Avertir le modérateur

14/08/2007

L'AFFAIRE LE PIRE - Livre IV -

Livre IV

Django, depuis la cuisine.
Mesdames et Messieurs, veuillez vous lever, s’il vous plaît.
La Cour!

Tous se lèvent. Django vient trôner derrière son comptoir.
Il s’est affublé d’un vieux rideau rouge en guise de robe, retenue autour du cou par une embrase blanche au bout de laquelle pendent deux glands dorés.
A la main, en guise de maillet: une louche.

(A Mado) Vous pouvez vous asseoir.
(A Lucifer) Vous aussi.
(Au Pire) Accusé, restez debout, ça vous évitera de vous relever.
La Cour appelle l’Affaire Le Pire contre l’humanité.
Vous vous appelez en ce moment Simon-Oussama-Joseph-Radovan-Adolphe-Ygal de Torquemada-Polpot.
Vous comparaissez devant ce tribunal sur la plainte conjointe de Dieu, du diable et des auteurs de cette pièce pour meurtres, tortures, déportations, prises d’otages, séquestrations, incitations à la haine et à l’émeute, dégradations de biens publics et sévices de toutes natures.
L’instruction a établi votre entière responsabilité dans le massacre de la Saint-Barthélémy, celui des albigeois, des indiens d’Amérique, dans la persécution systématique des populations juives et tziganes depuis la nuit des temps, ce qui naturellement n’attire pas particulièrement la faveur du tribunal ni, croyant le connaître un peu, du public de Fleuryland.
Vous comparaissez tout autant pour votre implication dans toutes les guerres en général et dans la dernière mondiale en particulier au cours de laquelle, avec l'holocauste, vous vous êtes surpassé. J’abrège nécessairement sinon nous y serions encore le mois prochain.
Vous êtes défendu par Maître Dieu.
L’accusation est représentée par Maître Lucifer, procureur de la République.

Lucifer
Pardonnez-moi, Président...
C’est bien cela, mais si vous me permettez, c’est mal articulé.
Ici, plus que jamais, il convient de bien détacher les mots. C’est: L’Art est Public!
Autrement, il y aurait outrage aux jurés.

Le Pire
Il y a déjà!

Django, au Pire.
Taisez-vous!
La parole est à l’accusation.
Monsieur le Procureur, avons-nous des témoins à charge ?

Lucifer
Monsieur le Président, vous les avez éteints tout à l’heure.

Django
Eteints ? Moi ?!

Lucifer
Au début de la pièce, vous avez coupé le journal radio, n’est-ce pas ? Et bien c’est là qu’ils étaient, les témoins à charge. Tout le temps. Partout. (Au Pire) D’ailleurs, “Je suis partout!”, c’était bien ton journal, non ?

Le Pire, à Lucifer puis à Mado.
Parce que toi, tu es nulle part ?!
Et Toi non plus bien sûr. (Fouillant dans sa sacoche et en sortant une bible.) Il me semble pourtant que j’avais déjà lu ça quelque part... Comment disait-on déjà ? Ha oui! Ubiquité! C’est vrai que d’un coup cela sonne plus “branché”.

Lucifer
Monsieur le Président, Mesdames Messieurs, vous le devinez: je n’ai jamais fait accusateur de ma vie! Il me faudra donc, avant de requérir contre Le Pire, préciser trois points.
D’abord, si ma fonction consiste à pousser les hommes hors des sentiers tracés au nom de la Défense, c’est précisément pour que Celle-ci puisse éprouver les cœurs de celles et de ceux qui prétendent résister à la tentation. Une force sans résistance n’a pas sa raison d’être. Une thèse sans antithèse n’est rien.

Le Pire
En ce cas, je suis Saint Aise!

Django, au Pire.
Je vous accorde que vous avez l’air très “comme il faut”.

Mado
Méfiez-vous, Président: l’habit ne fait pas le moine!

Lucifer
Comme la défense a raison! Ainsi moi, avec mon look, passant dans les milieux huppés pour un saltimbanque, un jouisseur, un faisan, ne suis-je pas après le chien et le cheval le meilleur ami de l’homme ?
La défense n’a-t-elle pas fait dire par une voie autorisée qu’un pécheur repenti entrerait plus facilement chez elle qu’un chameau ne passerait par le trou d’une aiguille ?
Encore faut-il, pour se repentir sérieusement, avoir péché avec application. Aussi tenté-je depuis toujours chacune et chacun avec plus ou moins de bonheur et souvent bien du mérite, car tenter un gros pou au risque qu’il accepte, je vous jure que parfois ça mérite l’auréole!

Le Pire
Tu veux la mienne ?

Lucifer, ignorant Le Pire.
Secondement, la tentation ne fait de mal à personne. Y succomber non plus. Au contraire. Seul le remords peut être douloureux. Vous conviendrez qu’il n’est pas de mon ressort. Je ne laisse, pour ma part, que des regrets.

Troisième point et synthèse: la Vie!!!
Il faut considérer que chacune des victimes de l’accusé me prive moi-même d’une âme potentielle. J’aime la vie simplement parce qu’on ne fait pas pécher les morts. Même s’il parait établi que les pendus bandent plus fort que les autres. Hélas, ils ne bandent plus que pour des prunes et vous conviendrez, Monsieur le Président, que c’est pur gâchis!

Maintenant que les bases de la vérité sont établies, (Mado pouffe de rire) venons-en à ce qui nous occupe : “Abissus abissum invocat”.

Django
Pardon ?

Le Pire, à Django puis à Lucifer et Mado.
C’est du latin. “L’abîme appelle l’abîme.” L’abîme ne fait pas le moine non plus, Président.
Sans moi, tout vous serait trop facile. Remerciez-moi, plutôt, de vous rendre la tâche plus noble! Il faut bien des bourreaux quand on veut des martyrs.

Django, hurlant.
On se passerait volontiers des martyrs! Donc selon vous, pas de peine, pas de travail ? Pas de souffrance, pas de talent ? Pas de goulag, pas de Soljenitsine ? Pas d’horreur, pas de grandeur ? Et sans Hitler, De Gaulle aurait été cantonnier, peut-être ? Au fou!!!

Lucifer
Monsieur le Président vous avez fort bien résumé les défauts de raisonnement de l’accusé qui nous font craindre le pire.

Le Pire
Craindre ? Mais sans moi il ne vous reste pas grand chose. Vous-même, Président, sans solitude, pas de clients. Pas de recettes. Et sans mes rois, vous ne prenez jamais la Bastille! Sans tyrans, vous êtes des nuls!

Django
Non non non! Pas besoin de tyrans pour le Progrès! Pendant des milliers d’années, il a fallu faire des kilomètres pour franchir les rivières. Puis nous avons fait des ponts. Autrefois, il fallait trois semaines pour aller en Amérique. Et par bon vent, encore! Aujourd’hui, c’est six heures en avion. Ici, on ne résiste plus qu’à l’air et à la pesanteur et sur la lune, Pierrot n’a jamais été un dictateur. D’ailleurs, on va le voir maintenant. Ce n’est plus lui qui descend, c’est nous qu’on monte!

Mado
C’est beau! On dirait du Moi! On se fait encrasser le mental par l’autre “content-de-lui” et Monsieur le Président nous récure comme vingt cinq Monsieur Propre! Merci, Président!!!

Django
Pas de quoi! Ca m’est venu... tout seul.
Reprenez, Monsieur le Procureur.

Lucifer, sortant un dossier d’on ne sait où, présente quelques photos à Django.
Merci, Monsieur le Président. Je tiens à la disposition de la Cour quelques documents qui étaieront mon accusation majeure qui sera la félonie. Car si le mensonge peut m’être agréable en ce qu’il contient d’imagination, de ruse et d’adresse, je ne supporte pas qu’on trompe sur l’essentiel.

Le Pire
Et que serait-ce donc, l’essentiel ?

Lucifer
Si la vie consiste bien à se rendre le plus agréablement possible de la naissance à la mort, l’essentiel, c’est le plaisir. Or que prône l’accusé ? Les vertus affligeantes de la souffrance, de l’abstinence et de la frustration. Il vous l’a dit tout à l’heure: il doit s’infliger des sévices pour “monter” et considère que tous ici-bas devraient en faire autant.
Mais se fouette-t-il vraiment ? “Décipimur specie recti”.

Le Pire
“Nous sommes trompés par l’apparence du bien”.
Le “Président” appréciera le verbe “tromper”...

Django
Permettez-moi une question, Monsieur le Procureur.

Lucifer
Bien volontiers, Monsieur le Président.

Django
Pourquoi parlez-vous souvent en latin ?

Lucifer
Pour vous faire observer qu’on ne parle plus cette langue morte et enterrée que dans SES églises et dans VOS tribunaux, Monsieur le Président. Le latin, c’est le louchébème du savoir. Le meilleur moyen pour que les peuples ne comprennent pas ce qui se dit par dessus leurs têtes.

Django
En ce cas, si vous pouviez avoir la bonté de me parler en vivant...

Lucifer, tendant une photo à Django.
Dés à présent, Monsieur le Président, et en images.
Sur cette première pièce à conviction, vous reconnaîtrez l’accusé parfaitement éméché, en galante compagnie et dans une position sans équivoque.

Le Pire
Un faux grossier, Monsieur le Président! C’est Germaine, ma secrétaire. Elle n’a jamais voulu!

Django
Qu’une femme ne veuille pas, ça empêche rarement chez vous...

Le Pire
Germaine, ce n’est pas pareil! C’est comme Mado: je veux qu’elle veuille aussi. Avec une guêpière, des bas, des talons... (Désignant Lucifer) Tout ce à quoi il a droit, lui! Mais pour moi: jamais! Rien à faire! Rien!

Mado, séductrice, au Pire.
Comment ?! Tu ne m’as jamais aperçu avec ma guêpière ? Pas une dentelle ? Pas de balconnets ? Rien ? Vraiment ?!
Mais alors, je comprends, maintenant! Tu es jaloux!
Et c’est ça qui te rend méchant.

Lucifer, jaloux à son tour.
Arrête ça, Mado! Je lui en ai déjà mis quelques jolies sur sa route. Il ne les regarde même pas. Enfin, c’est ce qu’il dit...
Quant à ta guêpière et tes longs jupons, moi non plus je ne les vois pas souvent. Et Dieu sait si le séducteur aimerait bien être séduit de temps en temps!

Mado
Je propose.

Lucifer
Peut-être, mais je ne dispose pas souvent.

Le Pire
Moi, jamais!

Django
Moi, si. Des fois. Enfin, je veux dire... Avec des terriennes seulement.

Lucifer
Dis-donc, Mado, c’est moi le tentateur, mais on dirait bien que c’est Toi la tentation!

Mado, furieuse, marchant sur Lucifer.
Mais qu’est-ce que tu me racontes ?! C’est de ma faute si chaque fois que je me laisserais bien tenter moi-même tu es on ne sait où ? Avec on ne sait qui ?
Seulement tu n’es jamais là où l’on te cherche!

Lucifer, pleutre, désignant Le Pire et reprenant.
Lui non plus! Voici d’ailleurs, Monsieur le Président, sur une autre photo, l’accusé sortant d’une banque suisse alors que tout le monde le croyait au Pakistan. Il y en a comme ça tout un album que nous pourrions titrer: “Faîtes ce que je dis, mais pas ce que je fais”.

Le Pire
Ce n’est pas de ma faute! Puisque c’est Elle qui m’a créé à Son image, c’est Elle qu’il faudrait accuser. Pas moi.
Moi, j’ai toujours essayé de faire de mon mieux.

Mado
Lui ?!! Créé à mon image! Vous l’avez entendu, celle-ci ?! Ne me dîtes pas que je ressemble à ça!
Mais où vas-tu chercher tout ça ?!!
Monsieur le Président, je sollicite une suspension de séance pour m’entretenir avec mon client sinon, ça ne va pas être possible.

Django
Accordée.

Mado saisit Le Pire par le bras et l'entraîne au bout du comptoir pour une conversation silencieuse en tête-à-tête.
Lucifer profite de leur absence pour tenter d’influencer Django.

Lucifer, confidentiel.
Je profite de cette pause pour indiquer à Monsieur le Président qu’à l’issue du procès, Monsieur le Président et moi-même avons rendez-vous avec deux très jolies artistes réfugiées sans papiers, dont Monsieur le Président regretterait sans nul doute qu’elles soient reconduites dans leur pays d’origine ainsi que l’accusé et ses disciples le préconisent. J’ai déjà beaucoup parlé de Monsieur le Président à ces jeunes femmes et elles brûlent de faire sa connaissance.

Mado, revenant.
Qu’est-ce que tu trafiques encore, l’accusateur ? Je ne peux pas m’expliquer deux minutes avec mon client sans que tu tentes de soudoyer le tribunal ? Décidément, tu as le diable au corps!

Lucifer
Hé...

Django
Attention, Maître. Vous insultez le Tribunal. Je ne suis pas soudoyable. Incorruptible!

Lucifer, concluant puissamment.
En conséquence, Monsieur le Président, fondé sur le fait que tout ce qui ne nous aide pas à rendre la vie jolie contribue à la pourrir, je requiers contre le prévenu la sentence la plus forte que vous pourrez imaginer, assortie d’une peine incompressible d’au moins dix mille ans afin que la défense, moi-même et les médias puissions prendre enfin quelques vacances!


Demain, 15 Août, plaidoirie et verdict...

Commentaires

Joliiiiiiiiiiii! Bravoooooooooooo! (debout sur mon strapontin ,applaudissant à tout rompre )
Merci infiniment ...
C'est dense (danse avec les mots ;-))))) ) Et c'est un pur délice !

Écrit par : Hélèna | 14/08/2007

Héléna, attention à l'entorse de la cheville.

Sûr, c'est jubilatoire et plein d'images représentatives se chevauchent, s'interfèrent et donnent au matin qui se lève te se donne une toute autre saveur.

Je suis en train de me l'imprimer car je préfère avoir le spages qui tournent sous les doigts, feuilleter, revenir...à l'écran, plus difficile.

Écrit par : GPMarcel | 15/08/2007

@ Hélèna.
De tels compliments venant d'un professeur de droit pénal, pour un procès pareil?!! Il va donc me falloir espérer que Mado triomphe à la conférence Berryer ;-) GPMarcel a raison: descendre du strapontin avec prudence.
@ GPMarcel
Si ce sont les chevilles de notre professeur de danse classique qui t'inquiètent, c'est adorable. Si ce sont les miennes, ne t'inquiètes ni pour elles ni pour mon tour de tête: j'ai fait chanteur avant...
Amuse-bouche pour la fin: En se souvenant du Nil ou des roses des sables, on se sent minuscule quand on crée un jardin...

Écrit par : Fleuryval | 15/08/2007

bin alors? on est 15 aout!
la suite la suite !!!!!!

Écrit par : fanny | 15/08/2007

DERNIERE MINUTE
De notre envoyé spécial.

A l'issue du terrible réquisitoire du Procureur de L'Art est Public, l'accusé a perdu connaissance et a dû être évacué d'urgence dans la cuisine où, selon des informations émanant de milieux autorisés, le Président lui prodiguerait les premiers soins en compagnie de la Défense.
La grève des pilotes d'hélicoptères du Samu serait cause des raisons pour lesquelles l'équipe médicale alertée immédiatement se rendrait sur les lieux en vélo.
Selon les mêmes sources, l'accusé serait dans un état stationnaire. Son pronostic vital ne serait pas engagé.
Dans le même temps, la Défense ayant été sollicitée aujourd'hui même par un nombre de dossiers incalculable semblerait Elle-aussi avoir ressenti une lourde fatigue la conduisant à demander au tribunal une suspension, tant pour Elle que pour son client.
L'audience reprendra sitôt que la Faculté le jugera possible.

C'était Fleuryval, en direct d'"Au bonheur des hommes" pour France blog.
A vous les studios.

Écrit par : Fleuryval | 15/08/2007

:-D savoureux ce communiqué de presse !!

Écrit par : flèche d'indien | 16/08/2007

Normal. Selon la presse de ce matin, Mado aurait eu à examiner plus de trente mille dossiers hier à Lourdes! ;-)
Ce matin pourtant Elle pète la forme. Sa capacité de récupération me fascine...

Écrit par : Fleuryval | 16/08/2007

A te lire force m'est de constater que j'aime la vie , ses abîmes et ses prunes et que je me ferais bien l'avocat du diable ...
Bon , je remets le Pocket Vox sur les oreilles -merci de l'avoir laissé sur mon pliant ;-))- et je passe à l'acte suivant !

Écrit par : flèche d'indien | 16/08/2007

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu