Avertir le modérateur

16/01/2008

A CHEVAL!

5dc9393e70a2441f6755668315476f02.jpg

Enfin!

http://www.liberation.fr/rebonds/304142.FR.php

Je me sentais bien seul, sur ce soutien-là!

Commentaires

Ami,
Je ne peux m'échapper. Le panache sied à l'Occitan.
Mais l'être humain est, c'est ce qui en fait sa beauté et son humanité, un sujet de contrates voire de contradictions.

Le texte d'Onfray, que j'avais déjà lu, met l'accent sur le vide culturel qui nous a envahi laissant la place à un ectoplasme de soi-disant tout (du chanteur au comédien...) et la colère de Bartabas, son combat pour son travail, sa passion, ses comédiens-écuyers, ses chevaux, son entreprise...est respectable et je dirai même salutaire.
Le texte de Valérie Saint-Do nous indique un Bartabas qui ne s'était pas associé à la juste colère également respectable et salutaire des intermittents se battant en 2003 en Avignon.

Alors je pense que Bartabas possède ces deux facettes et comme une "maman" lionne il a agi quand il a été attaqué, comme il s'était désinteressé, à un moment, du même combat mené par d'autres.

Une leçon du syndicalisme me permet à l'expérience de dire que l'on devient solidaire des autres quand on a un problème et que le groupe peut aider à la résoudre.

Rappelons nous du texte du Pasteur Niemoeller.

Voilà ce que je pense et je dis.

Écrit par : GPMarcel | 16/01/2008

GOMarcel, je ne sais même pas comment c'est possible d'être un "intermitemps " du spectacle.
Ici n'existent que des "Atempscompletduspectacles".
Quand tu ne travailles pas ta voix, tu cisèles ton écriture.
Quand tu ne bosses pas sur ton corps, tu écoutes les oiseaux.
Quand tu ne chantes pas bien, tu apprends à te taire et à n'être qu'une ombre sur le pied d'un lilas.
Et la nuit, tu en rêves.
Quellle que soit ta discipline, l'art est un art martial.
Parce qu'il élève les peuples au lieu de les rabattre. Et qu'il est en guerre permanente contre la laideur, la souffrance, l'indiférence, l'inculture, la misère, le "temps de cerveau disponible", les armes de crétinisation massive, pour la beauté, la connaissance, la fraternité, l'intelligence des sens et du coeur, la "politique de civilisation" telle que conçue par l'auteur (Morin) dans la droite ligne des Médicis en passant par Voltaire et Malraux.
Quitte à en crever pour que le monde avance.
Soldart.
Un truc va te plaire, j'en suis certain.
Parfois, après le journal télévisé du soir, occupé à ma vaisselle ou à mon rangement, j'entends le générique de la Star'ac et je saute sur ma télécommande pour éteindre en gueulant: "No passaran!"
Après, calmement, je mets du flamenco et plutôt que des pauvres aveuglés de paillettes à deux balles, j'ai des chevaux au galop éclabousant la mer dans la salle à manger.
Y a pas photo.

Écrit par : Fleuryval | 16/01/2008

J'entends (au sens classique) ton argumentation et la fais mienne dans la transcendance.
Seulement tout le monde ne veut ou ne peut pas être le martyre de sa discipline artistique ou de sa passion.
Ce serait gommer l'humain.
Pense que la discipline est aussi le fouet religieux servant à Se mortifier.

Écrit par : GPMarcel | 17/01/2008

Moi aussi je t'entends bien ;-))))))
Mais la discipline m'évoque plus les soldats que les malades de l'opus déi.
C'est incroyable le nombre de mots que les artistes et les militaires ont en commun. Une "troupe" de théâtre, une "compagnie" d'art lyrique, un "corps" de ballet, des "exercices" au quotidien, un "chef" d'orchestre, une "cavalerie" au cirque comme dans l'armée de terre...
Selon moi, loin de gommer l'humain (ni le cheval non plus...) c'est en tirer ce qu'il a de meilleur.
Quand tu choisis un métier d'art en France, faut pas t'attendre à la facilité. D'ailleurs, si ton instituteur en a pris le temps, t'as dû entendre parler de Van Gogh, d'Antonin Artaud et du temps qu'il a fallu à Jacques Brel avant l'évidence. J'ai été personnellement témoin d'un directeur artistique dans une maison de disques affirmant à Jean-Jacques Goldman que "Quand la musique est bonne" ne marcherait jamais.
"La lumière ne se fait que sur les tombes." Léo Ferré - Préface
Autrement, pour être peinard, y a toujours la poste ou la fonction publique territoriale ;-))))))))))

Écrit par : Fleuryval | 17/01/2008

Ce fut, l'ami, notre petit moment de philosophie.
Couchez Finkie. A celui-là, je te jure. Va donc gagnez ta gamelle sur france Culture comme la mère Ockrent sur France 24 (120 000 euros pour 40 émissions de 3 mn (donc 120 mn, donc 1000 euros la minute, donc un SMIC la mn)
Elle est pas belle la vie.
Que des fumiers!
Même que les coquelicots ne veulent plus pousser sur eux.
Ils ont monté un syndicat.

Écrit par : GPMarcel | 17/01/2008

Super!
Je reviens de chez Fontenelle aussi, mort de rire.
Du coup, Mâââme Kouchner pourrait peut-être aider pour financer mon bar à fraises ou ma fontaine à rafraîchir les vieux.
A moins que je demande à France 24 directement.
Mwarf!

Dis-moi, à ton syndicat des coquelicots, ils acceptent les bleuets aussi ?

Écrit par : Fleuryval | 17/01/2008

@ GPMarcel
J'étais un peu fracassé-mort quand je t'ai répondu hier soir. Rude journée.
Tu mérites tellement mieux!
Repasse cinq commentaires plus avant. J'ai retravaillé l'idée.
"Cent fois, sur le métier, remettez votre ouvrage."
Pour toi, dans le genre, il y a aussi:
"Parce que c'était lui. Parce que c'était moi."

T'es vraiment une racaille d'enseignant, toi! ;-)))))))

Écrit par : Fleuryval | 17/01/2008

Je reviens de mon atelier-grange car dehors il pleut à escargots joyeux.
J'ai trouvé la formule sympa en allant "pis-uriner" dehors, debout comme un artaban sur le muret pour ne me mouiller ni les arpions, ni la tête.

Je fabrique pour mes pitchounes un chien à roulettes, à trimballer simplement, à tirer à pousser. L'informatique c'est bien mais l'odeur du bois, de la sciure, des copeaux...c'est autre chose.

Mercredi prochain, j'en aurai deux sur trois et l'on passera à la peinture.
Mon choix de chien fut l'épagneul. J'ai demandé à mon épouse de préparer les tabliers. Ca va être du sport. Juste après la danse, à quelques kilomètres de là ( c'est chouette la campagne, mais faut brûler du pétrole! ma décroissance en prend un coup, mais bon! petites filles obligent).

Me reste à faire que les 4 roues à la scie à cloche.
" Tu me diras, grand-père, comment assembler les pièces entre-elles?", me dit la grande Célia (6ans).
J'peux te dire qu'elle cause bien la gamine. Sa maman, ma belle-fille, secrétaire médicale, y est pour quelque chose.
Parlez, parlez, expliquez, argumentez, justifiez, employez les vrais termes et vous verrez que vos gamins auront et du vocabulaire et de la syntaxe. Ils manieront les mots et on ne leur bourrera pas le mou comme certains...regardez à ma droite.

Tout cela pour te dire que je viens de boire un coup pour me réchauffer.

Et, à la lecture de ce que tu dis, comme dans un souffle d'excuses, je venais le partager avec toi, mon coup à boire.

Je pense que sans se connaître, on se connaît et nous savons dans l'espace des mots tous les silences qui respirent et il n'y a jamais eu l'ombre d'un soupçon d'un froncement de sourcil qui ne soit venu atténuer mon sourire.

J'suis une racaille d'enseignant athée, libre penseur. Fier comme un vieux, morpion comme un gosse.
J'ai pas envie qu'on me refasse et comme dit Zo d'Axa l'En Dehors : " je vis en mordant...la vie."

Écrit par : GPMarcel | 17/01/2008

C'est (à mon sens) un bon choix pour des petites filles, l'épagneul. En plus, c'est "tendance". Un chien de chiasse. Quand tu le calines, il a au fond des yeux toute la tendresse du monde mélée à un je ne sais quoi de "quand c'est qu'on y retourne, je ne suis pas là pour ça!" qui vous dit la nature. Il ne tue pas, mais il rapporte le gibier. Fais le trés blanc, à poil roux. Genre épagneul auvergnat. Ca devrait plaire à RESF.

Muscadet, bordel!

Écrit par : Fleuryval | 17/01/2008

Je rentre de ma répet de théâtre.
Putain, ne me le fais pas Hortefeux, macarel, cet épagneul!

Oh, les gars, le muscadet est sur le zinc dans l'estaminet de la Céleste et on est là comme deux cons, mais au chaud, à siroter le muscadet.

Où êtes vous gars et filles libres de Fleuryland? Pour ma part, je prends ça comme une désertion. Va falloir retrousser les manches, élargir les pupilles, renifler le vent, et penser les choses tout en pansant les autres.

On est bien là tous les deux la Jardine et moi mais il manque du monde pour le tarot aux fayots. Le litron, on se le torchera, pas de problème...mais à plusieurs on aurait pu remettre.
Et la nuit aurait été longue...

Vu le monde comme il va , il y a du boulot. Faut pas se dégonfler. Faut être présent et prendre les minutes nécessaires.
C'est vital. Si t'as pas chaud, tu cherches les profonds et c'est pas bon.
Je vais aux plumes.

Santé Fleuryval. Merde quoi!!!!!

Écrit par : GPMarcel | 18/01/2008

C'est la saison qui veut ça, GPMarcel. En hiver, le monde n'a pas la tête au jardin.
Et mes stats sont formelles: rapport à mes derniers billets, les bourins attirent plus de monde que les chevaux.
Cela dit, on n'a pas besoin d'être plusieurs pour remettre!
Santé, GPMarcel!
Non mais!!!

Écrit par : Fleuryval | 18/01/2008

bon, y'en reste du litron?
on est allés respirer le soleil, avec Monstre et l'en reste une sécheresse au fond de la garguignôle (mon aieul dixit, paix à son âme, qui contrairement à son corps toujours là, nous a quitté...)
une question pour les philosophes de coin de plate bande:
- dis c'est le sapin qui sent la forêt ou la forêt qui sent le sapin?
Alors?
bises...

Écrit par : fanny | 20/01/2008

Y'en restera toujours assez pour te dessecher la garguignôle!
Pour l'énigme, tu repasseras:
C'est le sapin qui sent Noël et la forêt qui sent Merlin.
A bon enchanteur, salut! ;-)))

Écrit par : Fleuryval | 21/01/2008

Tempérons, tempérons.
Ami la jardine, le merlin étant, si je ne m'abuse (dixit le docteur), également une hache à fendre...je le vois très mal en forêt. Certains mercantiles me soufflent, également, que Merlin a troqué son substantif d'enchanteur pour choisir celui de Le Roi.
Ne dit-on pas, me crie-t-on dans l'oreillette le Roi Merlin.

C'est, je te l'avoue à s'y perdre.

Un sapin seul ne peut sentir la forêt.
Une forêt sans sapin ne peut sentir icelui.

Donc ce que nous appellons senteur de forêt est en réalité un juste équilibre olfatif entre les différentes essences d'arbres présents et une multitude de champignons, "pourrissures", écorces, mousses, fientes d'oiseaux, excréments d'animaux aussi nocturnes que diurnes.

Nous avons là en un tour de main un parfum que des nez éclairés mettraient quelques 10 ans à trouver alors que la forêt d'un acadabra gestuel et léger te tourne ça dès le petit matin et te le fait évoluer au rythme de la chaleur du jour.

Mais de là à ce que les dames se parent du dernier senteur des forêts de Doir et Chenal...il y a de la marge.

Écrit par : GPMarcel | 21/01/2008

M'enfin, GPMarcel!
Le roi, c'est Arthur. (Tu te doutes bien que Fleuryval le gaulois ne parle évidemment que de celui de la table ronde)
Et Merlin le magicien qui enchante tes petites filles avec sa poudre.
Quoi ? Ne me dis pas! Dans ton Sud-Ouest on ne connait pas la poudre de Merlin Pinpin ?!!
Pour les dames, elles ne savent pas ce qu'elles perdent.
Je suivrais au bout du monde celle qui porterait "Taillis n°5" de Chior, "Sous-bois" de Saint Roland ou "Moussu" de Quand l'homme...
Allez, je m'en retourne quêter ma fontaine. Graal au gori,i i, iii, lle!

Écrit par : Fleuryval | 21/01/2008

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu