Avertir le modérateur

04/11/2008

FAUT CE QU'IL FAUST !

100 000 visites ce jour !

Cela ne pouvait se fêter que par un évènement exceptionnel.

Il aura lieu Dimanche 23 Novembre 2008, à partir de 14 heures, à Provins (77), au cours d’une vente aux enchères publiques par autorité de justice.

N’ayant plus guère que mon âme à vendre, le commissaire priseur en fixera sans doute le prix plancher qu’elle mérite.

J’invite donc à venir assister à ce Faust d’un genre un peu particulier puisque la question se pose :

Méphisto viendra-t-il enchérir ?

Accéssoirement: ressemblera-t-il à Michel Simon dans “La beauté du diable” ou à Roberto Alagna aux Chorègies d’Orange ?

Un archange l’attendra-t-il à la sortie ?

Margueriiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiite !!!

Commentaires

je manque de culture, des fois, pour comprendre toutes tes références, mon fleufleu, sans compter tous ces clins d'yeux et private jokes. Bon, qu'est-ce qui se passe dimanche à Provins t'es saisi par des huissiers ou t'organises une garden party fleurylandaise ?
bise

Écrit par : delphine | 05/11/2008

S'il y a bien quelqu'un(e) ici qui ne peut pas dire qu'il (elle) manque de culture, c'est toi.
Pas de private jokes. C'est exactement comme ça, dans le texte.
Tu conçois des jardins pour les vieux, les marmots malades, des parcs pédagogiques pour gamins mal partis et l'huissier t'envoie chez le commissaire priseur...
Ce soir, ça inspire juste un commentaire:
"Here, now, we can't!"

Écrit par : Fleuryval | 05/11/2008

Désolée Fleury

baci

Écrit par : céleste | 11/11/2008

Bon, je ne rentrerai pas tout de suite dans ce jardin secret. Je ne sais où je mets mes pas...

J'espère que 100 000 messages vous seront remis par Maître priseur pour vous féliciter !

10 jours plus tard, j'en faisais de même.

"Pas à Pas"

Écrit par : Pas à Pas | 26/11/2008

Merci, Pas à Pas.
Quel beau nom que le vôtre!
Tout dépend de pourquoi l'on marche.
Il remémore cette "histoire", dont j'ignore l'auteur mais qui fut relayée par Mitterand.
Un homme passe sur le chantier de Notre Dame de Paris.
"Que faîtes-vous?" demande-il aux ouvriers.
L'un dit: " Je pose une pierre sur l'autre."
L'autre: " Je bâtis une cathédrale."

Méphisto n'est pas venu. Nos âmes, c'est rassurant, sont peut-êêtre trop chères.
Rendez-vous compte, ami(e), nous faisons peur aux diables!
Ou nous ne valonss rien.
C'est selon.
C'est seul, on.

Écrit par : Fleuryval | 26/11/2008

N'empêche, depuis tu ne dis plus rien, ça me fait froid dans le dos, tes histoires de diables. Ca va ?

Écrit par : Delphine | 05/12/2008

Miracle ! Phifine.
J'ai (provisoirement) récupéré mon matos et me revoilà en mesure de rassurer les (rares) gens qui s'inquiétaient de ma liquidation judiciaire. Comme un jardinier de mon espèce mérite en effet qu'on le "liquide", l'informatique et la guitare du général Misère devaient être vendues aux enchères Dimanche prochain. Comme je n'avais plus rien à moi que mon âme et mon cul, j(avais prévenu:
Si vous vendez mon âme, il y aura spectacle.
Si vous envisagez de vendre mon cul, il y aura bataille!
Finalement, il ne se passera rien Dimanche. Le diable a décliné l'invitation.
C'est triste, Provins, l'hiver...

Écrit par : Fleuryval | 05/12/2008

T'as qu'à venir habiter chez nous, c'est beau, le Vexin !
Ta guitare, on peut la cacher chez nous, c'est tellement mal rangé qu'ils ne la trouveront jamais. Non, sérieux ! qu'est-ce qu'on peut faire pour toi, mon ami ?

mille bisous de soutien et de réconfort.

Écrit par : FIFINE | 10/12/2008

Merci Fifine.
Soutien et Réconfort me font un bien fou ces temps-ci ;-)
L'heure de prendre le maquis dans le Vexin n'a pas encore sonné, et le général Misère a récupéré sa guitare. J'irai jouer au coin de son feu.
Comme tu le vois, l'informatique aussi est de retour.
Le temps de rédiger une nouvelle note et j'offrirai ici même pour Noël un conte de ma façon doublé d'un projet de sculpture jardinière qui devrait te plaire: la fée Axelle délivrant Merlin et, par voie de conséquence, Fleuryval le Gaullois.
Brouette de bisous fleuris.

Écrit par : Fleuryval | 10/12/2008

(rire) non parce que si tu devais venir vivre avec nous, nous envisagerions la construction d'une cheminée, vois-tu car chez nous, tu ne peux pas jouer au coin du feu. Je t'explique :le conduit tombe quasiment à l'aplomb des escaliers, ce qui t'obligerait à jouer assis sur la marche du milieu. La sculpture jardinière avec Merlin et la fée, oui, ça à l'air très chatoyant (j'ai envie d'utiliser ce mot) comme projet. Ah, mais je te laisse, car j'aperçois ta brouette fantôme qui arrive, seule, sur le chemin enneigé, je vais aller lui ouvrir la porte, les bisous fleuris ne sont même pas flétris par la longue route dans la bise glaciale.

je t'embrasse

Écrit par : Delphine | 12/12/2008

Je passais puis repartais.
Sec de tristesse et d'impuissance. De colère confinant à la haine.
Je ne comprends plus et mes neurones restant essaient de baliser un chemin de fil d'Ariane.
Je combats mes démons de plus d'enfer pour que le couvercle au nez nous saute.
Un feu d'artifisme de nihilisme aux ongles d'acier.
Nous étincellerons un jour d'avoir laissé s'installer la turpitude crasse des pieuvres réclamant deux chiffres de profit...de profit...de profit.
A la fin de ma vie d'adulte je fleure bon l'adolescence, seul chemin restant "je chante sur mon chemin, je chante"...à en pleurer et nous rebâtirons tous des pavés de ce joli mois de Mai qui peut être de Février.
Nous étions le 31 du mois des pâquerettes
Mois où le muguet poussa sans clochettes...
Un vieux texte de moi perdu dans les méandres des pages folles.

Du fond de mes pensées,
A cheval sur mon tapis volant
Je bois à ta santé
Chevalier des cent ans.

Écrit par : GPMarcel | 20/12/2008

Santé, mon noble ami.
De gueule sur front d'azur, une licorne triomphante a fait coucher l'orage.
Trenet, Prévert, Audiard, Brel, Brassens, Ferré triompheront tôt ou tard.
Rappelle-toi, Marcel:
"Nous aurons tout!
Dans dix mille ans."

Écrit par : Fleuryval | 21/12/2008

Purée.... qu'est-ce qu'ils écrivent bien ces deux-là....

Du fond de mes pensées,
A cheval sur mon tapis volant
Je bois à ta santé
Chevalier des cent ans.
Faudrait que je m'en souvienne pour le ressortir à mon amoureux.
c'est beau...

fifine

Écrit par : Delphine | 23/12/2008

Merci fifine

Quand on le peut, être dans cet ailleurs à l'abri des airs du temps... la poésie, la folie, les mots sont des refuges ressourçant qui donnent aux joues le rosé qui n'aurait jamais du partir sur l'aile des chimères des profits artificiels.

La richesse de la simplicité est la clef de voûte qui tient l'individu.

Écrit par : GPMarcel | 23/12/2008

En parlant de rosé, on pourrait peut-être ouvrir une bouteille pour se réchauffer et fêtr Noël en bons fleurylandais puisque le danger est passé pour le moment ?

Écrit par : FIFINE | 29/12/2008

En voilà une riche idée, Fifine!
Le danger n'est pas tout à fait passé. Il se repose.
J'en fais autant en l'attendant de pied ferme et de moral d'acier! ;-)
Bonnes fêtes de fin d'année à celles et ceux qui passent.

Écrit par : Fleuryval | 29/12/2008

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu