Avertir le modérateur

19/11/2007

PIQUET DE RÊVES!

83b95b7863a82e2995609f9804de5701.jpg


A bien écouter les médias, nous aurions en ce moment deux sortes de gens en notre pays de France.

Celles et ceux qui, ayant du travail, ont décidé de ne pas le faire.
Les grévistes.
Celles-ci et ceux-là ont quelques espaces pour y exprimer leurs raisons.

Et celles-là et ceux-ci qui, ayant du travail, voudraient se rendre sur le lieu d’icelui mais ne le peuvent pas.
Les otages.
Celles-ci et ceux-là ont, je le constate, de larges plates formes pour exprimer leurs récriminations.

Sauf que non: ça ne fait pas le compte du monde.

Parce qu’il y a aussi toutes celles et tous ceux qui, n’ayant pas de travail, ne risquent pas d’avoir à choisir de le faire ou pas.
Les chômeurs.
Celles-ci et ceux-là ont quelques maigres espaces pour y exprimer leurs exaspérations.

Et qu’il y a encore toutes celles et tous ceux qui, ayant plein de travail, ne trouvent pas les moyens de le faire.
Les rêvistes.
Celles-là et ceux-ci, à ma connaissance, n’avaient jusqu’à présent aucun lieu où s’exprimer.

C’est bien volontiers que ce modeste blog leur ouvre de toute urgence cinq colonnes à la Lune.

08/11/2007

LE LOUP DU ZOO

medium_Au_moins...jpg

Paroles et musique de mapomme.
Guitares: Red Mitchell.
Violon: Piotr Sapieja, faiseur dedans.
Piano et clair de lune: Michel Bernholc, faiseur de-hors.


podcast

06/11/2007

SIGNES EXTERIEURS DE RICHESSE

medium_Hauteurs_de_la_Sole.JPG

Ce matin, je suis parti chercher de l'or.

Comme vous le voyez, j'en ai trouvé plus qu'il m'en faut.

Je vais me garder cette pépitarbre pour financer le prototype du banc adapté aux personnes âgées. Ca devrait suffire.medium_Pépitarbre.JPG

Avec ça, nous devrions pouvoir commencer le jardin de racaille ;-)medium_Ridor_2.JPG

Rassasié, les yeux pleins et le coeur avec, je vous laisse la mine.

medium_Mine_d_or.2.JPG


Il y avait bien, à un moment, deux gars loin devant moi qui semblaient partis pour en chercher aussi, mais de toutes façons, ni eux ni moi ni vous..., personne ne pourra jamais tout prendre. medium_Orpailleurs.JPG

Ce sera le mot de la fin: Ridor!

medium_Ridor.JPG

05/11/2007

L'ENFLOLOGIE: UNE MEDECINE D'AVENIR!

Il est temps qu’une nouvelle discipline, pleine d’avenir, fasse son entrée à la Faculté de médecine: l’enflologie.

Elle consiste à diagnostiquer, traiter et si possible guérir des patients de plus en plus nombreux à enfler des chevilles, de la tête, du nombril et, pour les cas les plus avérés, du jabot.

Une sorte d’obésité mentale qui met la suffisance en surcharge pondérale et dont les symptômes les plus flagrants se caractérisent par des excroissances de mépris, des pustules de morgue, des mélanomes de vanité.

Pour les patients les plus atteints, l’enflologue aura soin de travailler en tandem avec un chirurgien spécialisé lui-même à une nouvelle problématique anatomique saisissante: la troudeballologie.

Pour le chirurgien troudeballologue, l’opération la plus courante consistera à obstruer le second anus apparaissant généralement chez le (la) patient(e) à hauteur de l’occiput, laissant échapper des vents plus ou moins bruyants qui font murmurer dans l’entourage, selon une expression populaire imagée, qu’avec ses flatulences expulsées à la base du chapeau, il ou elle “pète plus haut qu’il (ou elle) a le derrière”.

Une médecine profondément humaine, dont les résultats restaureront cette fraternité qui fait ces temps-ci si cruellement défaut, et permettront à tout un chacun d’espérer qu’on lui réponde dés lors qu’il s’adresse à un interlocuteur persuadé à nouveau que les éléments communs aux êtres humains sont plus forts et plus nombreux que ceux qui les divisent.

A paraître très prochainement: une première étude des catégories socioprofessionnelles les plus affectées par cette redoutable pathologie, populairement (déjà) rebaptisée “la grippe à fiers”.

medium_dindon_2.jpg

02/11/2007

AUX MORTS!

medium_Papa.JPG
Il avait entrepris des études de jardinier. La guerre en a décidé autrement. Résistant, maquisard, engagé volontaire dans la Première Armée de de Lattre, officier de sapeurs-pompiers commandant le Centre de Secours de Fontainebleau, j'ai l'honneur de vous présenter aujourd'hui un sacré bonhomme.

Je suis trop loin de Bergerac où il repose et suis trop pauvre ces temps-ci pour aller me recueillir sur sa tombe.

Mon père.

Hommage lui soit rendu tandis que sonne "Aux morts!" sur mon petit cimetière virtuel.

medium_houx1.jpg

11:15 Publié dans Justice | Lien permanent | Commentaires (7)

22/10/2007

PREMIERE MONDIALE!!! ;-)

Ayé!
Mesdames, Messieurs, marmouzets, marmouzettes, en copiant-collant l'adresse ci dessous ou plus simplement en allant cliquer dans le premier commentaire (toujours aussi nul pour les liens dans les notes...)
http://www.agevillagepro.com/article-6982-1-Projet-d-etablissement.html
vous allez vous retrouver sur le premier point de rencontre internet des jardiniers de maisons de retraite!

Pour le moment, c'est à lire.

Dans peu de temps, ce sera à admirer.

Pas peu fier, le Fleuryval!

Chut. Ecoutez... Y a du bonheur qui pousse ;-)))))))


medium_Elébores_blanches.JPG

08:25 Publié dans Jardins | Lien permanent | Commentaires (18)

17/10/2007

HEY, MEC... CA VA ?

"Les gens, il conviendrait de ne les connaître que disponibles,
A certaines heures pâles de la nuit
Avec des problèmes d'hommes.
Simplement.
Des problèmes de mélancolie." (Léo Ferré)

A la prochaine... (Ma pomme, avec Red Mitchell aux guitares, Piotr Sapieja au violon et Michel Bernholc à tout le reste)

podcast


Pour celles et ceux qui ne peuvent pas écouter (j'en connais...), le texte, au moins...


A LA PROCHAINE!

Arrête un peu d’ mouiller ma ch’mise
Parce que t’es plus avec Denise.
Tu devrais plutôt être content,
C’était pas un cadeau vraiment.

Tant qu’ ça allait on t’ voyait plus.
On s’ disait: “Qu’est-ce qu’il est d’venu?”
Ce soir t’arrives les larmes aux yeux,
T’aurais pu nous rapporter mieux.

Allez, Lucien, viens boire un verre
A la santé de la bergère
Qui va t’ remettre du rire aux yeux,
Qui va t’ remettre le coeur en feu.

Nous fais plus chier avec l’ancienne,
Raconte-nous plutôt la prochaine,
Comment t’aim’rais qu’elle ai les yeux
Et la couleur de ses cheveux!
Qu’est-ce tu crois qu’elle fait dans la vie?
Qu’est-ce que t’aim’rais qu’elle t’ fasse au lit?
Ho oui, je sais, ça fait vulgaire.
Mais y a des soirs, c’est nécessaire...

Elle t'attend déjà quelque part.
Tu la trouveras par hasard.
T’as donc pas compris, vieux tordu,
Que tout arrive quand t’attends plus?

Pis te mets pas dans c’t état-là.
Si ce soir, elle passait par là,
Comment voudrais-tu qu’elle r’connaisse
L’homme de sa vie dans c’ tas d’tristesse!?

Comment? Qu’est-ce que j’ fais-là tout seul?
Pardon? Pourquoi j’ me saoule la gueule?
Ben c’est que j’ suis tout seul aussi
Mais moi, j’vais pas t’ pleurer ma vie

Non moi, j’vais t’ parler d’ma prochaine,
P’t’être la dernière si j’ai d’ la veine...
Mais non, j’ veux pas crever d’ bonne heure
Mais j’en ai marre de m’ casser l’ coeur

Alors moi, tu vois, la prochaine,
Elle aura une démarche de reine,
De grands yeux clairs, des cheveux roux,
J’en s’rai amoureux comme un fou!
Avec des jambes interminables,
Des seins à convertir le diable,
Elle aura une peau de velours
Et j’ te raconte pas pour l’amour...
Avec de longues mains de pianiste,
Elle s’ra sûrement un peu artiste,
Elle aim’ra les bandes dessinées,
La chanson, le rock, le ciné.
Pis elle m’emèn’ra au bistro
R’trouver Bernholc à l’apéro,
Elle boira comme une vrai tzigane,
Elle aimera bien nos caravanes.
On s’ra toujours en train d’partir,
On s’ra toujours en train d’ se rire...
Allez Lucien, encore un verre
A la santé de ces bergères
Qui vont nous r’mettre le coeur en feu,
Qui vont nous rallumer les yeux...

Allez Lucien, encore un p’tit
A la santé de la Sylvie,
De la Jeanine, de la Sophie...



Pas de quoi.

Quand on peut aider...

12/10/2007

JARDINS ITALIENS

Le dossier du Parc des Tiges est (enfin) bouclé et déposé à la Chancellerie depuis ce matin!

Avec un RMI de (tenez-vous bien, ça secoue!) trente six euros et dix neuf centimes, on peut parler d'un bel exploit!

C'est beau comme un essai du XV de France!

Gloire à ma sainte mère, au général Misère et à Hélèna sans qui rien n'eut été possible!

Et merci à toutes celles et tous ceux qui nous ont encouragés ici ou ailleurs. Continuez, la partie est loin d'être terminée ;-))))))))))

Voilà pour les nouvelles du front.

Maintenant, IL FAUT que je dise aux francilien(ne)s qui voudraient se promener dans Paris ce week-end:

En revenant à pieds de la place Vendôme à l'Opéra, sur le trottoir de gauche, je suis (presque) tombé devant la vitrine de l'Office Italien du Tourisme où sont exposées de grandes photos des plus beaux jardins italiens et c'est tout bonnement GI-GAN-TES-QUE!

Un petit apéritif ici:

medium_Villa_Boveri.jpg


Et pour y aller vraiment, c'est par là :
http://www.european-garden-tour.com

Si vous revenez de la place à la fameuse colonne, ça console bien des quatres étrons en résine rose qu'un gigantesque clébard à planté bien droits devant le Ritz. Mais que fait la voirie ?!!!

Bon week-end à tou(te)s!

16:10 Publié dans Arts, Jardins | Lien permanent | Commentaires (2)

10/10/2007

EOLIENNES

medium_eoliennes.jpg



Ha mes ami(e)s!

Je sors d’une rencontre “entrepreneuriale” et, en mon âme et conscience, je me dis que je n’ai pas le droit de garder pour moi seul une aussi pathétique expérience.

Qu’est-ce ?

Une “rencontre” organisée par une association d’anciens entrepreneurs, cadres et chercheurs décidés à “aider” la création et le développement d’entreprises sur mon secteur et à... faciliter les financements de l’innovation.

Du coup, je lâche un peu mon jardin de racaille et mes parcours de santé et je vais.

Rapport que j’ai moi-même quelques innovations en attente de financements...

A quoi ressemble-ce ?

Ca se passe dans une petite salle polyvalente aussi joyeuse qu’un salon mortuaire, grand tableau et rétroprojecteur en plus pour diffuser des transparents conçus comme des faire-parts.

Le lieu est assez bien assorti aux participants. J’ai d’abord cru que je m’étais trompé et que j’arrivais au conseil d’administration d’une entreprise de pompes funèbres. Jaunies, ternes, des tronches longues comme des jours sans pain, on messe-basse, on chuchote, on fronce du sourcil, on opine du chef et on prend un air entendu pour montrer à l’interlocuteur qu’on a compris sa confidence.
On n’y rit pas. Jamais. Se coincerait-on les doigts dans une porte qu’on ne crierait pas non plus. Un rituel secret mais terriblement efficace et scrupuleusement observé y veille.

La séance commencée, vocabulaire et syntaxe sont raccords. Ces gens ont beau parler naissances, incubateurs et pépinières, tu vois d’abord le corbillard, puis la gerbe et le trou. Même à propos de “création”, ça suinte l’ennui, ça sent la mort.

D’abord, l’organisateur se présente.
Puis, “en deux mots” qui doivent en faire en réalité mille sept cent quatre vingt quinze bon poids, il rappelle à quoi est censée servir son association, son historique, et cite tous ceux grâce auxquels...
Toi, pauvre buse, tu ne savais pas tout ça!!! Tu pensais venir à une représentation de la Traviata!
“C’est pour dîner ? demande le serveur au restaurant.
“Non, c’est pour faire un tennis!” (JM Bigard)

Puis s’énoncent les excuses de toutes celles et ceux qui, malades ou occupés ailleurs, n’ont pas pu venir.

Toi, assis sur la chaise la plus proche de la porte (en rentrant tu sentais intuitivement que tu n’allais peut-être pas rester jusqu’au bout), tu les comprends...

Enfin viennent les “deux” mots de bienvenue du maire qui a tenu à accueillir personnellement tous ces énergumènes qui, va t’en savoir pourquoi, voudraient créer de la richesse et de l’emploi sur sa commune. Les salauds!

Puis qui confesse que dans son coin, on n’a pas la culture “entrepreneuriale”. Curieux: à deux kilomètres à vol d’oiseau, il y a la seconde école mondiale de management, l’INSEAD! Qui, il est vrai, irradie peu, localement.
Son bourg évoque davantage une maison de retraite que la Silicone Valley et les verrous s’y vendent mieux que les clés usb...

Et conclue, cerise Rougon sur le gâteau Macard, que la communauté de communes est réticente à aider des entreprises qui s’arracheraient du “territoire” sitôt qu’on leur proposerait mieux ailleurs.

Gigolose atmosphère:
Le maire: “Si je t’aide, tu vas me quitter!”
L’entrepreneur : “Mais si tu ne m’aides pas, je meurs.”
Le maire : “Finalement, j’aime mieux ça...”

Puis “interviennent” des “porteurs de projets” en “phase d’incubation” (sic). Comme qui dirait des têtards qui raconteraient toutes leurs misères existentielles à devenir des grenouilles.

Et là, tu commences à t’emmerder grave.

T’es venu chercher du cash. Pas de la psychanalyse.

Alors tu glisses un sourire à une Gentille Organisatrice (bénévole) et tu lui demande à voix basse à quelle heure doivent intervenir les “financiers”.

Et là, stupéfaction, elle te répond qu’il n’y en a pas.
Personne. Pas une banque. Pas une caisse d’épargne. Pas un fond d’investissement. Rien. Nada. Nothing. Nib!

Alors doucement, sans faire de bruit, tu ramasses ta musette et tu t’arraches tout ébouriffé.

Comme sorti d’un champ d’éoliennes.

Pareil.

Ca brasse du vent et ça dégage moins d’énergie que ça en gaspille.

09/10/2007

LA SOLITUDE EST UN DROIT !

medium_03_-_Moucharabieh_.JPGLa chance que vous avez!!!

En avant-première de la première mondiale annoncée voilà peu, une page de jardinier pour les jardinier(e)s de maisons de retraite.



Dans un jardin de maison de retraite, la convialité a ses charmes et le plaisir d’y “tailler une bavette” conduit naturellement à y installer quelques sièges favorisant la conversation entre résidants ou/et soignants.

Mais les plaisirs d’une lecture solitaire, d’un instant d’isolement tout entier dédié à la méditation, à l’admiration ou même à une petite somnolence d’après-déjeuner à l’ombre d’une pergola apportent bien du bonheur aussi.

Ce droit à la solitude va malheureusement de paire avec les risques de chute ou de soudain malaise et le jardinier doit donc créer un espace isolé mais restant sous surveillance.

Ce droit à la quiétude va nécessairement sans accompagnant et le jardinier, s’il est là, peut être éloigné du solitaire et occupé avec un engin bruyant (tondeuse, taille-haie, coupe-fil...) dont le vacarme masquera totalement le bruit de la chute et les appels au secours.

Le jardinier prendra soin dés lors d’aménager ce “coin tranquille” à l’aplomb d’une porte-fenêtre de la maison et d’équiper celle-ci d’un moucharabieh donnant au promeneur le plaisir d'un coin tranquille et isolé avec la sécurité due à la proximité des personnels de la maison.

Equipé d’un système de poulies propre à le relever rapidement, on pourra dés lors lui porter assistance en deux temps trois mouvements:
1 - relever le dispositif.
2 - ouvrir la porte.
3 - porter assistance.

Bien sûr, le jardinier aura veillé à ce que l’allée menant à l’espace de solitude soit suffisament large pour y laisser intervenir les brancardiers au cas où la manipulation de la personne à terre interdirait son extraction par l’intérieur.

Une chicane d’un mètre vingt de largeur nous semble à l’heure actuelle la bonne dimension.



Et pour les moucharabiehs, menuisiers bienvenus!

Merci qui ?

12:35 Publié dans Jardins | Lien permanent | Commentaires (2)

04/10/2007

LES RONCES ET LES ROSES

medium_ronces.jpgLe temps que le produit (bio) épandu lors des deux notes précédentes fasse effet sur la ronce envahissant les allées de notre haute administration, je vous invite à n’avoir pas peur (pas de quoi, Robert...) de déposer ici toutes les entorses au bon sens dont vous pourriez être témoins en notre beau pays de France.

Comme par exemple cette commission chargée de réfléchir et de proposer des pistes sur et autour de la maladie d’Alzheimer dont il a fallu attendre huit jours pour savoir qui la compose, mais dont on ignore encore où, quand et comment en contacter les membres...

Comme tous ces sites institutionnels sur lesquels le visiteur trouve difficilement qui s’occupe de quoi, et quasiment jamais comment la (le) joindre directement.

Ainsi ces hauts fonctionnaires dont on apprend quand fût publié au Journal Officiel l’arrêté de leur nomination (ce dont tout le monde se fiche éperdument), mais dont on ne trouve ni le mail ni le téléphone...

Ca manque de liens, tout ça!

Ou, arc-bouté sur son petit pré carré, ça n’en veut pas...

N’hésitez pas non plus pour les “anomalies”.

Comme ces disparitions de notes sur certains blogs, des mails qui s’égarent, des politesses élémentaires qui se perdent là où l’on les croyait préservées, des incohérences par trop criantes...

Comme ces gens qui déplorent le manque d’éducation d’une jeunesse qui ne dit plus: “Bonjour”, “S’il vous plaît” et “Merci” et qui raccrochent au nez de celles (ceux) qui les appellent, ne répondent pas à celles (ceux) qui leur écrivent, ne remercient jamais non plus...

Et si vous disposez de deux minutes, conseillez-moi.

Un rmiste de mes très proches, dont le “dossier” est en cours de traitement, se voit crédité par les impôts d’un chiffre d’affaire colossal pour l’année dernière, quand chacun sait ou devrait savoir dans son secteur qu’il n’a rien pu faire!

Faut-il alerter la brigade des stupéfiants ?



Heureusement, vous êtes là. Quelque part...

Si nombreu(se)x!!!

medium_André_Eve.JPG

27/09/2007

HOMERIQUE: ICELLE ET RICOTTE!

medium_Homere.jpg C'est d'Ingres! A la pulvérisation des records de visites de ce modeste blog, j’entends haleter la foule de celles et ceux qui suivent la lutte de titan(e)s entre Icelle et Ricotte.

Pour le moment, après une semaine de combat acharné, Ricotte tient, Icelle ruse.

Notre camp est choisi: on ne peut qu’espérer ici que Ricotte s’use.

Épaté par Icelle, je me dois de vous dire, sans rien dévoiler, que nous la voyons emprunter des chemins insensés qui finiront bien par aboutir à une reconsidération de ce que l’habitude nous fait trop facilement appeler: “service” public.

Comme l’on me rapporte (non sans une certaine malice) que quelques fonctionnaires surferaient sur les blogs à leurs moments perdus, je ne peux m’empêcher de songer à celles et ceux qui, à la cantine du ministère de la Santé, scrutent les visages en se demandant : “Mais qui donc est Ricotte ?”

Une pincée de mystère, deux doigts de suspens, un soupçon de buzz, un peu de savoir-faire et voilà Ricotte propulsée star des blogs!

Évidemment, ainsi poussée dans la lumière et bientôt sous le feu des médias, Ricotte va, immanquablement, être invitée chez Stéphane Bern, Jean-Luc Delarue, Mireille Dumas, Drucker peut-être!!!
Soyons fous: faire la une de Voici, Closer et Paris-Match. Se faire paparazer sur la plage des flots bleus! Ricotte va faire de l’ombre à qui vous savez et là...

En attendant d’être approché par l’armée pour mon petit prototype d’arme de ridicule massif, j’en profite pour indiquer qu’ici-même et sous peu, nous annoncerons fièrement l’ouverture d’une première mondiale dédiée aux jardins de maisons de retraite.

Rien moins!

21/09/2007

LE RICOTTON

medium_Ricotte.jpgConformément aux règles en vigueur dans les médias français, je me dois d’avertir avant lecture que cette note risque de bouleverser les esprits sensibles et influençables. Qu’à son issue, des illusions seront perdues, Descartes mis à mal, Edgar Morin secoué, des Rastignac enterrés, des rationalismes battus en brèche, des pans entiers de notre “génie français” submergés de rires québécois, suisses, nordiques, anglo-saxons, et que même les français ayant aimé Coluche risquent d’en rire aussi pour ne pas en pleurer.

Aussi est-ce après mure réflexion du Conseil des Sages de l’Audience de Mon Modeste Blog (CSA/MMB) que je déconseille la lecture de la présente note à tout esprit structuré de plus de vingt ans.

Par avance, je décline toute responsabilité dans les conséquences psychologiques, philosophiques, patriotiques et politiques qui pourraient résulter d’une transgression de la mise en garde précédente.

----------------------------------------------

Cela va beaucoup plaire à certains, carrément déplaire à d’autres: il est tout à fait illusoire de penser que Nicolas Sarkozy est le Président de la République Française, que François Fillon gouverne à Matignon et que Madame Bachelot exerce un quelconque pouvoir à la Santé. Même si l’on vient vous en soutenir l’apparence dans les médias, n’en croyez rien.

Le vrai pouvoir n’est plus de faire.

Il est d’empêcher.

Ce pouvoir-là, c’est, (avec quelques autres), Madame Ricotte qui le détient.

Qui donc est Madame Ricotte ?

Bien sûr, ce n’est pas son vrai nom. Nous n’allons pas ici nous attirer en plus les foudres de puissances occultes (la vieille, c’est le printemps!)

Ricotte, c’est le pseudo féminisé de Rico, rottweiler bienveillant que vous avez vu rejoindre voilà peu les premier(e)s volontaires du Parc des Tiges.

Avec cette variante notable que si Rico laisse passer les brouettes et les gens quand il n’y flaire pas malice, Ricotte ne laisse passer personne. Jamais. Ses maîtres seraient-ils à l’agonie dans le ministère qu’elle ferait barrage aux secours, mordrait les pompiers, déchiquetterait le médecin-urgentiste... Ricotte se ferait tuer plutôt qu’on les secoure.

Affirmons, en préambule, que nous avons au plus profond la conviction intime que Ricotte n’est pas consciemment méchante. Elle fait son job. Comme on lui a demandé de le faire. Sans penser à mal. Peut-être sans penser du tout.

Comment diantre entrâmes-nous dans ce Da Vinci gode à la française et fîmes-nous connaissance de l’existence de cette fondamentaliste de la paperasse, du gardiennage et de l’isolement ?

Aux fidèles je rappelle (et aux nouveaux venus j’apprends) que Danse avec les houx eut l’honneur insigne de recevoir les félicitations de Madame la Ministre de la Santé pour l’ensemble de son œuvre par un courrier daté du 7 Juin dernier que, fièrement, nous exposâmes ici:
http://danseavecleshoux.20minutes-blogs.fr/archive/2007/06/07/felicitations-du-ministre-de-la-santé.html

Nous nous empressâmes de demander à la rencontrer dans un courrier daté-posté du 12 Juin “afin de solliciter son appui pour tout le travail qui reste à accomplir, en particulier la mise au point d’un banc adapté aux personnes âgées pour lequel je rencontre des difficultés invraisemblables. Un partenariat avec le Ministère de la Santé aplanirait sans doute bien des obstacles.
C’est dans cette intention que je me permets de lui demander de bien vouloir m’accorder un court entretien.”

Z’avez lu? Z’avez vu comment on sait la demander bien poliment, l’entrevue, chez les jardiniers ? Et je vous passe la présentation des “salutations respectueuses” fièrement dressées en bout de parcours comme un massif de lys muscadet.

Trois mois d’été passèrent dans un silence de mort, que ne parfumait pas même quelque effluve de monoï vus la faiblesse des vents et le peu de soleil sur nos côtes atlantiques.

J’allais téléphoner pour demander à ma manière si “oui ou merde on allait l’apercevoir autrement qu’en photo, la ministre!” quand l’une des nôtres se proposa de faire ça à ma place, de façon moins abrupte ou plus diplomatique, selon qu’on choisira.

J’acceptais volontiers qu’enfin doté d’une ambassadrice de charme, et avec le précieux concours d’icelle, Danse avec les houx “reprenne langue” avec le ministère.

Icelle (c’est désormais son pseudo dans le réseau des houx) téléphona une première fois au cabinet de la ministre et entreprit Ricotte, qui lui demanda les références de ces correspondances. Icelle donna.
Ricotte pria qu’on la rappelle ultérieurement.

Ce qu’Icelle fit. (Et non l’inverse: Ficelle, c’était ma chatte. ;-)

Beaucoup trop tôt.

On avait égaré. Ricotte ne trouvait plus.

S’étant assurée que nous avions archivé les précieux documents au format numérique, Icelle proposa qu’on les maile.
“Faites donc ça!”, répondit Ricotte en donnant une @dresse longue comme un code nucléaire.gouv.fr

Dans l’heure, c’était fait.

Sans retour, Icelle (la tenace) rappela une nouvelle fois pour s’assurer de la bonne réception du mail et des pièces jointes.

Hélas! Trois fois hélas!!!

Si tout était bien arrivé, deux soucis majeurs se dessinaient soudain: premièrement, la référence portée sur le courrier ministériel ramenait à un lourd dossier d’ONG et nous n’en sommes pas (encore) une. Ceci expliquait bien qu’on ne nous trouvât point...

Deuxièmement, plus technique, l’imprimante du cabinet refusait obstinément de coucher sur papier le contenu de l’écran.

“On croule sous la paperasse...” risqua dans un sourire vocal Icelle (la pétillante).

“Ha! Ne m’en parlez pas! Renvoyez-moi un fax.” lui répondit Ricotte. “Il faut, précisa-t-elle, tout ceci sur papier.”
On admirera ici la cohérence subtile.

Icelle, qui faisait là ses premiers pas dans l’art de faire en France, mesurait tout soudain l’étendue de sa tâche.

Elle confia à Ricotte qu’elle trouvait bien étrange qu’on ait tant de misères pour rencontrer quelqu’un pour faire un banc en bois pour les personnes âgées...

C’est là qu’Icelle (la novice) fit l’erreur. Que dis-je ? L’énorme faute!

“Si c’est pour les personnes âgées, ce n’est pas ici!” hurla Ricotte comme un arrière du XV renvoie de ses 22. Et de généreusement et sur le champ donner à Icelle (l'abasourdie) toutes les coordonnées du chef de cabinet de Xavier Bertrand dont l’immense ministère englobe effectivement les solidarités, au nombre desquelles semble-t-il manque celle avec nous...

Travaillant à distance, Icelle me rappela, abattue.

Tant bien que mal, je la consolais de mots de réconfort, lui rappelant qu’à l’impossible nul n’était tenu, qu’on ne fait pas boire un âne quand il n’a pas soif ... et toutes ces sortes de choses qui vous viennent à l’esprit devant un gros chagrin sous un fardeau trop lourd.

Cinq tours de mon quartier à pieds plus tard, mon calme revenu, une demie douzaine de Ferrero-Rocher avalés en préventif et du suave dans la voix à bader Arditti, j’appelais à mon tour, façon “chef d’entreprise”.

Ricotte réitéra tout ce qu’elle avait asséné à la pauvre Icelle, au premier rang de quoi il lui FALLAIT un fax!

Je fis valoir alors que travaillant sur le web depuis plusieurs années, nous n’avions plus l’appareil adéquat, ajoutant, taquin, que nous ne disposions plus de pigeons voyageurs non plus.

“De toutes façons, comme je l’ai dit à votre collaboratrice, c’est pas ici!” grogna Ricotte dont je pressentais la babine légèrement retroussée.

Je lui fis part en désespoir de cause de ma surprise d’apprendre que l’orthopédie ne concernait plus la santé.

Long silence.

Ricotte méditait fort.

C’est là que j’ai compris et qu’est venue l’idée.

En marchant dans les rues, dans les squares, en regardant sa mère, en prenant l’autobus, le métro ou le train, Ricotte n’a jamais VU comme les personnes âgées ont du mal à s’asseoir et à se relever des sièges ordinaires.

Sinon, vous pensez bien...

Alors, Fleurylandaises, Fleurylandais, vous qui passez ici rempli(e)s de compassion pour cette gardienne aveugle, je vous invite à donner généreusement au premier Ricotton.

Si la somme est modeste, nous lui offrirons un billet aller-retour pour Lourdes. Si elle s’avère suffisamment conséquente, nous financerons une canne blanche et un bon Labrador.

J’ai raccroché le coeur bouleversé et j’ai couru poster les papiers qu’elle voulait.

Puis, lentement, à petits pas, vieilli, je suis allé déposer ma demande de RMI.

Il manquait un papier...

On est peu de choses, tout de même!

Et rarement ce qu’on se croit.

17/09/2007

STOP AUX PESTICIDES !

medium_Coccinelle.jpgEinstein l’avait bien vu en effet: après les abeilles, les gens!

“Selon le cancérologue Dominique Belpomme, dont le rapport doit être rendu public mardi à l'Assemblée nationale, la Martinique et la Guadeloupe ont été "empoisonnées" par des pesticides menant à un "désastre sanitaire" (Source AFP)

Il est donc de toute première urgence que les élus en charge du développement durable ouvrent dans chaque commune un jardin “pédagogique” où des professionnels apprennent au grand public à se passer de ces poisons de la terre.

Je m’en vais de ce pas en proposer un à ma communauté de communes.

Pourquoi pas vous ?

13/09/2007

PREMIERE EMBAUCHE ;-)

medium_Rico.JPG Wouarf! Salut. Je m'appelle Rico.

Je suis un rottweiler de cinquante deux kilos et je viens de trouver du boulot.

Je viens d'arriver dans l'équipe du parc des tiges.

Le boss m'a confié la garde des outils.

C'est payé en croquettes et en calins.

Tu parles si j'ai accepté.

12:13 Publié dans Jardins | Lien permanent | Commentaires (15)

12/09/2007

RUPTURE

medium_GS.JPGLa porte de l’agence s’est refermée sur un éclat de rire.

Fatiguée par tant de misère, de significations à tiers détenteur, d’inscriptions au privilège, de découverts non-autorisés, la Société Générale a clôturé mon compte personnel et celui de Danse avec les houx.

Ouste, le jardinier! Dehors!!!

Pas que ça à faire, moi! Faut que je supporte l’équipe de France de rugby et que je me sorte de Clearstream...

medium_blaireau.jpg


Faut dire que j’étais au moins aussi fatigué d’elle qu’elle l’était de moi, même si elle me faisait encore parfois sourire devant la télé avec ses coups de pouce publicitaires et ses slogans à deux balles.

C’est la rupture bête et brutale.
J’ai dû reprendre mes bonbons...

Me voilà donc SBF (Sans Banque Fixe).

Si, passant par ici, un(e) banquier(e) dynamique (doit bien y en avoir un(e), quand même...) avait envie de participer à des promenades sécurisées pour les personnes âgées, avec des bancs rehaussés et ombragés, à des jardins pour personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, à des jardins pour enfants autistes, à un manège jardinier pour enfants handicapés physiques, à un parc des tiges, à des partenariats entre les maisons de retraite et les écoles d’arts et à tout ce qu’il nous reste à inventer, qu’il (elle) n’hésite pas à se manifester. Bienvenue d’avance!

Surtout s’il (elle) vient d’ailleurs.

Avec mes 50 000 visites, le bandeau sera offert ;-)

(Merci à Veuve Tarquine chez qui j’ai pris l’idée sous un cadenas Go Sport ;-)))))))))

11/09/2007

ARCOLE!!!

medium_Soutien_AMARA.JPGAgadez moi ça! Ca vient d’arriver.
A l’ancienne.
Par la poste.

Du bleu, du blanc, du rouge en haut.

Ministère du Logement et de la Ville en dessous.

Et au beau milieu, Fadela Amara qui “tient à saluer l’initiative” du Parc des Tiges.

Les félicitations de Roselyne Bachelot, le soutien de Rachida Dati, le salut de Fadela Amara...

Côté drapeaux, ce n’est plus un blog: c’est le pont d’Arcole!

Comment ?...

Ah!

Vous avez remarqué vous aussi ?

Il n’y a que des femmes dans la liste.

C’est que, quand il s’agit de se retrousser les manches sur la vraie calamité sous sa fenêtre ou au coin de sa rue, de faire des jardins pour les vieux alzheimer, les mômes handicapés ou les gamins en grandes difficultés, on les sent un peu mous du jarret, les garçons.

Ces temps-ci, on dirait que le courage se fait les yeux.

Aragon ?

En tous cas, il vous le dit comme il le ressent: ces temps-ci, il n’est pas peu fier de lui, le papa de filles!

medium_Arcole.jpg

10/09/2007

LE FEU AUX RUCHES !

medium_Abeille.jpg"Si l'abeille venait à disparaître de la surface du globe, l'homme n'aurait plus que 5 années à vivre." (Albert Einstein)

Il y a le feu aux ruches et il est bien naturel de relayer ici l’alerte de la Fédération des apiculteurs dont Alain Baraton, jardinier à Versailles, s’est fait le porte-parole hier dans sa chronique du Dimanche matin sur France Inter.

Les insectes, abeilles et papillons en tête, sont décimés par les pesticides utilisés à outrance dans l’agriculture intensive.

Comme de plus en plus de jardiniers préoccupés de développement durable, il y a belle lurette que j’ai abandonné l’utilisation de tout produit phytosanitaire. Ils tuent plus sûrement qu’ils ne soignent et pourrissent, en plus, l’eau de nos nappes et de nos rivières.

On ne va encore pas se faire des amis chez les chimiquiers et leurs revendeurs mais tant pis: j’appelle solennellement tou(te)s les lecteurs(trices) de ce blog à abandonner dé-fi-ni-ti-ve-ment l’usage de ces saloperies au jardin!

Je ne sais pas vous mais pour ma part, un buddleia sans papillon, un jardin sans abeille, un bassin sans libellule, ce serait comme Adriana Karembeu sans les jambes, un symphonique sans les violons ou une une blanquette sans champignons.

Et plus de miel pour nos petits-enfants, vous imaginez ?

Pour celles et ceux qui voudraient en savoir d’avantage, ça commence par là:
http://www.universnature.com/dossiers/pesticides/apiculture.html

medium_libellule.jpg

07/09/2007

LE TEMPS

medium_eglise_Avon.jpgmedium_Faux_outil.JPG

Il est temps je l’espère de dépasser l’annonce.

Comme j’ai promis à Flèche d’indien une petite réflexion sur le temps, je l’illustre par l’horloge du clocher de mon village et cette faux dont j’aurais aimé faire le balancier si j’étais un peu moins malhabile avec photoshop.
A un grand bijoutier spécialiste des montres auquel je demandais de m’expliquer sa notion du luxe, j’avais donné la mienne. Ma montre de luxe, personne ne peut la faire. C’est celle qui me dirait non pas le temps qui passe mais celui qu’il me reste et ce que j’en peux faire.
J’ai bien trop ces temps-ci l’occasion de compter surtout le temps perdu.

Le temps ou les temps ?

Quoi de commun entre le temps de l’astrophysicien qui compte en millions d’années, celui du magistrat qui compte en années de prison, celui du musicien qui compte en triple croches, celui du jardinier qui compte en saisons, celui du pilote qui compte en heures de vol, celui de l’horloger qui règle ses pendules ?...

Quand j’aurais fini mon jardin de racaille, j’inviterai quelques un(e)s à venir y songer avec moi en Sologne, où l’oiseau migrateur nous en suggère encore un autre.

Fadela Amara, Secrétaire d’Etat en charge de la politique de la ville, vient de mettre en lien mon projet de Parc des Tiges sur son blog. C’est ici: http://fadela-amara.net/blog/
Le temps d’un clic ;-)

Cela devrait je l’espère amener beaucoup d’acteurs de la vie des quartiers pour perfectionner le projet.

Qu’ils trouvent la Bienvenue en arrivant ici.

Et qu’ils (elles) prennent tout leur temps ;-)))))))))))

05/09/2007

PETITE ANNONCE

Petite annonce


Cherche magistrat retraité volontaire pour perfectionner un dispositif de découverte des métiers de plein air sur un chantier de parc et jardins, sous l’oeil de la Chancellerie.

Pour en deviner plus, c’est ici:
http://danseavecleshoux.20minutes-blogs.fr/archive/2007/08/19/rachida-dati-ges.html

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu