Avertir le modérateur

09/08/2007

L'AFFAIRE LE PIRE. Livre premier.

Au bar "Chez Celeste", transformé en vestiaire pour l'occasion, les femmes ont laissé leur chapeau.
Chacune et chacun a pris place sous la voute du même nom.

La lumière décline lentement sur le public du petit théâtre de plein air de Fleuryland.
Le silence s'installe.
Soudain:
Toc toc toc toc toc toc toc toc toc toc toc toc.
Toc.
Toc.
Toc.

Dans la nuit, une voix rauque.
“ Que les damnés obscènes, cyniques et corrompus,
Fassent grief de leurs peines à ceux qu’ils ont élu
Car devant tant de problèmes et de malentendus,
Les diables et les dieux en sont venus
A douter d’eux-mêmes.”
Jacques Higelin - “Champagne”.

Lumière scène.

L’intérieur d’un bar.
Un comptoir surmonté d’une guitare de jazz.
Deux tabourets hauts.
Deux tabourets et une table basse au jardin.

Entrée du bar au jardin.
Entrée des toilettes à la cour.
Entrée de la cuisine à l’arrière.

Django, le barman, est seul.
Machinalement, il essuie un verre en écoutant le journal radio que diffuse un poste caché derrière le comptoir.

Carillon.
Voix 1
Il est vingt trois heures. Le journal vous est présenté par François Arcane.
Voix 2
Bonsoir. Tout d’abord les résultats des élections européennes qui viennent de nous parvenir. On remarque la spectaculaire progression en voix des partis d’extrème-droite dans la plupart des pays. Il est donc désormais à craindre que ces formations contestent dans la rue leur faible représentation au sein des assemblées nationales.

Django, éteignant le poste.
Hé ben ça va aider le commerce, tiens! Avec ces joyeux-là, on ne va pas se coucher tard...
Allez, faut s’habituer: je ferme.

Il ramasse ses clefs, enfile un blouson, jette un dernier coup d'œil circulaire à son comptoir et s'apprête à sortir quand une femme entre.

Son maquillage excessif, sa crinière, sa robe dos nu très sexy, tout laisse à penser qu’il s’agit d’une ”professionnelle” de l’amour.

Django
Non, non, Madame. Je ferme.

Toute poitrine en avant, “Madame” force le passage et va directement s’asseoir sur l’un des tabourets du comptoir.
Django, l’attrapant par le bras, se brûle la main.

Django
Haïe! Ca va pas, non?! C’est une radioactive, celle-là!
Elle nous fait une grosse fièvre, la p’tite dame ?
Y a pas écrit “clinique” sur mon bistro. Dehors!

Mado
Je ne peux pas!

Django
D’accord, mais je ferme!

Mado, posant son sac à main.
Oui... Mais non.
Sers-moi donc un verre. Tu n’as pas rendez-vous. Personne ne t’attend et tu n’as pas vu un client ce soir. Alors tu pourrais faire un petit effort. Pour une fois que je viens faire marcher ton commerce! Et crois-moi, je ne fais pas ça tous les jours...

Django
Bien! Elle va me faire la fermeture pour un Vittel-menthe et faudrait dire merci? Hé ben merci! C’est le bingo et je le touche au grattage.

En bougonnant, Django va pour fermer la porte au verrou.

Mado, sans se retourner.
Popopop. Laisse ouvert. J’attends du monde.

Django, renonçant à fermer et retournant derrière son comptoir.
Alors... En ce cas...
A propos de “grattage”, je peux ? J’espère que les clients de “Madame” ne viennent pas pour gratter “Madame” dans mon établissement. Il n’y a pas écrit “Bordel” sur mon enseigne non plus, même si la maison sera close dans quelques instants.

Mado
Ne t’inquiètes pas. Tu es protégé.

Django, crescendo.
Personne ne me protège, Madame.
Ici, Madame, nous frôlons le cataclysme financier tous les soirs. Si l’ONU voyait mes comptes, elle m’enverrait les casques bleus, Madame!

Rendez-vous compte! Bientôt le couvre-feu, Madame! Puis, si ça doit s’arranger, ça n’en prend pas le chemin.
Ils sont foutus, Madame! Ils ont peur de tout. Ils mangent allégé, ils boivent sans alcool, ils baisent sans amour... J’en connais même, Madame, qui mettent des boules Quiès pour écouter la musique parce que le walkman, ça rendrait sourd!

Suspicieux, il contourne son comptoir et s’approche de Mado.

D’ailleurs vous-même, avec une ligne pareille, vous vous privez de tout! Pas de blanquette! Pas de ris de veau! Pas de crème! Pas de beurre! Pas de sauce! Pas de gâteaux!
Juste des bouillons, des thés, des litres d’eau minérale! Et par là-dessus sans doute de l’aérobic, du vélo, du jogging, du cyclo-rameur, peut-être... Madame pagaie dans la baignoire. Madame descend la moquette en rafting...
Et par dessous, de la gaine, du slipforme, de la silicone peut-être! Le téton maigrit, mais la poitrine augmente! Au voleur! Publicité mensongère!! Trompe-coquin!!! Félonie.
Du vent sous la main de l’homme. Plus de fesse, plus de cuisse, plus de tétons! De la salope de dinde!!!

Mado
Pardon ?!!

Django
De l’escalope de dinde...
Alors évidemment, dans cette joie de vivre, Madame comprendra que nous mordons la poussière et que si j’étais protégé, moi, je le saurais.
Et si je le suis, bénis soient ceux qui ne le sont pas. Qu’est-ce que ça doit être ?!!

Retournant derrière son comptoir en grommelant.

Protégé. Moi. Mais par qui, Grand Dieu ?
Par ton rendez-vous, peut-être ? A propos, il arrive avant la soupe à l’oignon, j’espère! Enfin, en l’attendant, qu’est-ce que je te sers? Puisque tu es là, que je fasse un peu de chiffre, au moins.

Mado
Qu’est-ce que tu me racontes ? Tu en as plein, des sous!

Django
Pardon ? Madame veut rire ? Madame plaisante ? Madame se moque, peut-être ?

Mado
Pas du tout. Madame te dit de regarder dans ta caisse.

Django
C’est bien ce que je dis: Madame s’amuse! Mais on ne plaisante pas avec les sous, ici, Madame! Je n’ai rien dans ma caisse. Pas cent balles. Si Madame veut payer son quart de flotte avec un billet de cent, Madame n’aura pas de monnaie parce que je n’ai pas de monnaie!
Cependant, Madame peut...

Mado, fatiguée.
Mais ne doutes pas tout le temps comme ça! Regarde, au moins...

Django ouvre sa caisse. Stupéfait, il y prend une liasse de billets divers et variés. Suspicieux, il en tend un devant la lumière.

Mado
Ne t’inquiètes pas. Ce sont des vrais.
Tu vois, Django, tout arrive quand tu n’attends plus.
Tu ne pouvais pas avoir de clients ce soir. Il fallait qu’on vide ton bistro.

Django, vaguement inquiet.
Qu’est-ce que c’est que ça ? D’où ils viennent, ces sous ?
Vous n’auriez pas l’intention de faire passer un de vos braquages dans ma recette, quand même ?!! Je ne blanchis pas, moi!!! Et je ne finance pas d’autres parties que les miennes.

Mado
Tu n’y es pas du tout. Nous allons avoir un procès ici, ce soir, chez toi.

Django
Non non non! Pas de règlement de compte chez moi!
De toutes façons, en cas, j’aurais de quoi vous calmer, moi.

Mado, riant aux éclats.
Nous calmer ?!! Fais voir un peu...

Django sort de sous le comptoir un revolver de gros calibre. Fixant Mado dans les yeux, il le braque sur elle sans voir que le canon est noué.

Mado
Tire pas avec ça. Tu vas te niquer les godasses.

Django, regardant son arme.
Ha ben ça! Quel est le nœud qui a fait ce crétin à mon canon ?

Mado
Comment ?

Django
Quel est le crétin qui a fait un canon à mon nœud?

Mado
On s’approche. Essaye encore.

Django, pleurnichant.
Il était tout neuf. jamais servi. Je l’avais trouvé pour la fête des pères. Oh je sais, je n’ai pas d’enfant. Mais justement. C’était comme un cadeau de l’assistance. Justement...

Mado
C’est moi qui, au canon, le nœud ai fait.

Django, retrouvant ses esprits.
Ben voyons! Avec tes petites mains ou avec tes petites dents ? De toutes façons, tu n’as pas eu le temps...

Mado
Moi, Django, j’ai tout le temps. Toujours.

Django
Mais enfin quoi ?!! Tu brûles quand on te touche. Tu me remplis ma caisse sans boire. Tu tors les flingues à distance... T’es la frangine à David Coperfield ou bien ?!
Et puis, comment tu sais que je n’ai pas vu un chat ce soir?
Comment tu sais comment je m’appelle ? Je n’ai pas mon prénom tatoué sur le front! Qu’est-ce que c’est que tous ces mystères ?!!!

Mado
Parce que je sais tout, fils. Et que ce qui pourrait m’échapper parfois, les deux que j’attends l’apprennent et me le disent.

Mado se lève et marche jusqu’à la porte d’entrée pour voir si ceux qu’elle attend arrive.

Django
Bon, ça suffit comme ça! Tu bois ton verre et si tes copains ne sont pas là dans dix minutes, on ferme.
Qu’est-ce que je te sers ?

Mado
Je vais prendre une petite mousse.

Django
Bouteille ou pression ?

Mado
Pression.

Django
Stella, Leffe, 1664, Krieg ?

Mado
Rappelle-moi qui finance la pièce.

Django
“Le nom du brasseur sans lequel...”

Mado
Hé bien donne-moi de celle-là. Pour une fois que je fais de la pub, ça encouragera peut-être les financements alternatifs de la création.

Django sert Mado qui lui sourit.

Django
Il y a longtemps que tu tapines dans le coin ? Je ne t’ai jamais vu...

Mado, s’esclaffant.
Quand tu auras compris à qui tu parles...
Oui. Ca fait une éternité, fils.

Django
Une éternité ? Ca ne se peut pas! Tu es toute jeune encore...

Mado
Merci.
Allez, respire un grand coup et accroche-toi à ton bar:
Je suis Dieu.
J’attends le diable et le pire.

Django
Oui. Bien sûr. Enchanté.
Et moi, je suis la statue de la Liberté.
Et ils arrivent bientôt, les invités de Dieu ?

Mado
Ils ne vont plus tarder.

Django
Ha! Parce que Dieu ignore l’avenir ? Hé bien Elle va me donner Sa petite main gauche, Madame Dieu. Je vais tâcher d’y lire le Sien.

Mado, tendant sa main gauche.
Tu veux prédire l’avenir de Dieu ?
Gonflé, le garçon!
Celle-là, on ne me l’avait encore jamais faite...

Mime.
Django prend la main gauche de Mado et, de son index tendu, suit la ligne de vie jusqu’au poignet, puis le long de l’avant-bras, le bras, passe derrière ses épaules et redescend le long du bras droit jusqu’au creux de sa main droite. Puis il continue sur une ligne imaginaire jusqu’au sol, puis jusqu’au devant de la scène et la prolonge du doigt et du regard jusque dans le public.

Django
Oh la la la la la ligne de vie...!

Puis Django revient à Mado et, intrigué, reprend sa main gauche.

Django
C’est curieux. Tu n’as pas de ligne de chance...

Mado, prenant à son tour la main gauche de Django.
La voilà, ma ligne de chance. C’est la tienne...

Django
Moi! Ta chance ?!!

Mado
Oui.

Django
Mais ce n’est pas du tout ce qu’ils racontent au catéchisme! Ils disent que c’est Toi la Patronne. Que Tu tiens les comptes. Que Tu décides de tout! Les Tables de Ta Loi: Tu ne tueras point. Tu ne voleras pas. Tu respecteras ton père et ta mère. Tu n’aimeras que Moi...

Mado
Ils t’ont gommé des sacrés bouts!
Tu ne tueras point... sauf si tu n’as pas le choix.
Tu ne voleras pas... les pauvres.
Tu respecteras ton père et ta mère... s’ils ont tout fait pour être respectables.
Sinon, il fait comment, le fils d’Hitler ?

Django
Mais tu as les pleins pouvoirs! Tu fais ce que tu veux! Tu n’avais qu’à vérifier l’édition. Ce qui est écrit est écrit!

Mado
Mektoub ? Mais qu’est-ce que tu me racontes ? Je m’occupe de tout, mais je te laisse libre. Tu fais ce que tu veux, comme tu veux, quand tu veux, où tu veux. Seulement tu n’es jamais content! Si j’interviens, tu cries à l’atteinte aux libertés, et si je ne bouge pas le petit doigt tu dis que je m’en fous, voire que je n’existe pas. Faudrait savoir!
Tu ne crois pas aux forces invisibles, mais tu as le nez dans l’horoscope tous les matins. Jupiter traverse la troisième maison, Venus et Mars se retrouvent chez Mercure et ça donne: ” Les natifs du 23 ont du souci à se faire!”
C’est vrai que des fois...

Django
La faute à qui si l’homme est con ? C’est pas Toi, le Créateur ?!
Et moi, de toutes façons, l’horoscope, je ne le regarde pas.

Mado
Non, toi, tu fais mieux: tu lis les lignes de la main.
Alors ? Mon avenir ?

Django
Le voilà.

La porte s’ouvre.
Le Pire entre.

Commentaires

encore encore encore
la suite!!!

Écrit par : fanny | 09/08/2007

Bravooooooooooooooooo!
J'en ai mal aux mains et je n'ai plus de voix à force de m'égosiller! La suite,la suite ....!
Bravoooooooo!
Je ne m'en lasse pas même si je connais déjà le texte ,je le savoure avec le public intensément et trépigne d'enthousiasme!

Écrit par : Hélèna | 09/08/2007

J'avais demandé pas de chapeau et pourtant je l'ôte.
Merci à toi l'hôte.
Le pire entre et on prie.
Que l' anagramme est riche, cheri ou à chier!
Je m'amuse.

J'attendrai.

Écrit par : GPMarcel | 09/08/2007

oui, la suite.
Merci,
Bonsoir.

Écrit par : Philippe68 | 09/08/2007

Ah wééé !

Désolé pour le retard inexcusable...

Ce matin, il n'y a personne là où je travaille, mon bureau donne sur une cour intérieure, le temps est nuageux... une atmosphère parfaite pour la méditation et la lecture...

Et justement, à propos de méditation :

"Ils t’ont gommé des sacrés bouts!
Tu ne tueras point... sauf si tu n’as pas le choix.
Tu ne voleras pas... les pauvres."

Voilà de quoi occuper ma journée

Mille mercis fleuris !

Écrit par : johnmarguerite | 10/08/2007

Merci, 'rci, 'rci, merci!
S'cusez, j'étais dans les loges à aider Le Pire à s'habiller et se maquiller.
C'est que nous sommes encore un tout petit festival, et qu'il faut tout faire à peu près tout seul.
Django est au mieux de sa forme.
Mado s'est absentée quelques instants. On la demandait à Notre Dame pour le père Lustiger. Elle vous embrasse.
Avouez qu'il n'y a qu'ici qu'on voit ça!

Écrit par : Fleuryval | 10/08/2007

Ayant ce soir une veillée contes, je ne pourrai être présent in situ lors du livre deux.
Pourrai-je l'enregistrer?
Ne serai-je pas mis à l'amende?

Si Django peut, que ses doigts manquants servent à effleurer les boutons d'un enregistrement simultané.
Quant à Mado, j'espère qu'elle ne pleurera pas en lisant Proust.
Bonne soirée.

Monsieur Fleuryval, les maquillages étaient sublimes.
La lumière façon formica avait un goût Elvis qui me taquinait style "les démons de Jésus". Continuez mon ami.

Écrit par : GPMarcel | 10/08/2007

GPMarcel, toi, éventuellement, pour le dessert, tu pourrais bien être mis à l'amandine!
Situ or not situ, la représentation du Livre second t'attendra tant que 20minutes.fr voudra bien l'héberger. C'est rigolo, ça, une plate-forme de blogs qui marche comme pour les manuscrits de la mer morte...
Pour les maquillages, tu n'as encore rien vu. Django n'en a pas, Mado en a trop. Attends-toi au Pire! Tu devrais aimer ;-)
Message personnel. Mado rentre à l'instant. Elle te connait mieux que tu ne crois et a été totalement bouleversifiée de te voir ôter ton chapeau devant Elle hier. Elle m'a dit: "Fleuryval, sur ce coup-là, t'es comme moi: tu fais des miracles." Puis Elle a ajouté en souriant: "Embrasse-le de ma part. Donne-lui le bonjour de Casquette et dis lui qu'il prenne soin de lui. On n'a rien qui presse. Tant qu'il est chez toi, il n'est pas chez nous..." Moi, tu me connais, maintenant. Discipliné, j'ai répondu: "Ca sera fait."
Hé ben tu vois. C'est fait.

Écrit par : Fleuryval | 10/08/2007

Enfin pu mettre le pouce sur les mocassins !! (avais oublié mon pliant) Eh be , je connaissais le théâtre en salle , dedans , dehors , les pestacles des enfants , le théâtre à la télé , à la radio ce soir , mais alors je ne pensais pas être scotchée par le théâtre sur toile !!! Bravo !! On y est et on se réinstalle pour la suite !! :-)))))

Écrit par : flèche d'indien | 10/08/2007

@ flèche d'indien
Et un petit merci supplémentaire, un!
Avoues que ça tombait bien un soir de Saint Amour, non ? ;-)))))))))
@ toutes
J'espère que vous n'êtes pas trop émotives. Dans l'acte suivant, tout peut arriver. Même Le Pire!

Écrit par : Fleuryval | 10/08/2007

Je serai là ce soir.
Ce n'est pas une veillée contes mais une soirée comptes.
Avec mon épouse.
Je vais me faire tirer l'oreille car je ne remplis jamais le talon du chéquier.

Habitude, habitude.
J'vais aller discuter avec mes poules pondeuses avant de les rentrer.

Autant caqueter avec des pros....

J'dis ça, mais...

Attendez! oui le chèque après Philippe ( Maison de la presse du Canton), j'sais pas moi de l'essence 35 ou 36 euros.
On verra bien au relevé.
Tout de suite!
Je reviens, le renard, tu comprends...je vais rentrer les poules.

Écrit par : GPMarcel | 10/08/2007

"Autant caqueter avec des pros...." Excellent!
Triple mwarf à la boutonnière!!!

Salut ton épouse et invite-la au théâtre.
Pour te faire pardonner le talon du chéquier, prends-lui un petit lainage au cas où. Le Pire, ça peut faire frais ;-)

Écrit par : Fleuryval | 10/08/2007

Oui ! Bien fléché le parcours !! :-))) Et demain (oups ! aujourd'hui !!) c'est ma fête , alors ça tombe à pic aussi !! Allez , j'y vais pour la séance de m'e-nuit !

Écrit par : flèche d'indien | 11/08/2007

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu