Avertir le modérateur

05/11/2007

L'ENFLOLOGIE: UNE MEDECINE D'AVENIR!

Il est temps qu’une nouvelle discipline, pleine d’avenir, fasse son entrée à la Faculté de médecine: l’enflologie.

Elle consiste à diagnostiquer, traiter et si possible guérir des patients de plus en plus nombreux à enfler des chevilles, de la tête, du nombril et, pour les cas les plus avérés, du jabot.

Une sorte d’obésité mentale qui met la suffisance en surcharge pondérale et dont les symptômes les plus flagrants se caractérisent par des excroissances de mépris, des pustules de morgue, des mélanomes de vanité.

Pour les patients les plus atteints, l’enflologue aura soin de travailler en tandem avec un chirurgien spécialisé lui-même à une nouvelle problématique anatomique saisissante: la troudeballologie.

Pour le chirurgien troudeballologue, l’opération la plus courante consistera à obstruer le second anus apparaissant généralement chez le (la) patient(e) à hauteur de l’occiput, laissant échapper des vents plus ou moins bruyants qui font murmurer dans l’entourage, selon une expression populaire imagée, qu’avec ses flatulences expulsées à la base du chapeau, il ou elle “pète plus haut qu’il (ou elle) a le derrière”.

Une médecine profondément humaine, dont les résultats restaureront cette fraternité qui fait ces temps-ci si cruellement défaut, et permettront à tout un chacun d’espérer qu’on lui réponde dés lors qu’il s’adresse à un interlocuteur persuadé à nouveau que les éléments communs aux êtres humains sont plus forts et plus nombreux que ceux qui les divisent.

A paraître très prochainement: une première étude des catégories socioprofessionnelles les plus affectées par cette redoutable pathologie, populairement (déjà) rebaptisée “la grippe à fiers”.

medium_dindon_2.jpg

Commentaires

Hé ben! L'es colère?

ps : suis revenue à l'ancienne adresse, par la grâce de Jamal de 20minutes...

Écrit par : fanny | 05/11/2007

Pas colère. Juste soucieux de santé publique ;-)
Un nouveau "Hourra!" pour Jamal. J'ai déjà reflèché.

Écrit par : Fleuryval | 05/11/2007

J'espère que les dits interlocuteurs vont hurler de rire en se reconnaissant et comme personne ne doute qu'ils aient le sens de l'humour surdimensionné lui aussi ;-) et un instinct de survie à toute épreuve, ils vont courir chez leur médecin traitant pour avoir l'adresse du meilleur spécialiste et se faire soigner illico presto.

Et alors là...peut être... enfin! ils seront aptes à te répondre! ;-)

Écrit par : Hélèna | 05/11/2007

"Hurler de rire" à son propre sujet ne semble pas, a priori, l'un des symptômes caractéristiques de la maladie chez le mandarin, le dindon ou le pigeon élu atteint de grippe à fiers. Leur auto-dérision paraît toute relative et il n'est que de voir coment ils se dressent sur leurs frèles ergots quand on sourit sur leur passage. Ils ont même, me dit-on, calé l'interdiction de rire à leur dépens sous une appellation d'outrage à magistrats ou d'Outra à magistrauge. On se sait pas. On patauge.
Sinon, un cabinet vient déjà d'ouvrir. Docteur Modeste Humble.
Pour les rendez-vous, provisoirement, s'adresser ici.

Écrit par : Fleuryval | 05/11/2007

Reconnu aucun visage pâle mais hurlé de rire à plumes déployées !!!! Cela me donne envie d'afficher une copie de ton billet chez mon médecin !!!
La grippe à fiers !...et le troudballot-log !...et ceux qui font la buche en cul-de-poule , tu crois qu'ils en sont déjà à un stade très contagieux ? :-D)))))) Tu es un médecin émérite évidemment , sorti de la plus haute faculté : celle de LHUMOUR ( savant dosage d'hum-ilité et d'am-our)
"Et au plus eslevé throne du monde, si ne sommes assis que sus nostre cul." peut-être est-ce pour cela qu'ils ont désappris à rire - ou qu'ils n'ont jamais su- les oiseaux si haut perchés , et qu'ils sont coincés du cul pour éviter les chutes douloureuses ?

Écrit par : flèche d'indien | 08/11/2007

Hugh! Rien ne sied mieux à une squaw que de rire à coiffe déployée.
Tu me laisses penser que je garde un pied dans le café-théâtre. Tu n'imagines pas le bien que ça me fait. J'en Colucherais presque ;-)))))))
C'est pas tout le monde dont même le verbe (ou l'adjectif) méritent leur majuscule. J'ai tellement ri d'abord, si souvent mangé après, dormi à l'abri aussi...
Mise en garde préventive:si tu affiches ce billet chez ton médecin, fais-le à l'ancienne, façon 42. Sinon, ces temps-ci, sauf à être des nôtres, il ne te soignerait plus. Et ça lui coûterait cher.

Écrit par : Fleuryval | 08/11/2007

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu