Avertir le modérateur

04/04/2007

ENVOLEE

Méfiez-vous des politiques: ces gens-là n’ont pas de parents.

“Danse avec les houx” vient d’accueillir cette nuit son (sa) 18 124° visiteur(teuse) unique.

Je sais que vous n’êtes pas obligés de le croire, mais c’est un fait dont notre professeur de danse pourra témoigner à la demande.

Ajoutons à cette merveilleuse nouvelle deux propositions par chacun(e) vérifiable:

1 - Les médias nous abreuvent de sondages et d’analyses.

2 - Les partis politiques truffent nos boîtes à lettres et nos boîtes à mails de paperasses et autres courriers électroniques. (Sur cet aspect de la “campagne en ville”, je vous invite à passer lire le drôlissime billet de MAQJ’A sur “Vive le feu!” - lien dans la colonne de gauche)

Nous voici en présence de trois éléments qui nous laissent supposer que ça sonde et ça surfe tous azimuths, toutes tendances confondues.

On peut en déduire qu’il y a parmi ces dix huit mille cent vingt quatre passant(e)s quelques partisans de candidats.

Dont un(e), soyons fous, qui en vienne à se dire: “Dis-donc, ces petites promenades fleuries, ces bancs adaptés, ces exercices cognitifs pour la mémoire et les sens, ce serait drôlement bien pour Papa ou pour Maman” et, s’il a encore cette chance, “pour les deux.”.

Du coup, rien ne l’empêcherait (me semble-t-il) d’attirer l’attention de son parti sur le travail qui se propose ici.

Le dit-parti, dés lors, confierait à ses communicants le soin de matérialiser son intérêt au respect et au bien-être des “ainés” par une formule facturée très cher du genre: “Les promenades de Danse avec les houx, je m’engage à en mettre partout!”

La salle applaudirait à tout rompre le leader charismatique et reprendrait le slogan à l’unisson... “Les pro-me-nades/// de Danse avec les houx/// On va// On va // En - mettre - par-tout!”

Je sais: la rythmique est très connotée gauche revendicative, mais les autres, tous les autres, on le droit d’essayer en sautant sur place, en avançant de trois pas et en reculant d’un, en zig zag, en chantant éventuellement après:

“Vieillesse, si tu continuuues,
Les fils à Pépère, les filles à Mémèreueu,
Vieillesse, si tu continuuues,
Les fils à Pépère vont te botter l’ c...”

Vous m'avouerez que ça donnerait aux meetings une autre dimension que: “MA-CHIN (clap-clap-clap facultatif) PRE-SI-DENT (E)!!! que je ne peux m’empêcher de trouver toujours un peu “court”.

Du coup les autres partis, bousculés par l’introduction d’une dimension tellement humaine dans la ”campagne”, s’empresseraient de soutenir véhémentement le droit des enfants handicapés à des manèges jardiniers, et celui des enfants TED à des petits jardins des conséquences.

Ce qui, inéluctablement, créerait un nombre considérables d’emplois dans les jardins, la menuiserie, le fer forgé, la taille de pierre, les fontaines, susciterait de nombreuses interventions d’artistes musiciens, sculpteurs, doperait la production horticole et, compte tenu des méthodes préconisées dans ma note précédente (Avis de tempêtes!), ferait un plaisir fou à Nicolas Hulot qu’on sent un peu dépressif ces jours-ci.

Mais méfiez-vous des politiques: ces gens-là n’ont, semble-t-il, pas d’enfants non plus.medium_Souffleur_à_bisous_face_cop.JPG


Le souffleur à bisous du manège jardinier, de Corinne JOACHIM

Commentaires

Les politiques n'ont pas d'enfants non plus.

Ils ont des calculettes. Et dans ce cas, elle. Une mairesse.

9 enfants dans une cantine scolaire mangeaient (à volonté, l'excuse!) du pain et buvaient de l'eau pendant que leurs camarades de classe maternelle prenaient leur repas complet devant eux, au prétexte que les parents de ces enfants là n'avaient pas pris à temps et payé leur ticket repas.

Vouloir donner une leçon aux parents.
Tu vas voir qu'on va les faire réfléchir à ces gueux!
Salauds de pauvres.

On ne bat pas une femme même avec une fleur. Quant à moi, je lui envoie un pain d'épines (de roses).

Écrit par : GPMarcel | 04/04/2007

J'ai vu aussi.
A mon avis, il n'y a pas que la mairesse. Un cuistot qui obéit à ça et n'est pas foutu de bricoler une omelette pour neuf petits mérite largement son salopard d'or... ou son petit patapon d'argent.
Pour les épines, cette semaine précisément, il me souvient que ce n'est pas précisément à ce genre de personnages qu'on en tresse des couronnes.

Écrit par : Fleuryval | 04/04/2007

Intéressante contribution apportée au débat par Font et Val:

"La Vieille"

"J'ai pas besoin de vous" pour ranger mes vêtements,
Partez vous m'encombrez dit la Vieille en sautant
Pieds joints sur sa valise. On aurait dit Popeye:
Elle avait encore la souplesse des abeilles.
Et d'un pas décidé vers la Gare Saint Lazare,
Tandis qu'on f'sait semblant de pleurer son départ,
Elle s'en allait gaiement son bagage a là main,
Avec deux ou trois pauses pour se tenir les reins.

"J'ai pas besoin de vous" dit-elle au contrôleur,
Pour porter ma valise j'en ai pour un quart d'heure,
L'Hospice est en banlieue, on dit qu' c'est un château,
Où les Vieux jouent au scrabble et aux petits chevaux.
Moi j'ai horreur de ça, comprenez-vous Monsieur ?
Je n'aime que les westerns avec pleins de coups d' feux,
J'ai vu quatorze fois "L 'Infernale Chevauchée",
Je vous la racont’rais bien mais nous sommes arrivés.

"J'ai pas besoin de vous" dit-elle à l'infirmière,
Pour déplier mes draps, laissez moi, j'ai à faire.”
Alors de sa valise à l'abri des regards,
Elle sortit vingt bouteilles d'un célèbre pinard,
Descendit au salon ou les vieux et les vieilles,
Jouaient aux petits chevaux en se gratant l'oreille,
"Bonsoir messieurs mesdames, je m'appelle Fanchon,
L'un d'entre vous n'aurait-il pas un tire-bouchon?".

"J'ai pas besoin de vous" disait-elle au médecin,
En élevant vers lui son troisième verre de vin,
Tandis que les vieillards autour de la pendule,
Chantaient a quatre voix: "La Grosse Bite à Dudule"!
Et l'on vit ce spectacle ô combien ravissant
De quatre vingt gâteux quittant l'établissement
Afin de ratisser les hospices du pays,
Arrachant à la mort des moribonds surpris.

"J'ai pas besoin de vous" disait-t elle au Curé,
Qui au chevet d'un vieux s'esquintait à prier,
Vous voyez bien que ce cadavre n'est pas mort,
Si il ne respire plus, par contre il bande encore !
Un petit coup d'branlette le remettra sur patte,
Comme un coup d' manivelle sur une vieille Juva quatre.
Le prêtre révulsé tombait les bras en croix,
Il respirait encore, mais il ne bandait pas.

"J'ai pas besoin de vous", claironnaient tous les vieux,
Chaque fois qu' un député voulait s'occuper d'eux,
"Car vous n'avez pas su vous occuper de nous,
A l'age ou nous avions encore confiance en vous.
Tous les moyens sont bons pour gagner la coupole,
Si les morpions votaient vous auriez la Vérole,
En temps qu'improductifs nous ne produirons pas
Un imbécile de plus a la tête de l'état".

Elle fit un bras d'honneur, on aurait dit Popeye!
Elle avait encore la souplesse des Abeilles.

Écrit par : Fleuryval | 04/04/2007

Mais enfin, quoi!

Pendant que les politiques habituels nous envoient de la poudre aux yeux et nous aveuglent,

des enfants sont parqués en centres de rétention,
des enfants sont au pain et à l'eau,
des vieux s'ennuient dans les mouroirs pour pauvres,
des salariés se suicident par et pour le boulot,
des philsophes nous bourrent le mou,
des journalistes tournent le dos à ce qui se passe et sourient,
des TGV battent des records pendant que j'attends mon train à Beaugency...il a 3/4 d'heure de retard,

les actionnaires du CAC 40 se frottent les mains...on est passé au-dessus des 5700 points...hip, hip, hip, hourrah!!!

C'est bien cela un actionnaire est celui qui profite de l'action des autres.

Que ce soit X ou Y les financiers sont contents. Pendant les "débats" les affaires continuent.

Écrit par : GPMarcel | 04/04/2007

@ GPMarcel
Tu m'enchantes! ;-)))))
"Les politiques habituels nous envoient de la poudre aux yeux et nous aveuglent". Non! Qu'ils envoient de la poudre est indiscutable. Qu'ils nous aveuglent l'est davantage.

Tu ne vas quand même pas te plaindre ici de passer trois quarts d'heure à Beaugency?!! Si je le pouvais, j'y passerais trois cent ans.

Les débats? Quels débats? Où ça? Quand ça? Avec qui ça? A propos de quoi ça? (Tu conviendras que je fais très bien le Gstaadteur ;-))
Tout au plus de la polémique, de l'insulte, du coup tordu. Ou de la rabache de vieux principes éculés suintant l'ennui, la vie "pépère", le déjà vu.
C'est peut-être pour ça qu'on a plus de 18 000 visiteurs. Au coeur du cloaque, Fleuryland doit ressembler à une oasis.
Ou un mirage.
Restons lucides ;-)

Écrit par : Fleuryval | 04/04/2007

C'est pour cela que je hante, je déambule, je sème, je discute, j'échange ...avec les fous de haine de la prise de pouvoir.

A Fleuryland, peinard, sans vigiles, sans police, sans caméras, le sifflet au bec à chanter les oiseaux.

Et pour l'avoir vécu, dans un comité local issu d'un certain 29 mai, cette parole horizontale qui circulait, se prenait, se trompait, se réajustait, se souriait...n'a vécu sa grandeur, son espérance, sa beauté qu'au seuil de la décision du POUVOIR. Qui?

Et là, les institués, les partis ont repris leurs billes. Nous laissant, là, les tisseurs d'araignées, comme deux ronds de flan.

Mais nombreux ont été piqués à cette vaccine incontrôlable: on continuera à dire et à faire.

L'espace de ton blog est un lieu dans lequel on s'aperçoit que les visiteurs disent et font.

Continuons. L'éternité est à nous.

C'est ma souris grise qui grignote depuis 1994.

Muscadet l'ami, non, non, tout à l'heure.
Zen, j'ai yoga!

Écrit par : GPMarcel | 04/04/2007

Et voilà.
Je fais une petite sieste, et t'en profites pour déconner.
Léotard / Zola.
Non mais sans déconner.
;-)

Écrit par : Sébastien Fontenelle | 04/04/2007

@ GPMarcel
Merci du compliment.
Je reviendrai bientôt sur les institués, les partis et leus "billes".
L'avenir proche leur réserve, je crois, une grosse surprise.
Ici, on dit, on fait, on dit (presque) tout ce qu'on fait. Il y en a même qui font sans rien dire. Qui diront quand ce sera fait. Ces temps-ci, ce sont des gens rares. Le monde, bavard, a pris hélas l'habitude du contraire.
Je suis sûr que ça rassure tout le monde que tu enchaînes ce soir yoga et muscadet. On te sentait tendu ;-))))))))))
@ MAQJ'A
Ca t'épate, ça, hein?!! Va t'essuyer les yeux, t'as l'air d'un hibou en plein jour!
Juste avant ta roupille, c'est pas toi qui chougnait qu'on n'entendait pas grand chose suite aux propos nauséabonds du Raymond Baaahrk?
Sans déconner? Manquerait plus!
Triple mwarf plié.

Écrit par : Fleuryval | 04/04/2007

"la vieille"... ;)))))
j'adore!

Écrit par : fanny | 04/04/2007

@ Madame Fanny
M'en doutais! ;-)

Écrit par : Fleuryval | 04/04/2007

"La veille" qu'est-ce qu'on aimerait être comme elle !
Je viens toujours respirer à Fleuryland, il y a des airs qu'on changerait pour rien au monde...
La république est en gestation et c'est dur...
Je sais que vous avez plus d'experience que moi pour avoir accompagné vos douces dans ces moments difficiles. Peut-être qu'il faut, en politique, faire pareil et se dire que la mère république a besoin d'un accompagnement de tous les instants pour qu'elle donne un enfant digne d'elle...
Il y a une déconnexion entre les Hommes Libres et "l'élite politique" qui peut être ressentie, voire s'élargir ou même devenir une évidence majeure... Cela n'est pas nouveau et c'est prévisible en même temps.
Le plus important, est de canaliser l'intelligence de ces Hommes Libres pour proposer un monde (il faut le dire et l'assumer pleinement) plus juste et plus respectueux envers les hommes et envers la nature...
Suis-je prêt ?
à ne pas détourner mon visage du sdf ? à lui sourire s'il m'adresse la parole ? à céder mon siège à l'infirme, à la femme, au vieux et à l'enfant ? à respecter l'autre, cet inconnu sur qui je projette ma méfiance ? à avoir une attitude pudique de consommateur (oui, des fois acheter relève de la débauche...)
à élever mon enfant ?

La liste est longue... et la sagesse humaine est en rupture planétaire de stock.

Bises

Écrit par : younes | 05/04/2007

- Et voilà ! On a tiré encore plus vite que moi ! Je me préparais à chercher "La Vieille" sur paroles.net, et FV m'a grillé ! Bon, pour me venger, je vais appeler Tachan au secours (chanson où il est question de pipe à Pépé et de p'tite langue à Mémé).

- Je ne connais pas le degré de responsabilité des parents non-payeurs. Etre pauvre ne fait pas plus de nous des saints que des salauds. C'est un ex-enfant de pauvre qui vous le dit. Mais je connais le degré de thatchérisme de Mme la Distributrice de pain sec.

Écrit par : PMB | 05/04/2007

@ younes
Evidemment tu es prèt! Puisque tu es là ;-)
@ PMB
Quel que soit le degré de responsabilté des parents, ce n'est pas aux enfants d'en faire les frais. Si seuls les enfants de saints devaient casser la croute, on ne verrait pas grand monde à table. ;-)

Écrit par : Fleuryval | 06/04/2007

FV : totalement d'accord. Pour moi, ça allait sans dire, mais vous avez raison, ça va mieux en le disant. A ce compte, le fls d'Hitler serait mort de faim sur les marches de la cantine.

Écrit par : PMB | 06/04/2007

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu