Avertir le modérateur

14/03/2007

MASSIFS APAISANTS GENETIQUEMENT MODIFIES ;-)

medium_Valeriane_001.jpgAugmentation hallucinante de la population de Fleuryland qui a vu arriver plus de deux mille nouveaux visiteurs uniques en un mois à peine: nous sommes ce matin 17 200!

Du coup, en appliquant une simple règle proportionnelle, je me dis qu’il doit bien y avoir un(e) ou deux nouveaux qui travaillent à l’INRA.

Alors comme je sens confusément que la modification génétique de la valériane va nous mettre Cèpe Debout (aka Bernard Langlois) chiffon, j’explique pour quoi faire et je demande si c’est possible ici, vu que quand je suis allé proposer ça au ministère de l’Agriculture, je me suis fait comme d’habitude botté en touche comme un vulgaire ballon de rugby par un haut fonctionnaire qui ne m’a jamais rappelé depuis.

Faut dire qu’il ne fait pas bon apprécier mon travail dans les ministères. Santé, Agriculture, Personnes âgées, tou(te)s ce(lles)ux qui m’ont reçu et s’apprètaient à m’aider ont été remplacés en général dans le mois qui suivait. Quand je les appelle, ils ne sont plus là. Jamais.

Semblerait que mes projets et moi-même ne soyons pas des éléments favorisant à l’excès les développements de carrière.

C’est pourquoi j’invite celles et ceux qui voudraient intervenir sur cette note à se choisir un pseudo indéchiffrable de loin derrière les fagots si leur fonction dépend de l’administration française. Ou à me répondre en code sur la BBC genre: “Et voici quelques messages personnels. Pompompompom. La valériane va les calmer. Je répète: La valériane va les calmer. Pompompompom.”
A l’ancienne...

Donc voilà, en gros, l’affaire.

Pour qui connaît les simples, (j’invite les autres à venir les découvrir à Milly-La-Forêt autour de la chapelle St Blaise où repose Jean Cocteau), on sait depuis la haute antiquité que la valériane et l’aubépine produisent des principes apaisants toujours utilisés dans l'homéopathie.
(Le premier qui rajoute: “Juliette malheu’euse” tend ses doigts pour le coup de règle!)

Mais ces principes actifs sont contenus dans la racine.

L’idée consisterait donc à faire en sorte que ces molécules se transférent via les tiges jusqu’aux fleurs et se libérent dans le parfum.

Ce qui me permettrait, dans les jardins des maisons de retraite et dans ceux des IME où la tension et la peur sont quasiment palpables, de créer des massifs apaisants avec des valérianes au sol et des aubépines en écrans ombrageants. Imagine Papi assis là au milieu sur son banc à regarder jouer les papillons dans le buddléia derrière: que du bonheur paisible.medium_aubepine_008.jpg

medium_buddleia.jpg

Seulement voilà: la nature n’a pas prévu ça et faudrait un peu l’aider.

D’où ma question aux généticiens horticoles: est-ce que ça vous paraît possible ?

Si c’est non, on oublie.
On plantera juste un carré de chichon et on apprendra à Mamie à rouler son pétard en écoutant Bob Marley. Je le sens promis à un bel avenir, le mouvement rasta, dans les EPAD ;-))))))

Par contre, si c’est oui, on s’y colle vite!

Et là, tout respect gardé pour les faucheurs de Moustache Akbar, z’auraient intérêt à venir nombreux s’ils songeaient seulement à me couper mes simples.

Parce qu’avec une fourche dans une main et une tronçonneuse dans l’autre, c’est quand même très puissamment armé, un jardiner ;-)

11:30 Publié dans Jardins | Lien permanent | Commentaires (26)

Commentaires

Comme toujours, ça c'est de l'idée tellement simple qu'on pourrait l'appliquer aux simples pour que les gens simples et humbles puissent en bénéficier.

Quant à la réalisation de la chose, je ne sais. En tout état de cause, je vais me plonger dans le fichier de mes anciens élèves, il serait bien le diable que j'en eusse point un dans ces endroits manipulateurs...

Quant aux faucheurs de Moustache Akbar - bien foutu d'avoir les 500 (un message de ce matin) - je pense pouvoir leur passer le message mais, ne mets jamais un uniforme bleu ou noir style robot-cop pour surveiller les plants...

Le soleil qui fait risette, un Fleuryval sur un cheval de bataille, un boeuf bourguignon avec Johnmarguerite et Florence (joli prénom)...que demande le peuple...si ce n'est d'un peu plus de considération et d'intérêt pour les idées qui ne dégagent pas obligatoirement des profits et des cotations en bourse.

Seul bémol...Côte du Rhône. Classique. Je pense qu'un Cahors ou un Gaillac auraient mieux fait l'affaire, mais...Ne pinaillons pas.

La bise à tous.

Écrit par : GPMarcel | 14/03/2007

;-) Merci !
Pour ce qui est de dégager quelques profits, si nous réussissons le tour de magie génétique des massifs apaisants, je vois bien quelques maires de villes "sensibles" m'en commander quelques uns au pied des tours. Peut-ête même dans la cour de l'école, ces temps-ci.
Même qu'avec le ch'tit bénéfice, on pourrait commander du Cahors plutôt que le pichet du jour. Si! Pour arroser notre entrée en bourse ;-)
Pour l'uniforme, en semaine c'est tenue léopard et les dimanches et fêtes veste négligement posée sur l'épaule façon hussard premier empire. Ca ira?

Écrit par : Fleuryval | 14/03/2007

honte à moi qui de formation scientifique est
je ne comprends rien à tes genes modifiés
je te lis quand même et par la même le GPMarcel
je passe le bonjour aux Libres de Fleuryland

Écrit par : younes | 14/03/2007

Ce matin est en cheveux.

Une petite brume d'altitude cache les premiers rayons et s'étire comme des cheveux en pluie horizontale puis descend calmement pour couvrir de rosée les herbes d'une première tonte.

Au loin, un tracteur tourne déjà. On lisse les allées de vigne pour que le travail d'homme se fasse à pieds sûrs.

Je vais me mettre à l'unisson de la saison.
Respecter le temps qui te domine et se couler humble dans les travaux à effectuer pour le jardin, le verger, la beauté, l'accessibilité, l'oeil...

Je vérifie si ma pierre-aiguise est dans ma poche arrière du pantalon de travail. Je la tâte, elle est là.

Le bonnet, j'y vais.

Il est déjà 8 heures 30. (6h1/2 au soleil)

Écrit par : GPMarcel | 15/03/2007

En travaillant, tilt...7h 1/2 au soleil!

Écrit par : GPMarcel | 15/03/2007

@ younes
Brillant comme tu es, si tu ne comprends pas, c'est sans doute que j'ai mal expliqué. Donc j'y retourne plus posément.
La valériane, l'aubépine, mais aussi la passiflore et la ballote possèdent des vertues apaisantes qu'il faut EXTRAIRE des plantes.
Ces "extraits" composent un médicament appelé Euphytose qu'on donne pour réduire la nervosité des adultes et des petits au-delà de six ans.
Ma question est donc: par mutation génétique, pourrait-on faire en sorte qu'elles libèrent leurs propriétés toutes seules via la fleur par le parfum, comme des maïs ou des colzas génèrent leurs propres défenses contre les maladies ou les insectes qui les attaquent ?
En plus simple encore, 1- est-il envisageable de faire passer la molécule apaisante contenue dans la racine, la tige ou les feuilles jusque dans la fleur?
2 - Si oui, pourrait-on faire en sorte qu'elle soit tellement légère qu'elle intègre le pollen, qu'une abeille la décolle et qu'un souffle de vent la disperse alentours? Comme sous une petite brise un nuage de parfun venait calmer les gens.
Tu vois les lacrymos dans les manifs ?
Ben c'est juste le contraire.

'tain, si là c'es pas clair, je pars en stage intensif Freinet chez GPMarcel.
Rassure-moi, GPMarcel, t'as bien pigé la manoeuvre, toi ?
Et si je m'y suis pas bien pris, comment tu lui expliquerais, toi, à Younes?
Merde! Après tout, c'est toi, le maître d'école espérimenté!!!

Il est bien ce petit younes. Chaleureux, attentif, souvent pertinent, même tendre parfois. Rappelle-toi comme c'était juste et beau quand t'as perdu "Casquette"? Il mérite qu'on s'en occupe.
Bien sûr, s'il patine un peu, on prendra un peu plus de temps avec lui. Des trucs plus simples pour commencer. Le greffon, la création rosiériste... Un peu de patience, beaucoup d'amour... On va bien finir par trouver comment lui faire comprendre l'hypothèse qu'on cherche. Sûr qu'il en a les moyens. A nous d'en avoir le talent. ;-)

Écrit par : Fleuryval | 15/03/2007

Je rentre du théâtre un peu sur les genoux.
T'as tout bien dit Fleuryval. Dans l'ordre et tout: un, deux.

Faut que Younes dise. Sinon, je tenterai mon explication.
Mais la tienne, ami, tiens la route.

T'as raison quand même, les Hommes libres ne sont pas flagorneurs pour deux sous. Ils comprennent pas, ils te le disent. En face, sans détours.
C'est aussi une caractéristique de la Liberté.

Écrit par : GPMarcel | 15/03/2007

;-) Vais me coucher fier et content.
C'est vrai que tu ne peux pas ête libre quand tu n'as pas compris.
Avec en plus une petite idée malicieuse pour un grand concours de flagornerie directement inspiré par Vive le feu (qui nous manque) et Arlette (qui nous gâte). Ca ne devrait pas pleurer, ce week-end ;-))

Écrit par : Fleuryval | 16/03/2007

Merci infiniment ! Là, c'est très clair en effet... et très instructif aussi. Mon père croyait beaucoup aux effets thérapeutiques des plantes, je ne sais pas comment il a fait, mais il a réussi à se soigner d'une tuberculose en ayant recours à la "médecine traditionnelle". Enfin, c'est ce qu'il me répétait tout le temps. Il me disait "En chaque plante, il y a une vertu inébranlable", désolé pour la traduction ;-)
La question est pertinente en effet. Je me la pose en ces termes :
autoriser les manipulations génétiques parce qu'il y a des avantages "présumés" à en tirer ?
Je ne suis pas vraiment sûr que ce soit un bon choix.
Je crois que toute démarche influe sur l'univers et le fait évoluer, sauf que l'être humain ne maîtrise rien dans ce processus et malheureusement d'autres organismes et êtres vivants risquent d'en payer le prix.
Je pense aussi que l'homme est responsable de lui-même, ce qui est légitime, mais en plus il est responsable des autres créatures de la même façon. Il a ce don incroyable de décider de la Terre et pour la Terre, tout en étant extrêmement fragile devant cet élément cosmique.
En clair, je me dis que si je modifie A qui est une partie infinitésimale d'un corps vivant B, ne provoquerai-je pas un processus irréversible sur A', autre partie infinitésimale de B ?
infinitésimale, parce que, la dimension du petit vaut celle du grand et que tout est question d'échelle.

Un atome, qui vaut rien à notre échelle est incroyablement vaste si on se met à la sienne, d'échelle.

C'est compliqué, hein ? je vous l'accorde.

Je pars pour une petite semaine dans mon Sudmed, je vous ramenerai des cornes de gazelle et de la menthe verte.
On fera un bon thé à Fleuryland ou chez des amis et on méditera sur tout ça.

je vous emporte avec moi, dans mon coeur

Biz

Écrit par : younes | 16/03/2007

Ben mazette! GPMarcel qui me félicite et Younes qu'a tout compris: vais peut-être demander ma réintégration dans le corps enseignant, moi...
Mais dis-moi, entre nous, Younes, tu as toujours peur de tout, comme ça?
Tu principedeprécautionnises tout le temps ?
Ca doit être invivable! ;-)
Heureusement que nos grands-pères et nos pères se posaient pas tant de questions sinon on serait encore sur le Chemin des Dames et Nathan serait jamais rentré. Tu te rends compte que tu écris ça le lendemain de la mort de Lucie Aubrac, j'espère? "Non, mon général. J'y vais pas! L'obus ennemi est peut-être génétiquement modifié et on raconte partout dans les médias que le nazi a peut-être la grippe aviaire... Tant que j'ai pas la preuve du contraire, je bouge pas!"

Bon voyage dans ton Sudmed. Si tu n'en es pas trop loin, passe déposer une fleur de ma part sur la tombe de Matoub Lounes.
En hommage aux "précautions" qu'on ne doit pas prendre.

"Je vous emporte avec moi, dans mon coeur"
Merci ;-) OK. On vient!

T'as pas mangé de maïs américain récemment, au moins?
Galipette de mwarf!

Écrit par : Fleuryval | 16/03/2007

n'étant point scientifique (vous l'auriez déjà remarqué), je me garderais bien de toute opinion sur les manipulations génétiques, mais, tirant volontiers (c'est à dire tous les soirs) sur de délicieusement odorantes cigarettes amoureusement roulées à la main et contenant un savant mélange de tabac et d'herbe de pelimpimpin (ou perlinpinpin? GPMarcel, en tant que pédagogue qu'en penses-tu? ), je suis extêmement favorable à tout ce qui peut , de façon naturelle (les plantes) aider les anciens, ou plus généralement qui souffre, à oublier sa douleur.
pour tout dire cela me semble humain, civil, le minimum que l'on puisse faire pour soulager autrui de ses misères.

dans les tribus amazoniennes que l'on dit primitives, quand les femmes accouchent, on leur fait mâcher des feuilles de coca, pour apaiser la douleur.

mais dans notre civilisation judéo chrétienne il faut souffrir et souffrir encore, pour gagner une place au paradis où l'on aura le privilège de prendre place au milieu d'une bande de frustrés qui ont, en leurs temps, renoncé aux plaisirs terrestres.

Écrit par : céleste | 17/03/2007

(C’est un troll, mais pour la bonne cause, celle de la nature qui est là, qui nous attend et nous aime - si on l'aime d'abord !)

Magnifique pub-télé sur Merde-chose pour la carte Machin, un truc qui permet de dépenser encore plus de fric dans la grande surface éponyme. Où l’on voit la famille Bidule, dans une caisse naze tirant une caravane pourrie, suivre une vol de migrateurs pour avoir sa route au lieu de consulter un gépéèsse (avec flash sur le chiard qui s’emmerde derrière parce qu’il est loin de sa plaie-stécheune et de son chatte èmèsène). Résultat : ils se retrouvent seuls (en vacances, tout ce que j’aime) sur un chemin de campagne et passent la soirée non devant leur télé mais des ébats nocturnes de hérons. Tiens, en voilà des hérons :

...Penny chuchota : « Suis-moi. Nous nous approcherons le plus possible. » Il tendit le doigt : « Les hérons sont en train de danser leur danse nuptiale. »

Jody aperçut au loin les grands oiseaux blancs. Son père avait des yeux d’aigle, se dit-il. Ils se mirent à quatre pattes et avancèrent lentement en rampant. De temps à autre, Penny se couchait à plat ventre et Jody se couchait derrière lui. Ils atteignirent un bouquet de hautes herbes et Penny lui fit signe de se cacher derrière. Les oiseaux étaient si près qu’il semblait à Jody qu’il aurait pu les toucher avec son long bambou. Penny s’assit sur ses talons et Jody l’imita. Il ouvrait de grands yeux. Il compta les hérons en fête. Ils étaient seize.

Les hérons dansaient une espèce de cotillon aussi bien réglé que ceux qu’on dansait à Volusia. Deux d’entre eux se tenaient à l’écart, droits et blancs, faisant une étrange musique, moitié cri moitié chant. Le rythme en était irrégulier comme celui de la danse. Les autres oiseaux formaient un cercle. Au centre du cercle, quelques-uns remuaient en sens contraire. Les musiciens faisaient leur musique. Les danseurs levaient leurs ailes et soulevaient les pattes l’une après l’autre. Ils baissaient la tête, la plongeant dans leur poitrine de neige, la relevaient, et la baissaient de nouveau. Ils remuaient sans faire de bruit, avec un mélange de gaucherie et de grâce. La danse était solennelle. Les ailes frémissaient, montant et descendant comme des bras étendus. Le cercle extérieur tournait, tournait. Le groupe central semblait animé d’une lente ivresse.
Soudain, tout mouvement s’arrêta. Jody crut la danse finie ou leur intrusion découverte. Mais les deux musiciens rejoignirent la ronde. Deux autres prirent leur place. Il y eut une pause. La danse recommença. Les oiseaux se reflétaient dans l’eau claire du marécage. Seize ombres blanches doublaient tous les mouvements. La brise du soir soufflait dans les herbes. Elles se recourbaient et s’agitaient. Les eaux se ridaient. Le soleil couchant rosissait les plumes blanches. Des oiseaux magiques dansaient dans un mystérieux décor. Les eaux ondulaient avec eux, et la terre frémissait de toutes ses herbes. La terre dansait avec les hérons, et le soleil bas, et le vent, et le ciel.

Jody se surprit à lever les bras quand les ailes des hérons se soulevaient. Le soleil s’enfonçait au bout de la prairie. Le marais était doré. Les hérons en fête étaient touchés d’or. Les champs au loin étaient noirs. L’ombre couvrait les buissons, et l’eau s’obscurcissait. Les hérons étaient plus blancs que des nuages ou que la floraison blanche des oléandres et des lis. Soudain, ils prirent leur vol. L’heure de la danse était-elle simplement terminée, ou bien la longue gueule d’un crocodile avait-elle surgi de l’eau pour les effrayer. Jody n’aurait su le dire, mais ils étaient partis. Ils formaient un grand cercle contre le couchant, poussant l’étrange cri rauque qu’ils ne faisaient entendre qu’au cours de leur vol. Puis ils se déployèrent en une longue ligne vers l’ouest et disparurent.

M.K. Rawlings. Jody et le Faon

Écrit par : PMB | 18/03/2007

De la cigarette qui fait rire, Celeste?
Nous en avions discutaillé ici fût un temps, de la cigarette aux herbes aromatiques...

Écrit par : Human | 18/03/2007

@ PMB
Merci. C'est magnifique.
Je pense que notre bibliothécaire va le recommander ;-)
@ Céleste & Human
Voulez-vous bien m'éteindre ça tout de suite!
Sarkozy a dit qu'il dépénaliserait s'il est élu. Vous allez devoir attendre encore un peu...;-)
@ GPMarcel, Cèpe Debout, Grabuge...
Rendez-vous ici ce soir à 18:00 au cas où...

Écrit par : Fleuryval | 19/03/2007

Ce livre, malheureusement, est épuisé en librairie, et Gallimard (Folio junior), sollicité parce que je voulais l'étudier en classe, n'a pas l'intention de le rééditer.

Il faut dire qu'un livre de 400 pages qui ne parle ni de sorciers ni d'extra-terrestres (contre lesquels je n'ai rien, mon meilleur ami est un sorcier extraterrestre ;-) mais dit la vie l'amour la mort dans une ferme du XIX° siècle en Floride, ce livre n'a aucune chance.

Si votre bibliothécaire l'a, qu'elle le garde. Sinon, bouquinistes. Je viens d'en trouver un, mais il est déjà revendu !

Pour en revenir à cette pub de merde pas claire, je crois que je suis encore plus en colère. Mépris pour les gens qui regardent le ciel (le V des migrateurs), mépris pour ceux qui n'ont pas la télé au dos de leurs sièges de voiture, pour ceux qui ne suivent pas la route des moutons, pour ceux qui regardent la nature qui nous fait vivre.

Ben, c'est sûr que si on ne suit pas la route des moutons qui vont chez Lepaclair, Lepaclair il est moins très-riche...

Écrit par : PMB | 19/03/2007

@ PMB
Grave erreur: notre biliothécaire Johnmarguerite est un homme.
Qu'en plus il soit le bibliothécaire de Fleuryland, spécialisé dans l'édition jeunesse, lui confère d'évidence une autorité et un pouvoir d'influence propre à corriger les intentions de Folio Junior quant à la réédition de "Jody et la faon". Une noisette au Flore et hop, zou, fais péter la rotative!
Ensuite, "Jody et le faon" en tête de gondoles partout et dans trois mois la France sait tout de la danse nuptiale des hérons. Il n'est que temps!!!
A Un Mépris Phénoménal doublé d'Une Médiocrité Pathologique, on ne répond pas par la colère ;-)
On change d'air.

Écrit par : Fleuryval | 19/03/2007

@ GPMarcel, Cèpe Debout, Grabuge...
18:03 - France Inter: Fin d'alerte ;-)
Bonne soirée!

Écrit par : Fleuryval | 19/03/2007

Qui dit fin d'alerte, dit boulot!

Fleuryval, un souvenir. Cette moustache nous la fîmes fleurir un jour chez ton "MAQJ'A" (j'espère le bien orthographier).

Demain, comme depuis 2 semaines sur le marché du canton, j'irai distribuer des papillons qui de leurs ailes feront peut-être un jour bouger les marges et surtout je discuterai.

Comme il fait de nouveau froid, je mettrai ma doudoune.

Ce qui est bien, c'est que tout simplement mes yeux brillent et que j'aime combattre, toujours debout.

A plus! tournez les rotatives ça sent l'encre et la sueur. Les fumeurs, s'il vous plaît, dehors. Un moment.

Écrit par : GPMarcel | 19/03/2007

Fleury, je vous prie de présenter mes excuses à johnmarguerite, avec qui, sur le DEL je crois, nous avons eu l'occasion il y a quelques semaines d'échanger sur sa passion.

Comme quoi, entre gens de bonne foi, on peut faire autrechose sur un blog que de se fritter ;-)

Écrit par : PMB | 19/03/2007

@ GMarcel
Pour MAQJ'A, c'est exactement ça: Mon Ami Que J'Ai.
Avec Olivier Bonnet, ça devient NAQNA (Notre Ami Que Nous Avons)
Un bonheur de te lire aussi joyeux!
Va pas nous prendre froid. Enfonce le chapeau et noue bien ton cache-nez!

@PMB
Voilà bien de quoi lui faire un immense plaisir demain ;-)
En effet, ici on ne se fritte pas. Pas le temps. Tellement mieux à faire...

Écrit par : Fleuryval | 19/03/2007

Rien pigé.
S'passait quoi, hier à 18 H ?

Écrit par : bernard Langlois | 20/03/2007

@ Cèpe Debout
Toi, t'as forcé sur les giroles mexicaines, ou bien tu étais tellement concentré sur les raisons pour lesquelles Fontenelle a fermé son blog-notes juste après sa lettre ouverte au proc de Nanterre que ça t'aura échappé.
Hier, vers dix huit heures, le nouveau président du Conseil Constitutionnel nous rassurait sur le fait qu'un certain porte-parole moustachu d'une autre façon d'envisager les choses du monde pourrait mettre son grain de sel dans la ratatouille merdiatique. Vu que tu sais bien qu'ici, même si on n'est pas d'accord avec ce qui se dit, on se battra comme des chiens pour que ça puisse se dire!
Voltiers, quand tu nous tiens!
Que si tel n'avait pas été le cas, ça nous aurait tou(te)s mis colère, pour le moins. Que m'avait semblé que ça devait te faire plaisir qu'on aye pas à utiliser le chlorate de soude pour autre chose que désherber les allées, ni nos allumettes pour autre chose que d'allumer nos pipes, ni notre essence pour autre chose que faire rouler le camion.
En tous cas, ce qui serait bien, aujourd'hui, vers dix huit heures, c'est que tu nous confirmes que tu en as bien roupillé deux grosses, à la sieste ;-)

Écrit par : Fleuryval | 20/03/2007

Ah, mon bon Fleury, tu me la bailles belle !
C'est bien ce que j'avais cru comprendre : tu faisais allusion à Bové …
Sache, mon bon, que c'est à 17 H. 30 précises que fut donné l'information ; et que le journaliste aux aguets que je suis l'attendait de pied ferme à l'heure dite pour boucler son bloc-notes de la semaine.
Tu peux bien m'en apprendre sur le désherbage au chlorate de soude ; mais me prendre en défaut sur l'actu, tu repasseras ;-) !

Allez, au plaisir. Et à tous : votez utile, osez José !

Écrit par : bernard Langlois | 20/03/2007

@ Cèpe Debout
Juste une précision (mais me semble-t-il décisive) au journaliste aux aguets que tu es: une proclamation du Conseil Constitumachin à 17:30 ne parvient pas aux oreilles du peuple en général et des jardiniers en particulier avant les infos radios de 18:00.
J'en parlais encore tout à l'heure avec le boulanger: ce con n'a même pas de téléscripteur AFP intégré à son pétrin! Tu timagines? Et moi, comme un ane, j'ai même pas de flux RSS sur ma tondeuse à gazon. Quant aux maçons, même pas je te dis! A 17:30, sur RTL, c'était Chimène Badi. Heureusement que les gens à l'hopital et en prison peuvent suivre tout ça en temps réel. Quand ils vont sortir, ça va chier!
Ca traine, l'info! Que s'en est insultant pour la démocratie ;-)

Écrit par : Fleuryval | 20/03/2007

Et France-Info, t'as entendu causer ?

Écrit par : bernard Langlois | 20/03/2007

Ma tondeuse à pelouse est pas équipée FM. Elle capte pas partout.
Vivement la Chine qu'on aye un peu de démocratie!
Sollers, si tu nous entends...

Écrit par : Fleuryval | 20/03/2007

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu