Avertir le modérateur

16/04/2007

DERNIERE LIGNE... DROITE ?

medium_lilas.2.jpg Dernière semaine de campagne avant le premier tour de l'élection présidntielle française.

Invectives, insultes, tractations plus ou moins secrétes, pièges, manipulations, combines en tous genres...

La nausée.

D'où une envie irrépressible d'échapper quelques instants à cette atmosphère glauque, violente et si peu productive.

De vous inviter à partager ici la paix des jardins, la force des rêves, les pouvoirs alternatifs de construire à mains nues, loin des polémiques, de petits espaces d'essentiel.

Et de nous inviter tous ensemble dans la campagne. La vraie.

Celle au milieu de laquelle s'est bâti Fleuryland, peu à peu, depuis...

Genèse d’un mamiedrome*

Quand j’ai commencé là, à Castel Nazareth, j’ai moins vu le jardin que la douleur des dames. Les mains crispées sur la rampe du déambulateur, à petits pas, lentement, elles avançaient. Quand même.

Alors le jardinier à peine engagé eut l’idée de transformer un parcours d’exercice en chemin des bonheurs. Récompenser chaque pas d’une couleur, d’un parfum, d’une baie, d’un émerveillement sur le verger à droite, sur les invraisemblables lumières du sous-bois à gauche. Jalonner tout du long de symboles sur le temps, sur l’avenir, sur la vie, sans la peur. Prétextes à rêverie, méditation, prière.

Une allée cimentée, parfaitement plate, sans risque de chute, ombragée, était toute indiquée.
D’abord y mettre un banc, sur une tendre pelouse, à l’ombre d’un grand chêne. Placé à mi-parcours, pour soulager l’effort. Avec quelques framboises, à picorer assise.
Au départ, un phœnix, bel arbre au nom d’oiseau qui renaît de ses cendres. Au retour, encore lui.
Puis trois arches fleuries. Chapelle “à ciel ouvert”.
Des couleurs vives et fraîches. Beaucoup de blanc, des roses, avec quelques rouges vifs pour donner l’énergie. Et tout le bleu du ciel pour apaiser l’esprit .

Et puis, pour le printemps, des perce-neiges, crocus, narcisses et jacinthes, toutes ces petites fleurs qui confirment aux mamies qu’elles ont vaincu l’hiver.

Tout du long des parfums. Jasmin, lavande, œillet, lilas, chèvrefeuille, menthe, seringa, muguet... Et des roses, bien sûr.
Avec l’eau d’une fontaine pour rafraîchir l’oreille, et un brumisateur, pour rafraîchir la peau.
Enfin de la lumière, car par 40 à l’ombre, on va marcher la nuit.

- Et la musique ?!
- On s’en charge, dirent le vent, les oiseaux et des rires d’enfants.
- Je pourrai quand même faire venir un violon de temps en temps ?
- Sans problème! répondit le vent. Ça me fera une pause.
- C’est joli, dit un merle qui m’écoutait rêver. Tu devrais t’y coller.
- T’es gentil, mais les sous, je vais les trouver où ?
- Des fruits plein le verger. Le sucre ne coûte pas cher. Fais donc des confitures! argumenta un rouge-gorge d’affaires.
- Bien sur, s’exclama un écureuil comptable. Ils financent bien la recherche avec un téléton. Fais comme eux : mamieton !*
C’est ainsi qu’à Castel Nazareth naquirent “Les confitures de la Madone” dont le premier pot de gelée de groseilles partit immédiatement se faire connaître au Pape. Accompagné d’un confiturier sorti tout droit des poumons d’un maître-verrier. Enfin! Les jardiniers ont leur Graal, maintenant.


Mamiedrome : n.c. masculin. Promenade fleurie, parfumée, rafraîchie, éclairée, à l’usage des dames âgées auxquelles la médecine a prescrit de marcher malgré la douleur et la canicule.

Mamieton : n.c. masculin. Ensemble des moyens mis en œuvre par le jardinier pour financer la réalisation optimale du mamiedrome. Au premier rang desquels figure la commercialisation des confitures de la Madone, réalisées avec les fruits du verger, suivant les conseils d’un écureuil.

Il est, bien souvent, des forces qui nous dépassent. Tous.

medium_pivoines.jpg

Commentaires

Il y eut le temps de la délégation, de la démocratie représentative qui permit, petit à petit, en loucedé, la mise en place de pouvoirs oligarchiques...

Il est temps, peut être, de se réapproprier le temps, l'espace, les mots, les pensées, les sourires, les musiques...sans que profit fasse. Toutes choses qui ont été confisquées, petit à petit, en loucedé...

Il est temps, peut être, d'opter pour cette Résistance au monde broyeur et de le dire, et de l'agir, et de le rire, et de l'échanger à plat, à l'horizontale, le nez dans le gazon, tous à plan égal...

Il est temps de développer les lieux Fleuryland d'Hommes et de Femmes libres de dire M**** à un monde étouffant...

Il est temps de reprendre, de relire, de repenser et d'appliquer ce que Gébé et Fournier avaient déjà commencé à proposer avec l'An01...

Est-ce que tout est utopie? Est-ce que l'utopie n'est rien?

Le passionné qui propose n'est-il pas celui qui, à l'instar du fou, a tout perdu sauf la raison?

Je pense que nous sommes à ce tournant.
Optimisme et pessimisme se bataillent.
Ce n'est pas la guerre mais ça y resemble.

Écrit par : GPMarcel | 16/04/2007

@ Saint Marcel terrassant le dragon ;-)
Courage! Tu sais bien qui gagne toujours à la fin.

Écrit par : Fleuryval | 16/04/2007

Bonjour Cher Fleuryval. Longtemps que je n'ai eu l'occasion de vous lire. Un peu perturbé de la nouvelle mise en écran de 20 minutes et je paume vite mes repères, heureusement que vous êtes dans mes favoris !!!
Je suis chez mes parents, en Auvergne et du coup, loin de m'affoler du péril du naturel, ici nous n'avons pas la sensation du péril du vert, une belle idée citadine. Mais enfin, je suis en quelle que sorte en campagne, dans ma nombreuse famille sensible aux faits divers que je qualifirai selon sa sensibilité d'"arabo criminalité". Ben oui, ici, dans ce terroir bien centré, j'ai du boulot à discréditer les droites en quêtes de sombres pouvoirs. mais je crois que je réussi. Vive moi en attendant de repartir ce samedi en Alsace pour faire mentir sa tendance.

Écrit par : Philippe68 | 16/04/2007

Yesssssssssss! Merci!!! Vraiment!!! C'est toujours un intense bonheur (trop rare) pour moi d'apprendre que je suis dans les favoris de quelqu'un. Surtout quand c'est d'un militant du purin d'orties ;-)))))
Vive Vous, en effet!!!

Écrit par : Fleuryval | 16/04/2007

Cela ne mérite pas une note. Encore moins de musique. Ou une fausse. A peine un commentaire. Ne voilà-t-il pas qu'on annonce que Sarkozy s'en est allé se faire voir sur la tombe du général De Gaulle.
C'est étonnant.
Je l'y attendais, en vain, un maudit matin de mauvais réveil de cour de cassation. Quand Vichy s'éternisait dans la magistrature, et que le Tout Paris se donnait rendez-vous au monument du déshonneur. Quand il allait de soi qu'une certaine idée de la France avait rendez-vous ailleurs.

Décidément, il semble que ni cet homme ni son entourage ne seront jamais au bon moment au bon endroit.

Écrit par : Fleuryval | 16/04/2007

Bassesse, vilénie, turpitude, déshonneur, léchage de culte (dirait Séb), opportuniste (dirait Dutronc)... tout est bon pour ces gens bons.

Ni billet, ni humeur.
Constat permanent sempiternellement renouvelé.

De quoi est capable un homme et son entourage pour accéder aux pouvoirs ("s" volontaire)!

Philo: la fin justifie-t-elle les moyens?

Surtout quand on dit, dans notre monde dit moderne "il n' y a que le résultat qui compte".
Les laissés pour compte vont baliser les routes!

Écrit par : GPMarcel | 16/04/2007

Si tu le veux bien, comme l'heure est assez "grave", laissons Seb à ses formules, aux barbiches de Libé et aux moustaches de Plenel pour revenir aux nôtres.
La fin ne justifie jamais tous les moyens.
Mais qui ne veut pas de certaines fins s'en trouve tous les moyens.
Je suis convaincu que ça va te faire vibrer la mémoire: "Y compris les moyens légaux."
Sais-tu que c'est aujourd'hui qu'on commémore la déportation?
Silence.
A cet instant, toutes les sirènes d'Israël rappellent ce que des malades ont fait aux hommes.
Fleuryland se tait jusqu'à ce qu'elles se taisent.

Écrit par : Fleuryval | 16/04/2007

Les sirènes pour méditer sur la Shoah se sont tues.
Les cloches pour le Chemin des Dames aussi.
Ici, c'est un merle qui a levé le couvre-feu.
Put..., quelle journée!

Écrit par : Fleuryval | 16/04/2007

@ GPMarcel
Il me semble (mais je n'en suis pas tout à fait certain) que nous sommes l'un des seuls blogs à respecter certains silences.
Parfois, dans certaines circonstances, Dieu que c'est beau des gens qui se taisent!
Merci ;-)

Écrit par : Fleuryval | 16/04/2007

Un jour, sur un billet nous avions parlé des taiseux dont seuls les yeux et les rides des mains parlent.

Le silence est le lieu où tu ne peux plus mentir mais où le chêne d'Amérique qui le couve... le comprend et l'accompagne. Même la clochette de muguet s'abstient de tintinnabuler.

A chacun de trouver son chêne!

Écrit par : GPMarcel | 16/04/2007

Il faudra que nous approfondissions à pense-que-veux-tu "le silence des blogs". Espace où ni les yeux ni les mains ne peuvent rien ajouter. A te lire, il me monte quelques fois des sourires perdus, si tant est qu'ils se perdent.
Simultanément, le son de la cloche de muguet appelant à la soupe me paraît promis à un assez bel avenir, ici comme à Fantasia. Sonnée par un cuisinier-papillon, je sais (et toi aussi) quelques petits enfants que ça enchanterait.
Si on tombe là-dessus chez Spielberg, chez Besson ou chez Disney, nous voilà à l'ouvrage pour un bon moment ;-)

Écrit par : Fleuryval | 16/04/2007

J'ai mis cette chanson sur un blog de bavards égocentriques pour les faire taire deux secondes. En vain. Ici, elle sera bien.

Maria-Suzanna

Elle a débarqué dans la classe,
un vrai courant d'air,
drôle de dégaine et drôle de race
un matin d'hiver,
Au beau milieu de la dictée
sur le ciel et la voix lactée,
elle s'est assise tout près de moi,
derrière le p'tit bureau de bois,
La maîtresse a dit elle s'appelle Maria-Suzanna,
elle sera là jusqu'à Noël puis elle s'en ira.
Alors ça pouvait arriver au beau milieu de la dictée,
une môme fagotée comme l'orage,
fille du vent et du voyage...

Oh, Maria-Suzanna où es-tu,
dans quelle nuit t'es-tu perdue,
Reste-t-il pour croquer ta vie manouche,
quelques dents dans ta bouche ?
Ah, de Varsovie à Saragosse,
Roulottes-tu toujours ta bosse,
Si belle encore mais comme tes semblables,
toujours indésirable...

J'ai attendu à la sortie pour accompagner
cette môme qui m'avait pas souri, même pas parlé,
Elle a mis sa main dans la mienne,
j'ai suivi la p'tite bohémienne,
le long d'un boulevard tout gris
aux pauvres arbres rabougris,
Trois caravanes sous la neige
autour d'un grand feu,
comme un immobile manège
et des hommes entre eux,
Qui parlent une langue inconnue,
étonnés que je sois venue
dans la gadoue chercher du miel
au pays des romanichels,

Oh, Maria-Suzanna où es-tu,
dans quelle nuit t'es-tu perdue,
Reste-t-il pour croquer ta vie manouche,
quelques dents dans ta bouche ?
Ah, de Varsovie à Saragosse,
roulottes-tu toujours ta bosse,
Si belle encore mais comme tes semblables,
toujours indésirable...

Ses petits frères l'attendaient devant la roulotte,
et tous ensemble ils sont entrés en fermant la porte
Elle a fait adieu de la main,
et j'ai rebroussé mon chemin,
jusqu'à ma maison de ciment
où devait s'inquiéter ma maman,
En me retournant j'ai vu encore derrière le rideau
ses yeux noirs qui riaient si fort qui tenaient si chaud.
A l'école on n'a pas revu
l'enfant née en terre inconnue,
l'orage n'a plus éclaté
au beau milieu de la dictée.

Oh, Maria-Suzanna où es-tu,
est-ce de t’avoir aperçue
A belles dents croquer ta vie manouche,
que j'ai eu dans la bouche,
Ah, ce désir si fort de partir
et chanter pour ne pas trahir
L'enfant qui va sa vie, coûte que coûte,
sur l'infini des routes...


Et si vous trouvez ces paroles belles, c'est que vous n'avez pas entendu la musique et la voix de Michèle Bernard.

Écrit par : PMB | 16/04/2007

Merci.
En effet. Elle est bien, là ;-)

Écrit par : Fleuryval | 17/04/2007

Pour celles et ceux qui souhaiteraient apporter leur signature au bas d'un manifeste cher à nos coeurs, c'est là que ça se passe:
http://une-societe-pour-tous-les-ages.over-blog.com/

Écrit par : Fleuryval | 17/04/2007

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu