Avertir le modérateur

10/08/2007

L'AFFAIRE LE PIRE. Livre second.

Livre II


Simon-Oussama-Joseph-Radovan-Adolphe-Ygal de Torquemada-Polpot est moyen.

De partout.

Sur lui, toute couleur paraîtrait terne. Il fane tout.
Sous son grand capuchon, avec sa croix épinglée sur sa robe de moine-soldat décorée des pires ordres qui soient, sa sacoche au bout du bras, à petits pas, gris, il entre.

Mado
Tu n’es pas en retard.

Le Pire, obséquieusement.
Je ne me pardonnerais jamais de Te faire attendre.

Mado lui arrache la croix et la jette violemment loin d’elle.

Mado
Mais décidément!!! Ôte-moi cette saloperie d’instrument de torture! Tu t’imagines que ça me fait plaisir d’avoir le souvenir du martyr de mon fils sous le nez tout le temps, abruti ?! Tu ne pourrais pas porter la Légion d’honneur, comme tout le monde ?

Django, se servant un verre de “costaud”
J’imagine que Monsieur est le diable ?

Le Pire
Vous n’y êtes pas du tout, mais vous brûlez déjà.
Je me présente : Simon-Oussama-Joseph-Radovan-Adolphe-Ygal de Torquemada-Polpot. Mais Elle m’appelle “Le Pire”. Sans que j’ai jamais trop bien compris pourquoi puisque je suis son plus dévoué fanatique et que pour Elle, j’ai de grands projets: bientôt, je vais renverser le Diable!

Django
Oui. Bien sûr! Un coup d’état aux enfers!!! Mais bien sûr! Évidemment! Naturellement! Bien sûr!...
Excusez-moi, j’ai un coup de téléphone à donner...

Mado
Un coup de téléphone? A qui? Pour quoi faire?

Django
A l’hôpital des fous pour m’assurer qu’ils vous ont bien recomptés avant de vous mettre au lit!

Django s’empare du téléphone et constate que le combiné est noué comme le canon du revolver.

Django
Ha ben non! Pas toutes mes affaires, quand même!

Mado, au Pire.
Tu bois quelque chose?

Le Pire, désignant Django.
On peut parler devant lui ?

Mado
Ne t’inquiètes pas. Il n’a pas été choisi au hasard.

Le Pire, s’asseyant sur le tabouret bas et fouillant dans sa sacoche.
Choisi ? Un barman ! Un débaucheur ! Un pourvoyeur de cirrhose ! L’élite... Tu nous gâtes.
Sortant une fiche.
Ah, le voilà ! Alors... Vous vous appelez Django Novak. Manouche, ancien guitariste reconverti dans le commerce des alcools. Bravo! Bel enchaînement de débauches... Votre bistro s’appelle: “Au bonheur des hommes”

Django
Et alors ? Il n’y a pas de mal à cela!

Le Pire
Si!
Maintenant que vous savez en face de Qui vous avez l’extravagante chance d’avoir l’immense privilège de vous trouver, je vais vous dire comment ça marche.
Le bonheur sépare de Dieu. Il est stérile. Seule la souffrance élève l’âme. Moi, par exemple, pour m’en approcher, je me fouette. Je marche pieds nus dans la neige. Je me vautre face contre terre, les bras en croix sur le carrelage glacé et là, Monsieur, je monte.

Django, à Mado
C’est vrai, ça ? Hors la douleur, point de salut ?

Mado, séductrice, prend Django par le menton.
C’est de ça que j’ai l’air ?

Elle l’attire vers Elle et lui donne un baiser.

Le Pire, occupé à disposer sur la table basse un petit autel avec des ustensiles sortis de sa sacoche, n’a pas vu le baiser et croit rassurer Django.
Ne vous inquiétez pas. Elle en repêche quelques fois. Elle a ses exceptions culturelles et si, malgré votre parcours déplorable, vous avez eu l’insigne privilège d’avoir l’immense honneur d’être choisi par Sa Très Grande Immensité

Mado
Mais arrête de me lécher les escarpins!
Qu’est-ce que tu fais ?

Le Pire
C’est l’heure.

Mado
L’heure de quoi ?

Le Pire, tapotant sa montre.
L’heure de la messe. A Singapour.

Mado
Tu ne vas pas me dire une messe, je suis là !

Le Pire
Justement. Tu n’es pas à Singapour.

Il dispose deux burettes sur leur plateau.

Flûte! J’ai oublié! Maître d’autel, je vous prie: un quart Vichy.

Mado
Pour quoi faire ?

Le Pire, désignant les burettes.
Pour la messe.

Mado
Ha non! Pas de Vichy dans les burettes!!!

Mado se précipite sur la table basse et jette tous les ustensiles dans la sacoche qu’elle va rageusement cacher derrière le comptoir.

Mado
Confisqué!

Le Pire, petit garçon.
Oh non! Mes jouets! C’était pour l’âme du Monsieur... Nous sommes venus le chercher pour le remettre dans Ton droit chemin, n’est-ce pas ? Lui faire abandonner toute cette

Mado
Pas du tout! Il fait de l’excellent travail ici et il y a souvent plus d’amour dans son bistro que dans toutes tes églises.

Le Pire
Où je les garde dans l’amour de Toi, tout de même...

Mado
En en dégoûtant l’immense majorité, oui! Quand tu auras compris que la seule façon de m’aimer vraiment, c’est d’aimer les autres, on aura bien avancé, Le Pire.

Le Pire, à Django.
Elle dit ça, mais vous savez, je suis un peu son souffre-douleur. Elle adore ça. Elle est femme, quoi...
Pourtant, quand je pense à tout ce que j’ai fait pour Elle et à tout ce qui me reste à faire...
(Confidentiel) Vous savez, elle coûte très cher! Mais enfin, comme on dit: “Quand on aime, on ne compte pas.”

Mado
Qu’est-ce que tu marmonnes ?

Le Pire
J’expliquais au Monsieur que je T’aime depuis toujours mais que Tu ne veux rien savoir de moi.

Mado
Parce que je te connais comme si je t’avais mal fait. Je sais trop ce que tu représentes.

Le Pire, s’agenouillant.
Ha, j’ai mal de Toi! Te voir, c’est toujours le martyr et martyr, c’est pourrir un peu. Ha! Fi! Poix! La vilaine! Qué cruelle!

Mado
Et ta soeur ?

Le Pire
Tu ne me crois pas ? Tu ne crois pas en moi ?

Mado
Je ne te crois pas, je te constate et je te déplore. Comme une épidémie qui emportera tout le monde si l’on ne fait pas gaffe où l’on prend son pied. Personne ne peut douter de toi: tu es partout. Dans toutes les guerres. Dans le mental de tous ceux qui n’ont rien de plus urgent que de faire péter la planète. Sans penser, ces abrutis, que même les poches remplies de dollars, ils iront eux-aussi danser dans le cosmos.

Le Pire, radieux.
Personne ne peut douter de moi ?!
On dirait du Dieu!
Dieu que c’est bon!!

Django, à Mado.
Il me disait aussi que Vous coûtiez très cher...

Mado
Quoi ?!! Dis-donc, Le Pire, qu’est-ce qu’il me dit, le Monsieur ?

Le Pire
Ben quoi ? C’est vrai! Tu ne vas tout de même pas Te plaindre du tas d’or que je leur fait jeter à Tes pieds... ?!

Mado
Houla! Doucement, le Pire. C’est toi qui ramasse. Moi, je n’ai pas besoin d’argent.

Django
Hé ben moi si! D’ailleurs, à ce sujet, elle reprendra bien un petit quelque chose, Madame Dieu, pour aider sa créature ?

Mado
Fais péter, Django!

Django, rechargeant le demi.
Et une petite mousse pour notre Seigneur, une!
Et le petit Pire, il ne va pas me commander un cruchon d’eau bénite. Ce serait pourtant le moment, mais à cette heure-ci, je ne fais plus la carafe.

Le Pire, à Mado.
On n’est pas venu là pour trinquer, j’imagine. On est là pour quoi exactement ? Pour négocier quelque chose ?

Mado
Pour un procès.

Le Pire, radieux.
Enfin! Tout de même! Tu te décides! Depuis le temps que j’attends ça... Mais là, enfin, ça ne pouvait plus durer. Il est allé trop loin!
Moi, mes troupes sont prêtes pour le grand jour. Je tiens déjà quelques fortins.
Alors pour moi, garçon, ce sera une petite verveine-menthe. Pour garder l’esprit frais! Mains propres et tête claire!
Qu’est-ce qu’on attend pour commencer ?

On entend soudain hurler un loup, hululer une chouette puis arriver au loin un cortège de motos de grosses cylindrées.

Mado
On n’attendra plus bien longtemps. Le voilà.

Commentaires

C'est plaisant pour une fin de soirée, merci Fleuryval

Écrit par : Philippe68 | 10/08/2007

Un montage bien assaisonn& que ta cr&ature ! c'est vrai que tu as dû avoir l'embarras du choix ....
Et " Madame Dieu" , tiens , pour nous les femmes , c'est plus planant que la souffrance !!! Allez , je vais léviter en chemise d'e-nuit en essayant d'oublier le pire , en pensant que demain ça va être ma fête , une fête de tous les diables ;-)))))

Écrit par : flèche d'indien | 11/08/2007

bien joué
dérision calibrée

Écrit par : meriaux | 11/08/2007

1000 au tapis, je suis.
Tu m'as reconnu, Patriiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiick.

Alors étonné, non!

Un procés en bonne et due forme.
J'avais raison d'attendre.
Mado, il a raison le Fleuryval, chapeau!

3 oeufs dans le chapeau, elles se débrouillent mes volailles.
Sieste.

Écrit par : GPMarcel | 11/08/2007

de mieux en mieux.
y'a cinq actes?

la suite la suite la suite !!!!!
dieu en femme de mauvaise vie, qué bonheur...

Écrit par : fanny | 11/08/2007

@ Tou(te)s
J'aime beaucoup ces petites interruptions qui permettent de multiplier les remerciements au cher public ;-)
Aujourd'hui, jour de Mado, entracte.
Ou "l'audience est suspendue."
Comme on voudra...
Mwarf

Écrit par : Fleuryval | 12/08/2007

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu