Avertir le modérateur

22/10/2007

PREMIERE MONDIALE!!! ;-)

Ayé!
Mesdames, Messieurs, marmouzets, marmouzettes, en copiant-collant l'adresse ci dessous ou plus simplement en allant cliquer dans le premier commentaire (toujours aussi nul pour les liens dans les notes...)
http://www.agevillagepro.com/article-6982-1-Projet-d-etablissement.html
vous allez vous retrouver sur le premier point de rencontre internet des jardiniers de maisons de retraite!

Pour le moment, c'est à lire.

Dans peu de temps, ce sera à admirer.

Pas peu fier, le Fleuryval!

Chut. Ecoutez... Y a du bonheur qui pousse ;-)))))))


medium_Elébores_blanches.JPG

08:25 Publié dans Jardins | Lien permanent | Commentaires (18)

17/10/2007

HEY, MEC... CA VA ?

"Les gens, il conviendrait de ne les connaître que disponibles,
A certaines heures pâles de la nuit
Avec des problèmes d'hommes.
Simplement.
Des problèmes de mélancolie." (Léo Ferré)

A la prochaine... (Ma pomme, avec Red Mitchell aux guitares, Piotr Sapieja au violon et Michel Bernholc à tout le reste)

podcast


Pour celles et ceux qui ne peuvent pas écouter (j'en connais...), le texte, au moins...


A LA PROCHAINE!

Arrête un peu d’ mouiller ma ch’mise
Parce que t’es plus avec Denise.
Tu devrais plutôt être content,
C’était pas un cadeau vraiment.

Tant qu’ ça allait on t’ voyait plus.
On s’ disait: “Qu’est-ce qu’il est d’venu?”
Ce soir t’arrives les larmes aux yeux,
T’aurais pu nous rapporter mieux.

Allez, Lucien, viens boire un verre
A la santé de la bergère
Qui va t’ remettre du rire aux yeux,
Qui va t’ remettre le coeur en feu.

Nous fais plus chier avec l’ancienne,
Raconte-nous plutôt la prochaine,
Comment t’aim’rais qu’elle ai les yeux
Et la couleur de ses cheveux!
Qu’est-ce tu crois qu’elle fait dans la vie?
Qu’est-ce que t’aim’rais qu’elle t’ fasse au lit?
Ho oui, je sais, ça fait vulgaire.
Mais y a des soirs, c’est nécessaire...

Elle t'attend déjà quelque part.
Tu la trouveras par hasard.
T’as donc pas compris, vieux tordu,
Que tout arrive quand t’attends plus?

Pis te mets pas dans c’t état-là.
Si ce soir, elle passait par là,
Comment voudrais-tu qu’elle r’connaisse
L’homme de sa vie dans c’ tas d’tristesse!?

Comment? Qu’est-ce que j’ fais-là tout seul?
Pardon? Pourquoi j’ me saoule la gueule?
Ben c’est que j’ suis tout seul aussi
Mais moi, j’vais pas t’ pleurer ma vie

Non moi, j’vais t’ parler d’ma prochaine,
P’t’être la dernière si j’ai d’ la veine...
Mais non, j’ veux pas crever d’ bonne heure
Mais j’en ai marre de m’ casser l’ coeur

Alors moi, tu vois, la prochaine,
Elle aura une démarche de reine,
De grands yeux clairs, des cheveux roux,
J’en s’rai amoureux comme un fou!
Avec des jambes interminables,
Des seins à convertir le diable,
Elle aura une peau de velours
Et j’ te raconte pas pour l’amour...
Avec de longues mains de pianiste,
Elle s’ra sûrement un peu artiste,
Elle aim’ra les bandes dessinées,
La chanson, le rock, le ciné.
Pis elle m’emèn’ra au bistro
R’trouver Bernholc à l’apéro,
Elle boira comme une vrai tzigane,
Elle aimera bien nos caravanes.
On s’ra toujours en train d’partir,
On s’ra toujours en train d’ se rire...
Allez Lucien, encore un verre
A la santé de ces bergères
Qui vont nous r’mettre le coeur en feu,
Qui vont nous rallumer les yeux...

Allez Lucien, encore un p’tit
A la santé de la Sylvie,
De la Jeanine, de la Sophie...



Pas de quoi.

Quand on peut aider...

12/10/2007

JARDINS ITALIENS

Le dossier du Parc des Tiges est (enfin) bouclé et déposé à la Chancellerie depuis ce matin!

Avec un RMI de (tenez-vous bien, ça secoue!) trente six euros et dix neuf centimes, on peut parler d'un bel exploit!

C'est beau comme un essai du XV de France!

Gloire à ma sainte mère, au général Misère et à Hélèna sans qui rien n'eut été possible!

Et merci à toutes celles et tous ceux qui nous ont encouragés ici ou ailleurs. Continuez, la partie est loin d'être terminée ;-))))))))))

Voilà pour les nouvelles du front.

Maintenant, IL FAUT que je dise aux francilien(ne)s qui voudraient se promener dans Paris ce week-end:

En revenant à pieds de la place Vendôme à l'Opéra, sur le trottoir de gauche, je suis (presque) tombé devant la vitrine de l'Office Italien du Tourisme où sont exposées de grandes photos des plus beaux jardins italiens et c'est tout bonnement GI-GAN-TES-QUE!

Un petit apéritif ici:

medium_Villa_Boveri.jpg


Et pour y aller vraiment, c'est par là :
http://www.european-garden-tour.com

Si vous revenez de la place à la fameuse colonne, ça console bien des quatres étrons en résine rose qu'un gigantesque clébard à planté bien droits devant le Ritz. Mais que fait la voirie ?!!!

Bon week-end à tou(te)s!

16:10 Publié dans Arts, Jardins | Lien permanent | Commentaires (2)

10/10/2007

EOLIENNES

medium_eoliennes.jpg



Ha mes ami(e)s!

Je sors d’une rencontre “entrepreneuriale” et, en mon âme et conscience, je me dis que je n’ai pas le droit de garder pour moi seul une aussi pathétique expérience.

Qu’est-ce ?

Une “rencontre” organisée par une association d’anciens entrepreneurs, cadres et chercheurs décidés à “aider” la création et le développement d’entreprises sur mon secteur et à... faciliter les financements de l’innovation.

Du coup, je lâche un peu mon jardin de racaille et mes parcours de santé et je vais.

Rapport que j’ai moi-même quelques innovations en attente de financements...

A quoi ressemble-ce ?

Ca se passe dans une petite salle polyvalente aussi joyeuse qu’un salon mortuaire, grand tableau et rétroprojecteur en plus pour diffuser des transparents conçus comme des faire-parts.

Le lieu est assez bien assorti aux participants. J’ai d’abord cru que je m’étais trompé et que j’arrivais au conseil d’administration d’une entreprise de pompes funèbres. Jaunies, ternes, des tronches longues comme des jours sans pain, on messe-basse, on chuchote, on fronce du sourcil, on opine du chef et on prend un air entendu pour montrer à l’interlocuteur qu’on a compris sa confidence.
On n’y rit pas. Jamais. Se coincerait-on les doigts dans une porte qu’on ne crierait pas non plus. Un rituel secret mais terriblement efficace et scrupuleusement observé y veille.

La séance commencée, vocabulaire et syntaxe sont raccords. Ces gens ont beau parler naissances, incubateurs et pépinières, tu vois d’abord le corbillard, puis la gerbe et le trou. Même à propos de “création”, ça suinte l’ennui, ça sent la mort.

D’abord, l’organisateur se présente.
Puis, “en deux mots” qui doivent en faire en réalité mille sept cent quatre vingt quinze bon poids, il rappelle à quoi est censée servir son association, son historique, et cite tous ceux grâce auxquels...
Toi, pauvre buse, tu ne savais pas tout ça!!! Tu pensais venir à une représentation de la Traviata!
“C’est pour dîner ? demande le serveur au restaurant.
“Non, c’est pour faire un tennis!” (JM Bigard)

Puis s’énoncent les excuses de toutes celles et ceux qui, malades ou occupés ailleurs, n’ont pas pu venir.

Toi, assis sur la chaise la plus proche de la porte (en rentrant tu sentais intuitivement que tu n’allais peut-être pas rester jusqu’au bout), tu les comprends...

Enfin viennent les “deux” mots de bienvenue du maire qui a tenu à accueillir personnellement tous ces énergumènes qui, va t’en savoir pourquoi, voudraient créer de la richesse et de l’emploi sur sa commune. Les salauds!

Puis qui confesse que dans son coin, on n’a pas la culture “entrepreneuriale”. Curieux: à deux kilomètres à vol d’oiseau, il y a la seconde école mondiale de management, l’INSEAD! Qui, il est vrai, irradie peu, localement.
Son bourg évoque davantage une maison de retraite que la Silicone Valley et les verrous s’y vendent mieux que les clés usb...

Et conclue, cerise Rougon sur le gâteau Macard, que la communauté de communes est réticente à aider des entreprises qui s’arracheraient du “territoire” sitôt qu’on leur proposerait mieux ailleurs.

Gigolose atmosphère:
Le maire: “Si je t’aide, tu vas me quitter!”
L’entrepreneur : “Mais si tu ne m’aides pas, je meurs.”
Le maire : “Finalement, j’aime mieux ça...”

Puis “interviennent” des “porteurs de projets” en “phase d’incubation” (sic). Comme qui dirait des têtards qui raconteraient toutes leurs misères existentielles à devenir des grenouilles.

Et là, tu commences à t’emmerder grave.

T’es venu chercher du cash. Pas de la psychanalyse.

Alors tu glisses un sourire à une Gentille Organisatrice (bénévole) et tu lui demande à voix basse à quelle heure doivent intervenir les “financiers”.

Et là, stupéfaction, elle te répond qu’il n’y en a pas.
Personne. Pas une banque. Pas une caisse d’épargne. Pas un fond d’investissement. Rien. Nada. Nothing. Nib!

Alors doucement, sans faire de bruit, tu ramasses ta musette et tu t’arraches tout ébouriffé.

Comme sorti d’un champ d’éoliennes.

Pareil.

Ca brasse du vent et ça dégage moins d’énergie que ça en gaspille.

09/10/2007

LA SOLITUDE EST UN DROIT !

medium_03_-_Moucharabieh_.JPGLa chance que vous avez!!!

En avant-première de la première mondiale annoncée voilà peu, une page de jardinier pour les jardinier(e)s de maisons de retraite.



Dans un jardin de maison de retraite, la convialité a ses charmes et le plaisir d’y “tailler une bavette” conduit naturellement à y installer quelques sièges favorisant la conversation entre résidants ou/et soignants.

Mais les plaisirs d’une lecture solitaire, d’un instant d’isolement tout entier dédié à la méditation, à l’admiration ou même à une petite somnolence d’après-déjeuner à l’ombre d’une pergola apportent bien du bonheur aussi.

Ce droit à la solitude va malheureusement de paire avec les risques de chute ou de soudain malaise et le jardinier doit donc créer un espace isolé mais restant sous surveillance.

Ce droit à la quiétude va nécessairement sans accompagnant et le jardinier, s’il est là, peut être éloigné du solitaire et occupé avec un engin bruyant (tondeuse, taille-haie, coupe-fil...) dont le vacarme masquera totalement le bruit de la chute et les appels au secours.

Le jardinier prendra soin dés lors d’aménager ce “coin tranquille” à l’aplomb d’une porte-fenêtre de la maison et d’équiper celle-ci d’un moucharabieh donnant au promeneur le plaisir d'un coin tranquille et isolé avec la sécurité due à la proximité des personnels de la maison.

Equipé d’un système de poulies propre à le relever rapidement, on pourra dés lors lui porter assistance en deux temps trois mouvements:
1 - relever le dispositif.
2 - ouvrir la porte.
3 - porter assistance.

Bien sûr, le jardinier aura veillé à ce que l’allée menant à l’espace de solitude soit suffisament large pour y laisser intervenir les brancardiers au cas où la manipulation de la personne à terre interdirait son extraction par l’intérieur.

Une chicane d’un mètre vingt de largeur nous semble à l’heure actuelle la bonne dimension.



Et pour les moucharabiehs, menuisiers bienvenus!

Merci qui ?

12:35 Publié dans Jardins | Lien permanent | Commentaires (2)

04/10/2007

LES RONCES ET LES ROSES

medium_ronces.jpgLe temps que le produit (bio) épandu lors des deux notes précédentes fasse effet sur la ronce envahissant les allées de notre haute administration, je vous invite à n’avoir pas peur (pas de quoi, Robert...) de déposer ici toutes les entorses au bon sens dont vous pourriez être témoins en notre beau pays de France.

Comme par exemple cette commission chargée de réfléchir et de proposer des pistes sur et autour de la maladie d’Alzheimer dont il a fallu attendre huit jours pour savoir qui la compose, mais dont on ignore encore où, quand et comment en contacter les membres...

Comme tous ces sites institutionnels sur lesquels le visiteur trouve difficilement qui s’occupe de quoi, et quasiment jamais comment la (le) joindre directement.

Ainsi ces hauts fonctionnaires dont on apprend quand fût publié au Journal Officiel l’arrêté de leur nomination (ce dont tout le monde se fiche éperdument), mais dont on ne trouve ni le mail ni le téléphone...

Ca manque de liens, tout ça!

Ou, arc-bouté sur son petit pré carré, ça n’en veut pas...

N’hésitez pas non plus pour les “anomalies”.

Comme ces disparitions de notes sur certains blogs, des mails qui s’égarent, des politesses élémentaires qui se perdent là où l’on les croyait préservées, des incohérences par trop criantes...

Comme ces gens qui déplorent le manque d’éducation d’une jeunesse qui ne dit plus: “Bonjour”, “S’il vous plaît” et “Merci” et qui raccrochent au nez de celles (ceux) qui les appellent, ne répondent pas à celles (ceux) qui leur écrivent, ne remercient jamais non plus...

Et si vous disposez de deux minutes, conseillez-moi.

Un rmiste de mes très proches, dont le “dossier” est en cours de traitement, se voit crédité par les impôts d’un chiffre d’affaire colossal pour l’année dernière, quand chacun sait ou devrait savoir dans son secteur qu’il n’a rien pu faire!

Faut-il alerter la brigade des stupéfiants ?



Heureusement, vous êtes là. Quelque part...

Si nombreu(se)x!!!

medium_André_Eve.JPG

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu