Avertir le modérateur

25/02/2009

GRAND PRIX DES JARDINS

Ha mes amis!

Je suis allé consulter les statistiques du blog: on se croirait sur un champ de courses !!!

courseshippiques.jpg

Parmi les pages les plus lues, en tête de la course "Manège jardinier", casaque rouge toque blanche, devance d'une courte longueur "Jardin de Bruguière", casaque bleue toque lilas qui, arrivant du diable vauvert, effectue une attaque spectaculaire dans le dernier virage avant la ligne droite du printemps.
"Parc des tiges", casaque verte toque rouge, se tient bon troisième mais semble n'avoir pas encore produit tout son effort.

Alors pour vous aider dans vos pronostics, je récapitule les principales caractéristiques des concurrents de tête.

Manège jardinier

un manège pour les enfants qui ne peuvent pas monter sur les manèges.


Après avoir pris son billet à la guérite illuminée, on entre par une ouverture taillée dans la ramure d'un saule pleureur, de rire, évidemment.

Puis on s'engage dans un tunnel de glycines blanches et roses que viennent parsemer de touches parmes et lilas quelques clématites luxuriantes.

Au sortir du tunnel, un bouquet de chèvrefeuilles délivre son puissant parfum. On s'arrête un instant, le temps que la machine à caresser la joue vienne vous la chatouiller du bout de ses douces plumes de paons.

On repart, franchissant le pont qui enjambe le bassin dans lequel quelques carpes nagent entre les nénuphars roses et blancs. On admire la naïade de Corinne Joachim qui, posée sur son île au milieu des genets, se regarde dans l'eau.

Tournez, petits manèges. En avant!

A droite, croulant sous les roses tendres d'Appel Blossom, la cabane de l'infâme Cramouillard, l'ogre du jardin.
A cette heure-ci, il dort. Il faut passer sans bruit. Ne pas le réveiller, sinon...
Tant pis. Un épouvantable vacarme se déclenche au passage du fauteuil ! Il a dû nous entendre. Va-t-il sortir? Nous courir après ? Courage: fuyons!

Le silence revient. Il a du se rendormir. Ouf!

Tiens ?! Sur le banc de bois, la cape de Bonhomme Bisous! Bonhomme Bisous ? Mais si, vous savez bien, ce cavalier masqué qui chaque nuit passe déposer un peu de tendresse aux enfants du monde qui en ont tant besoin. Il a dû faire une pause en passant par ici cette nuit. Il aura oublié son manteau en repartant. Toujours pressé. Mais il a tant de travail...
En avant, comme lui!

On déguste quelques mûres et nous voici à la volière des beaux oiseaux. Un faisan doré course ses deux femelles. Donner du grain, de l'eau. Facile! Le passage du fauteuil actionne les trémies.

Nous entrons sous le deuxième saule et là !!! Un souffleur à bisous nous projette doucement un nuage de pétales de roses qu'on traverse en riant.

On avance en picorant dans la haie des framboises, des cassis, des groseilles. On est tout barbouillé! Du rouge, du rose, du violet...

Un clown triste nous attend. "Envoie-lui un sourire, il ira sûrement mieux.", murmure-t-on quelque part.
On sourit et miracle, le clown sourit aussi et agite sa main pour souhaiter bonne route.
C'était l'Emouvantail. Normal, dans un jardin.
Hommage au grand Marceau.

Si on trouve un secret caché parmi les fraises dans les bacs de la fin, on a gagné le droit de faire un second tour.

Et souvent, des surprises! Un jongleur, un mime, des danseuses, des musiciens, des clowns, des magiciens...

Normal. Ce jardin-là est fait pour les accueillir tous.


Le jardin de Bruguière

Voilà six bonnes années que l'idée me trottait dans la tête: concevoir un "jardin-fort", sur un promontoire, protégé comme un château par des haies défensives de pyracanthas, aubépines, houx évidemment, inaccessible aux malfaisants. Un lieu de paix totale, où flaner aux beaux jours une retraite bien méritée, rêver, pécher à la ligne, accueillir famille et amis, une sorte de jardin "absolu". Pour un mec auquel je voue une immense reconnaissance vu qu'il aura passé sa vie professionnelle à faire en sorte que ça explose le moins possible dans les pattes de mes enfants: le juge Jean-Louis Bruguiere.

Je n'ai jamais eu le plaisir de rencontrer ce Monsieur et n'en sais que ce que j'ai pu lire dans la presse. J'y suis donc allé au feeling, comme un acteur tâchant de se glisser dans la peau du personnage. Genre "Luchini du motoculteur" ;-)

Je ne sais pas si ce jardin existera un jour, mais en tout cas, ça fait déjà un assez chouette tableau que j'envoie dans sa bouteille dériver aux vents du web.

Et c'est ma petite contribution pour vous permettre d'oublier un instant ce froid de loup de Janvier ;-)

Plus de détails et une meilleure visibilité dans l'album qui va s'enrichir au fil du temps d'hiver.

A vos paris! ;-)))

09:04 Publié dans Jardins | Lien permanent | Commentaires (14)

24/02/2009

LA CONSOLATION DU MAGISTRAT


Tsuna-mi majeur suite.

Et pour Marie (entre autres), toile promise, toile due ! ;-)

Lorsque j'ai créé "Danse avec les houx" en 2003, j'ai demandé à une artiste peintre, Frédérique COOK, d'illustrer la plaquette de présentation sur le thème: "La consolation du magistrat". ;-)

L'idée était qu'un professionnel du droit bénéficie de celui de se réconcilier avec la beauté du monde (et de la plupart des gens) en rentrant le soir après avoir croisé dans sa journée deux pédophiles, un tueur, trois dealers et cinq escrocs...

Et de siroter son apéro peinard dans son jardin, en se disant qu'une poignée de braves étaient venus en son absence prendre soin de son "cadre de vie".

Comme qui dirait: remettre la balance à l'équilibre.

Frédérique Cook.JPG


Frédérique, si tu passes par là, un grand coup de chapeau en ton honneur. Ton travail finira à Orsay ;-)

Comme quoi, même en ce moment, y a du beau qui circule! Quand même.


Triple mwarf arrière, réception sur les mains, retour à l'équilibre et salut.

;-)))))))))))))))

07:11 Publié dans Arts, Jardins | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : frédérique cook

21/02/2009

TSUNA-MI MAJEUR

Et si, au milieu d'une actualité déplorable, nous lancions une vague de rire et de beauté ?

Maître Mô a commencé avec du rire avant hier.

Zgur pousse ce matin avec "Un peu de beauté dans ce monde de merde!".

Vous pensez bien que je n'allais pas être en reste.

Alors pour les jardiniers, j'ai repris une image du blog de Delphine, Paradisexpress. Un modèle de douceur à suivre. Quand (ça arrive aux meilleurs) on n'a pas d'idée, yaka faire ça:

Modèle.jpg


Pour tout le monde, une toile de Johanne Cullen, "La Forêt enchantée" :
Forêt enchantée.jpg

Et pour se balader dans tout ça une petite chanson d'amour: "L'excuse", avec (encore, mais quel bonheur!) Michel Bernholc au clavier.


podcast


Allez Hô Hisse! A toi, maintenant ;-)

19/02/2009

NEFERTICH'TI

Devinez à quoi je pense... ;-)

BassinminierTerril.jpg

08:03 Publié dans Jardins | Lien permanent | Commentaires (11)

13/02/2009

TABLEAU D'HONNEUR

Ellébores blanches.JPG
L’avocat général de Paris Philippe Bilger rassemblera le 19 Février à l’Assemblée Nationale plusieurs hauts magistrats venant des quatre coins d’Europe. Le but: examiner ce qui se fait de mieux dans les justices pénales belge, espagnole, italienne, allemande et néerlandaise.

Là, j’enlève ma casquette et je dis: «Chapeau!»

«Mais qu’est-ce que ça vient faire sur un blog de jardinier ?», me demanderez-vous.

C’est que de mon côté, je ne suis toujours pas parvenu à en réunir quatre de maisons de retraite autour d’une table en Ile de France!

Aussi je vous livre ma perplexité la plus profonde:

Si le désastre judiciaire d’Outreau incite la magistrature à mieux faire face au risque somme toute relativement peu probable de se retrouver un jour en prison sans avoir rien fait, comment se fait-il que nous autres ne soyons pas fichus d’en faire autant face à l’inéluctable vieillesse qui nous attend tou(te)s ?

Parce que le juge d’instruction qui se plante, c'est dramatique mais ce n’est pas sûr.

Tandis que les rhumatismes et la douleur, c’est effroyable et c'est certain!

10/02/2009

LA MORT DE LA MORT


Paroles et musiques de votre serviteur.
Editions Francis Lemarque, puis BMG m’a-t’on dit, puis...*


Un poète de Pantin, paillard anachronique,
Aimait tell’ment le vin les femmes et la musique
Qu’il n’avait qu’une idée: exécuter la Mort
Et revendre ses oss’lets contre un poil de confort.

La Mort trouvait ça drôle, quoiqu’un peu agaçant.
Qu’on inverse les rôles, ça faisait du chang’ment.
Ca n’ l’inquiétait pas trop mais elle surveillait d’ près
Cette espèce de moineau qui lui manquait d’ respect.

Refrain (Attachez-vous bien: c’est la première fois qu’on entend chanter la Mort dans la variété française)
Attention poète, ça va finir.
Attention poète, un jour je vais venir.
Attention poète, profites bien du plaisir.
Attention poète, un jour tu vas mourir.

Mais le poète s’en foutait, lui faisait des grimaces.
Il la provoquait, lui préparait des farces
Ce qui fait qu’ la vieillerie sentait l’adrénaline
Monter lentement le long de sa maigre échine.

Refrain
Attention poète, ça va finir.
Attention poète, un jour je vais venir.
Attention poète, profites bien du plaisir.
Attention poète, un jour tu vas mourir.

Un soir, n’en pouvant plus, la Mort se présenta
Au coin d’une rue, sa faux à bout de bras.
Elle n’avait pas l’air d’êtr’ là en dilétante:
L’orbite sévère et la calotte fumante.

Refrain
Attention poète, ça va finir.
Attention poète, j’avais dit qu’ j’allais v’nir.
Attention poète, finis les plaisirs.
Attention poète, maint’nant tu vas mourir.

Le poète aussitôt lui colla deux savates:
Une dans les chicots, l’autre dans la prostate
C’ qui fait qu’ la vieillerie s’emmêla dans son drap,
Tomba sur sa lame et c’est elle qui mourra.

On peut chanter, maint’nant! On peut faire la fête!
La Mort est morte et enterrée mais je m’arrête:
Il semble qu’on m’appelle là derrière le piano...
Une voix de femelle ? ... Oui ? C’est à quel propos ?

Refrain
Attention poète, ça va finir.
Attention poète, un jour je vais venir.
Attention poète, profites bien du plaisir.
Attention poète, un jour tu vas mourir.


Le rideau tombe.

Je vous laisse imaginer la suite.
Une piste: Ferré chante Caussimon.
«La mienne n’aura pas comme dans le Larousse...
Mais fille de vingt ans à chevelure rousse
En voile de mariée elle aura ce qu’il faut...»

Si vous la rêviez par trop grivoise, ce qui serait évidemment bien le moins, abstenez-vous s’il vous plaît d’en faire état ici.
Il y a des enfants qui viennent lire ce blog.


Dis donc, ma chanson, si tu sais où tu es et si tu peux t’approcher d’un téléphone, passe un coup de fil, au moins! On ira te chercher.

09/02/2009

POUR L'HUMILIEUR...

HUMILIEUR

Décidément, humilier semble devenir un vrai métier.
Pour les antillais, nous avons ceci:

Pour les gens du Nord, nous avons cela:
http://www.20minutes.fr/article/298163/France-Un-magistrat-parle-de-pedophilie-courante-dans-le-Nord.php

Pour les québecois, c’est par là:
http://www.marianne2.fr/Le-Quebec-ou-le-derapage-de-Sarkozy_a174955.html

Et pour les gens du voyage, c’est un peu partout que la presse française croit bon de préciser qu’un malfaiteur en fait partie. A les entendre, on jurerait que les palais de justice sont devenus des consulats des Saintes Maries de la Mer.

Je tenais juste à rappeler ceci:
http://www.youtube.com/watch?v=LY2BQk9s11Y


Gageons que cela va encore finir bien mal pour l’humilieur... et pour le pire.

06/02/2009

MADONNA MIA

Hélas rien de nouveau à annoncer pour le Parc des Tiges.
Comme nous sommes Vendredi et que c'est le début des vacances pour la zone Nord, il ne va sans doute pas se passer grand chose d'ici quinze jours.

Pour patienter, une chanson que vous n'entendrez malheureusement qu'ici, pour l'instant.

ATTENTION! Je conseille à certains visiteurs noctambules dont les enfants dorment de baisser le son avant de cliquer sur la petite flèche blanche sur fond vert parce que ce n'est pas franchement compatible avec une grasse matinée ;-)

Paroles et musique de votre serviteur.
Enregistré à B Side. Montreuil.

podcast


Un clip a été réalisé par le talentueux Michel DE VIDAS. Malheureusement, il n'est pas au format Mpeg et je ne peux vous en faire profiter. Pour l'instant.

Bon week-end !

17:09 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (9)

04/02/2009

POUR FAIRE PATIENTER ;-)

Petite chanson pour faire patienter pahdoc et les autres ;-)

Assez bonne illustration de l'état dans lequel on se trouve parfois quand, devant son ordinateur, on cherche à contacter les gens qui réclament (en gros) ce qu'on propose.


podcast


Aux claviers, l'immense Michel BERNHOLC, dit Mimi Bernholo, le prince des p'tits oiseaux, parti trop tôt.

Ne vous en faites pas. Le découragement ici ne dure jamais plus de trois minutes ;-)

09:44 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (2)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu