnel et si peu élégant que des glycines, des roses et des bambous s’imposent!

medium_rudra.JPG

Qu’on fera ça de nuit et qu’au petit matin, les élèves et les profs arrivant pour les cours croiront s’être trompés.

Si Cristo emballe des ponts, j’ai bien l’intention moi de recouvrir "mon" monument sous les fleurs.

En attendant, vous pouvez aller vous promener à l’intérieur par vous-même en cliquant là
http://www.bejart-rudra.ch/

Pourquoi ai-je tant d’admiration pour Maurice BEJART?

Parce que cet homme a su populariser un art jusqu’à lui totalement élitiste: le ballet.

Et que j’aime sans réserve les hommes qui font grandir les hommes.

Me voilà dans l’école. Coup d’oeil à la cafétaria. Il n’y est pas.
Mains dans les poches, l’oreille aux aguets, je remonte le couloir des studios. Ca travaille de partout. Je n’ose entrebailler les portes.
On ne pérturbe pas ce qui se forge ici.

Revenant sur mes pas pour repartir, je hume à pleins poumons cette atmosphère d’intelligence, de grâce et de travail mélés.

Un peu comme un jardin où fleuriraient des gens.

Une porte entrebaillée. C’est l’administration.
Je frappe. “Entrez”.
“Le maître est-il ici ?
-Non, il est souffrant. C’est pour quoi?

Et là, je ne sais plus. Quoi dire? Qu’un jardinier de passage a fait le pari fou de parler avec lui?
Mon interlocuteur se rend compte de ma gène soudaine et se présente. Michel GASCARD, directeur adjoint de rudra. J’invente que je viens me renseigner sur les conditions d’inscription pour ma fille. Deux mensonges aussi énormes dans la même journée... Du jamais vu!
J’admire la petite fontaine électrique qui décore son bureau et j’évoque les jardins...
Quelques instants plus tard, je lui livre une idée à travailler ensemble : “Les attentats de beau”.

Il m’écoute tout sourire. L’événementiel, il aime.

Avant de prendre congé, je lui raconte une anecdote qui m’a fait grand plaisir.
Présentant voilà peu un projet de parc planté d’arbres souples pour que le vent le tienne en mouvement perpétuel, peuplés d’oiseaux, un interlocuteur m’avait surnommé “le béjardinier”. Et j’en étais bien fier.

Dans le train qui me ramenait à Paris, je méditais sur le luxe, encore.

Certes, je n’avais pas vu le maître. Mais j’avais fait la connaissance d’un nouvel artiste. Simple. Généreux. Curieux. Attentif. Ouvert au monde. Un grand. Un rare. De luxe ?

Un de ceux qui vous font oublier ces danseurs dont on se demande s’ils n’apprennent à sauter que pour chier de plus haut sur ceux qui les regardent.
medium_Vue_du_banc.JPG

Commentaires

J'aime à penser que la dernière phrase fera un jour le titre d'un livre de Fleuryval?
Ce serait dommage de la laisser perdre!
Mon salut sur vous camarade.

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 15/09/2006

@ Monsieur Fontenelle
Si, comme je le pense, elle peut aisément s'adapter en politique et s'avérer utile dans l'un de vos prochains billets, ce m'est un plaisir de vous en faire cadeau ;-)))

Écrit par : Fleuryval | 15/09/2006

D'ailleurs on devrait dire : "Comment fleurissez-vous aujourd'hui ?",
vous ne trouvez-pas ?

Écrit par : amarula | 15/09/2006

@ amarula
Excellente suggestion qui devrait être approuvée par acclamations au quartier des fleurs à Rungis ;-)

Écrit par : Fleuryval | 15/09/2006

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu