Avertir le modérateur

17/05/2009

HOME

At home

 

Le 5 Juin prochain.

08:45 Publié dans VITE ! | Lien permanent | Commentaires (15)

26/04/2008

L'USINE PERD LES EAUX!!!

031f2b9a7d3241d8315f24852feaac7c.jpg Evidemment!

Il fallait que ça arrive en fin de semaine...

L'usine perd les eaux et l'enfant se présente par le siège ;-))))))))

Mais quel beau bébé ça va être!

Vite! Je cours chercher les dragées et retenir une place à la crèche...

06/03/2008

MANIFESTATION POUR LES RETRAITES

La presse française n’est plus ce qu’elle était.

Elle nous apprend ce matin que les retraités sont censés manifester aujoud’hui pour la (juste) revalorisation de leurs pensions, se gardant bien toutefois d’indiquer où et à quelle heure doit se constituer le rassemblement.

Déjà qu’il fait un froid de chien, s’il leur faut arpenter tout Paris pour trouver les banderolles...

Grâce à Google, j’ai enfin trouvé où et quand et je m’empresse de le relayer ici:

Pour Paris, ce sera au métro Sèvres-Babylone à 10:30.

Habillez-vous chaudement!

Faudrait pas que l’augmentation passe dans les franchises ;-)

08:30 Publié dans VITE ! | Lien permanent | Commentaires (0)

25/01/2008

SEPT MILLIARDS... ET DES OEUFS.

7fc21332daab6f8b375c68de292a1672.jpgVeux-tu bien arrêter de rigoler, Anaxagore ?

Anaxagore de Clazomènes, philosophe grec de l’antiquité d’une étonnante modernité, est plié en deux et se roule sur mon tapis comme un dératé depuis hier.

C’est lui qui inspira à Lavoisier son célèbre principe: “Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme.”

D’habitude, Anaxagore sait se tenir.

Sagement assis sur une étagère de ma bibliothèque, Anaxagore médite, réfléchit, songe... dans un silence de mort.

Mais là, quand il a entendu dans la même information que la Société Générale avait perdu cinq milliards à cause d’un courtier fou et ne retrouvait ni le courtier ni les sous, Anaxagore a murmuré: “Ils ne vous prendraient pas pour de gros benêts, des fois ?”

Devant mon air ahuri, il a poursuivi comme il aime à le faire, en illustrant sa question: “Toi, par exemple, tu perds une pièce de cinquante centimes parce que ta poche est trouée. Un gamin qui marchait derrière toi la trouve par terre et court chez l’épicier s’acheter des bonbons. Tu n’as plus ta pièce, mais elle n’a pas disparue. Elle est chez l’épicier.”

D’un air malicieux, Lavoisier ajouta: “Elle s’est pourtant un instant transformée en bonbons...”

“Oui, mais là, il s’agit d’une fraude...” risquais-je.

“C’est pareil pour le vol et la fraude, mon garçon.”

(Je ne sais pas pourquoi mais j’ai horreur qu’Anaxagore m’appelle “mon garçon”.)

Il poursuivit: “Tu te fais piquer un billet de vingt par un voleur ou tu te fais détourner un virement par un escroc, tu n’as plus tes sous mais un autre les a.”

“Et les transforme à ta place...” soupira Lavoisier.

“ Un billet de vingt, d’accord. Un virement de chantier, peut-être. Mais là: cinq milliards!... Ca ne s’évapore pas dans la nature comme ça!”, objectais-je le plus respectueusement possible.

“C’est là que nous voulions t’amener, notre garçon!”, répliquèrent dans un sourire et d’une même voix taquine Anaxagore et Lavoisier, avant d’être pris d’un fou rire inextinguible qui dure depuis hier.

Je n’avais jamais entendu rire aussi fort toute une bibliothèque.

Comme ces deux-là ont le rire communicatif, j’ai fini par me marrer aussi et je vous livre l’anecdote au cas où la rigolade pourrait se transmettre par internet.

Je vous laisse pour un moment.

Comme il y a sept milliards dans la nature (deux de plus à cause de ces salauds de pauvres américains;-)))))))), j’enfile le blouson, je lasse les godillots et j’emmène le chien faire un tour.

On ne sait jamais...

Si je les trouve, ce soir, ce sera omelette aux milliards pour (presque) tout le monde!

Cèpe Debout, tu as pris ton panier ?

09/01/2008

RENDRE A EDGAR...

Trois bonnes nouvelles:

La première, droit d’auteur oblige:
Il fallait “rendre à Edgar ce qui est à Edgar”. Depuis la conférence de presse du Président, c’est fait.

La seconde:
Notre ministre de la culture a assuré sur France Inter qu’une solution financière serait trouvée pour garantir le fonctionnement de l’Académie du Spectacle Equestre de Versailles malgré le coup de sang de Bartabas à sa DRAC.

Malgré ou à cause ?

En tous cas, l’école parait sauvée et ici, une école sauvée, ça commence bien la journée!

Pour la visiter, et si besoin était, la soutenir, c’est par là:
http://www.acadequestre.fr/

La troisième:
Quand à la mienne, d’école, (Le Jardin de racaille), le professeur émérite Jean-Louis Le Moigne, vice-président de l’Association pour la Pensée Complexe m’écrit: “Oui! le jardin de racaille pour SPS est aussi une composante de la Politique civilisante”.

On va juste espérer maintenant que l’Elysée ne mettra pas trop longtemps avant de s’en apercevoir...

C'est beau, les mots.

Ca l'est bien plus encore quand ils fleurissent en terre.

Au boulot!

17/09/2007

STOP AUX PESTICIDES !

medium_Coccinelle.jpgEinstein l’avait bien vu en effet: après les abeilles, les gens!

“Selon le cancérologue Dominique Belpomme, dont le rapport doit être rendu public mardi à l'Assemblée nationale, la Martinique et la Guadeloupe ont été "empoisonnées" par des pesticides menant à un "désastre sanitaire" (Source AFP)

Il est donc de toute première urgence que les élus en charge du développement durable ouvrent dans chaque commune un jardin “pédagogique” où des professionnels apprennent au grand public à se passer de ces poisons de la terre.

Je m’en vais de ce pas en proposer un à ma communauté de communes.

Pourquoi pas vous ?

10/09/2007

LE FEU AUX RUCHES !

medium_Abeille.jpg"Si l'abeille venait à disparaître de la surface du globe, l'homme n'aurait plus que 5 années à vivre." (Albert Einstein)

Il y a le feu aux ruches et il est bien naturel de relayer ici l’alerte de la Fédération des apiculteurs dont Alain Baraton, jardinier à Versailles, s’est fait le porte-parole hier dans sa chronique du Dimanche matin sur France Inter.

Les insectes, abeilles et papillons en tête, sont décimés par les pesticides utilisés à outrance dans l’agriculture intensive.

Comme de plus en plus de jardiniers préoccupés de développement durable, il y a belle lurette que j’ai abandonné l’utilisation de tout produit phytosanitaire. Ils tuent plus sûrement qu’ils ne soignent et pourrissent, en plus, l’eau de nos nappes et de nos rivières.

On ne va encore pas se faire des amis chez les chimiquiers et leurs revendeurs mais tant pis: j’appelle solennellement tou(te)s les lecteurs(trices) de ce blog à abandonner dé-fi-ni-ti-ve-ment l’usage de ces saloperies au jardin!

Je ne sais pas vous mais pour ma part, un buddleia sans papillon, un jardin sans abeille, un bassin sans libellule, ce serait comme Adriana Karembeu sans les jambes, un symphonique sans les violons ou une une blanquette sans champignons.

Et plus de miel pour nos petits-enfants, vous imaginez ?

Pour celles et ceux qui voudraient en savoir d’avantage, ça commence par là:
http://www.universnature.com/dossiers/pesticides/apiculture.html

medium_libellule.jpg

25/05/2007

GUERRE A LA LAIDEUR!

Ha mes amis!
Je reviens du “salon” des maisons de retraite à la Porte de Versailles avec une conviction de salut public: il faut déclarer la guerre à la laideur!

On dirait qu’elle conditionne les cahiers des charges!

Jardins inexistants ou parfaitement idiots, mobilier ringard, ustensiles effrayants, le pire étant atteint loin devant aux stands des fauteuils roulants!
A côté, mon dessin de banc adapté passe pour une esquisse de Léonard et celui de Fanny pour une toile de Marie Laurencin! C’est vous dire...

Alors en résumé, ça donne:
1 - T’es vieux.
2 - T’as mal à peu près partout.
3 - Tu ne peux presque plus bouger.
4 - Tu as, on le conçoit, le moral dans les charentaises.
5 - En prime, tu passes tes derniers jours dans un décor cauchemardesque.

Et, cerise sur le gâteau découverte aussi hier, une norme recommande aux soignant(e)s de ne pas t’appeler par ton prénom et d'éviter de te tutoyer, même si il (elle) t’aime bien.

Même la chaleur humaine t’est défendue!!!

Anticipons un peu en ce qui me concerne: au lieu de “Fleuryval, tu prendras bien un petit Muscadet en rentrant du jardin?” ça donnerait: “Monsieur, vous avez pris vos gouttes avant d’aller dîner?”

Promis-juré: si dans le premier cas de figure ça déclenchera immanquablement un doux sourire accompagné d'un tendre: "Bien sûr, mon petit. Avec un p'tit Monaco, sans te commander...", dans le second, ce sera le pommeau de ma canne dans la tronche !!!

Alors on va reprendre ici une vieille bataille déclarée en son temps à Bordeaux contre la laideur orthopédique.

Avec j’en suis convaincu le concours enthousiaste de notre nouvelle ministre de la culture parce qu’il y a là un chantier colossal et un travail de titan pour les créateurs en général et les designers en particulier.

Quand on sait qu’il y a des gens qui travaillent sur l’esthétique d’un presse-purée ou d’un fer à repasser, doit y avoir moyen qu’il y en ait deux ou trois qui se préoccupent de faire en sorte que le pire prenne des couleurs!

Dessinateurs(trices), à vos crayons!
Couturier(e)s, tapissier(e)s, à vos ciseaux!
Jardinier(e)s à vos motoculteurs!

On va tâcher de faufiler un peu de beauté dans cet univers!

Avec le concours de la poignée de gens fabuleux que j’ai rencontré là autour d’Age-Village, je n’ai aucun doute sur l’issue de cette bataille: ON VA LA GA-GNER !

Exceptionnellement, je ne vous mets pas de photo de ce que j’ai vu hier: je crois que personne ici n’a rien fait d’assez grave pour mériter ça.

26/04/2007

AU CHATEAU!!!

medium_Chateau_Hugo.jpgTocsin sur la campagne: Fleuryland est cerné!

Portable en panne. Connexion internet aléatoire...
Un militaire verrait là comme un isolement par les transmissions;-)

EDF menace de couper à nouveau. Liquidation de Danse avec les houx, criblé de dettes, au bout de la règle du tribunal de commerce.

Côté jardins, pas la moindre commande en vue.
Côté livres, pareil.
Côté bancs, paralysé faute de moyens.

Ces élections pestilentielles paralysent tout, tétanisent tous, à peu près partout. Bonne ambiance!

La "clientèle" attend.

Les vieux, les enfants malades et les mômes des quartiers attendront donc aussi.

Ca ne s'arrangera évidemment pas avec les législatives.

Puis viendront les vacances.

Pour ceux qui pourront en prendre, naturellement.

Les "décisionnaires" ;-))))))

Qu'on ne s'y méprenne pas: cette note n'est ni un appel au secours ni un appel au peuple.

On sauve une entreprise avec des commandes, des clients, des partenaires, des aides au développement.

Pas avec un béret tendu sur un perron d'église.

J'ai fait des choix. J'en assume les conséquences.

Quoi qu'il advienne, Fleuryland demeurera et les idées qui s'y sont propagées, les projets qui s'y sont bâtis, les propositions qui s'y sont faîtes finiront bien par voir le jour.

Ici ou ailleurs.

Si ce devait être ailleurs, avant de partir, je trouverais bien le moyen de passer vous dire pourquoi.

Et surtout à cause de qui.

08:15 Publié dans VITE ! | Lien permanent | Commentaires (9)

20/04/2007

DU VENT!

DE L’AIR!

Je ne partage en rien cette prétention ridicule dont certains font preuve ces temps-ci en “appelant à voter”.

Pour qui se prennent-ils et pour qui nous prennent-ils pour considérer que leur “autorité” les autoriserait à nous recommander à nous, pauvres sots incapables de réfléchir par nous-mêmes, un candidat plutôt qu’un autre?

Certains même gagneraient à considérer leurs appels comme de véritables repoussoirs. J’ai aperçu nombre de “soutiens” dont, si j’étais candidat, je préférerais sans nul doute qu’ils en “soutiennent” un autre.

Bref, ce n’est pas demain la veille qu’on m’entendra beugler “Ma-chin pré-si-dent”, sauf peut-être à entendre “Machin” s’exclamer auparavant: “Fleu-ry-val jar-di-nier!”

Ce qui n’est, à ma connaissance, encore jamais arrivé.

Je voudrais juste vous présenter ce matin l’un de mes plus précieux auxiliaires: Néole, faiseur de vent! ;-)medium_souffleur.JPG

Tout au long de l’année, Néole et moi chassons la poussière et les fauches de mauvaises herbes.
A l’automne, c’est avec lui que j’arpente les promenades pour souffler les feuilles mortes.

Néole, comme l’on dit, il “déménage”.
Il “fait le ménage”!

Je le mets à disposition Dimanche, à la première heure, dés mon retour du bureau de vote, à 8 heures 10.

Le plein est fait. Il démarre au quart de tour.

Vous pourrez vous en servir à sa puissance maximale.

Vous avez bien de la chance!

Je suis l’un des seuls jardiniers à prêter ses outils.

17/04/2007

LES PARENTS DE DON QUICHOTTE

Manifestement, les candidats à la présidentielle se foutent de nos vieux comme d'une guigne et c'est un plaisir que de vous envoyer le constater sur le site d'agevillage ici:
http://www.agevillagepro.com/actualite-279-1-politique.html

Vous y pourrez toujours signer l'appel du collectif en ligne, mais je crains que cela n'ait pas de meilleur résultat qu'un cataplasme sur une jambe de bois.

Aujourd'hui plus qu'hier, c'est de l'image qu'il faut!

Du vingt heures sur toutes les chaînes.

De préférence Vendredi soir, dernière minute avant clôture du grand barnum.

Comme, vous vous en souvenez sans doute, du Papi Voise.

Sauf que cette fois-ci, il faudrait que ce soit les Papis et Mamies (Voise ou pas) qui s'invitent dans la campagne.

Imaginez ça: Une baricade de déambulateurs rue Soufflot!

Boulevard Saint Germain, avançant avec la détermination d'un bataillon de chars Leclerc, leurs cartes électorales en bandoulière, une charge de fauteuils roulants avançant lentement à la rencontre des forces de l'ordre, médusées. Les soignants, les familles, les amis derrière braillant à tue-tête: "Papi/Mamie/So-li-da-ri-té!"

Tout ça en place pour 18:30, que les équipes aient le temps de revenir dare-dare pour les éditions du soir...

Avec quelques caméras de direct laissées sur place au cas où ça tournerait au vinaigre...

Ou bien...

Vendredi matin, près de l'écluse du canal Saint Martin, une immense maison de retraite sous chapiteau installée pendant la nuit avec le concours des techniciens du cirque Pinder, baptisée sobrement: "Les parents de Don Quichotte".

Vous pariez combien qu'on y verrait plus clair Samedi matin ?

16/04/2007

DERNIERE LIGNE... DROITE ?

medium_lilas.2.jpg Dernière semaine de campagne avant le premier tour de l'élection présidntielle française.

Invectives, insultes, tractations plus ou moins secrétes, pièges, manipulations, combines en tous genres...

La nausée.

D'où une envie irrépressible d'échapper quelques instants à cette atmosphère glauque, violente et si peu productive.

De vous inviter à partager ici la paix des jardins, la force des rêves, les pouvoirs alternatifs de construire à mains nues, loin des polémiques, de petits espaces d'essentiel.

Et de nous inviter tous ensemble dans la campagne. La vraie.

Celle au milieu de laquelle s'est bâti Fleuryland, peu à peu, depuis...

Genèse d’un mamiedrome*

Quand j’ai commencé là, à Castel Nazareth, j’ai moins vu le jardin que la douleur des dames. Les mains crispées sur la rampe du déambulateur, à petits pas, lentement, elles avançaient. Quand même.

Alors le jardinier à peine engagé eut l’idée de transformer un parcours d’exercice en chemin des bonheurs. Récompenser chaque pas d’une couleur, d’un parfum, d’une baie, d’un émerveillement sur le verger à droite, sur les invraisemblables lumières du sous-bois à gauche. Jalonner tout du long de symboles sur le temps, sur l’avenir, sur la vie, sans la peur. Prétextes à rêverie, méditation, prière.

Une allée cimentée, parfaitement plate, sans risque de chute, ombragée, était toute indiquée.
D’abord y mettre un banc, sur une tendre pelouse, à l’ombre d’un grand chêne. Placé à mi-parcours, pour soulager l’effort. Avec quelques framboises, à picorer assise.
Au départ, un phœnix, bel arbre au nom d’oiseau qui renaît de ses cendres. Au retour, encore lui.
Puis trois arches fleuries. Chapelle “à ciel ouvert”.
Des couleurs vives et fraîches. Beaucoup de blanc, des roses, avec quelques rouges vifs pour donner l’énergie. Et tout le bleu du ciel pour apaiser l’esprit .

Et puis, pour le printemps, des perce-neiges, crocus, narcisses et jacinthes, toutes ces petites fleurs qui confirment aux mamies qu’elles ont vaincu l’hiver.

Tout du long des parfums. Jasmin, lavande, œillet, lilas, chèvrefeuille, menthe, seringa, muguet... Et des roses, bien sûr.
Avec l’eau d’une fontaine pour rafraîchir l’oreille, et un brumisateur, pour rafraîchir la peau.
Enfin de la lumière, car par 40 à l’ombre, on va marcher la nuit.

- Et la musique ?!
- On s’en charge, dirent le vent, les oiseaux et des rires d’enfants.
- Je pourrai quand même faire venir un violon de temps en temps ?
- Sans problème! répondit le vent. Ça me fera une pause.
- C’est joli, dit un merle qui m’écoutait rêver. Tu devrais t’y coller.
- T’es gentil, mais les sous, je vais les trouver où ?
- Des fruits plein le verger. Le sucre ne coûte pas cher. Fais donc des confitures! argumenta un rouge-gorge d’affaires.
- Bien sur, s’exclama un écureuil comptable. Ils financent bien la recherche avec un téléton. Fais comme eux : mamieton !*
C’est ainsi qu’à Castel Nazareth naquirent “Les confitures de la Madone” dont le premier pot de gelée de groseilles partit immédiatement se faire connaître au Pape. Accompagné d’un confiturier sorti tout droit des poumons d’un maître-verrier. Enfin! Les jardiniers ont leur Graal, maintenant.


Mamiedrome : n.c. masculin. Promenade fleurie, parfumée, rafraîchie, éclairée, à l’usage des dames âgées auxquelles la médecine a prescrit de marcher malgré la douleur et la canicule.

Mamieton : n.c. masculin. Ensemble des moyens mis en œuvre par le jardinier pour financer la réalisation optimale du mamiedrome. Au premier rang desquels figure la commercialisation des confitures de la Madone, réalisées avec les fruits du verger, suivant les conseils d’un écureuil.

Il est, bien souvent, des forces qui nous dépassent. Tous.

medium_pivoines.jpg

30/03/2007

AVIS DE TEMPETE!

medium_tornade1.jpgA-t-on remarqué comment une petite averse sous la gare du Nord de Paris nous zappe d'un coup d'un seul les conséquences du réchauffement climatique? Un resquilleur, une petite émeute, une charge de police et hop, l'état de la planète à la trappe. M'avouerez que c'est du costaud, ça: cent coups de matraques qui vous recongèlent la banquise! Ca vous gomme la canicule! Ca vous dépolue la mer et zou, de l'eau claire et à boire pour tout le monde!
Hulot et son pacte dans les choux.
"La terre brûle"?
Comment?
Vous avez dit muleta?

Du coup (si j'ose dire), je publie ce matin un court texte sur le développement durable au jardin parce que quel que soit le (la) prochain(e) président(e), ce n'est pas demain la veille qu'on verra les CRS arrêter les cyclones ni les gardes mobiles contenir les tsunamis.


Développement durable : Côté jardin...

“Placé au point d'équilibre des trois pôles sur lesquels il s'appuie : l'environnement naturel et patrimonial, l'économie et la société, le caractère trinitaire du développement durable est essentiel pour comprendre le concept et le rendre concret.”
Dominique LEVET, secrétaire général de l’Institut Européen du Développement Durable.

“Oui, mais concrètement, qu’est-ce qu’on fait ?” demande le public.

Tentative de réponses au jardin.

Quel environnement plus naturel et patrimonial qu’un parc ou qu’un jardin ? On n’abordera pas le développement durable sans poser préalablement les principes d’éthique sans lesquels rien de sérieux ne saurait s’engager. Et d’abord, en finir avec les caprices de mode devant tout au marketing et les méthodes en cours de vente forcenée.
Un jardinier responsable ne plante pas des variétés tropicales en pleine terre là où la température peut descendre à moins vingt en Janvier!
Il choisit des essences adaptées au climat, au sol et veille à sélectionner ses végétaux en fonction des ressources en eau disponibles sur le territoire.
Il apprend la maîtrise de l’arrosage strictement nécessaire aux besoins de ses plantes et renonce aux pelouses bien vertes en pleine canicule.
Il privilégie le terreau naturel à tout engrais chimique.
Il paille pour éviter le recours aux désherbants et là où ce n’est pas forcément possible, il se baisse, s’agenouille et arrache le chiendent à la main.
Il privilégie les techniques de l’agriculture raisonnée en combattant les maladies et les insectes par d’autres végétaux. Il suit attentivement les progrès de la recherche agronomique en matière d’auto-défense végétale.
Il tient ses serres hors gel en hiver avec de l’énergie propre, capteurs solaires, géothermie, électricité éolienne.
Pour les gros travaux, grands labours, débardage, transports pesants, il recourt plus volontiers au cheval de trait qu’aux moteurs, d’autant que le fumier de l’un enrichira la terre de la roseraie alors que les gaz d’échappement des autres contribueront à un effet de serre paradoxalement nuisible.

Qui aurait prédit au XIX° siècle que “l’effet” de cette intelligente construction de verre destinée à protéger et à développer la vie des plantes se transformerait en gigantesque phénomène à faire fondre les glaciers, à inverser les pôles, à engendrer la mort programmée de nombreuses espèces ? Dont la nôtre !

Le développement durable n’est pas compatible avec la cupidité, ni avec l’avarice, toutes deux responsables de l’urgence de sa mise en place.

Économie ? C’est, côté jardin, toute la difficulté.
Convaincre un client, qu’il soit particulier ou collectivité,
de s’équiper d’un système d’arrosage automatique programmable coûteux, d’engager un jardinier formé aux techniques de culture raisonnée, de consacrer plus d’heures qu’il en faudrait si l’on recourait à des produits chimiques ou à des machines n’est pas chose aisée.
Côté cour, l’appel d’offre attribué au “moins disant”, même si l’on sait bien qu’à terme il sera finalement le plus cher en conséquences, y compris financières, est une règle contemporaine avec laquelle il faut rompre vite.
Comment la faire évoluer autrement qu’en proclamant qu’au jardin aussi, ce qui paraît plus cher est à terme le moins cher!
Si un arrosage automatique maîtrisé à un coût, il n’est rien en regard de celui du gaspillage (et des factures) d’eau dus à des arrosages inutiles.
Si le nombre d’heures passées par un jardinier-citoyen est effectivement supérieur à celui d’un jardinier indifférent à la nature et aux gens, son coût est compensé par l’économie en traitements chimiques et plus largement en impôts qu’il faudra payer plus tard pour financer des stations d’épuration d’eau, réparer, reconstruire et indemniser les victimes de tempêtes, cyclones et autres catastrophes que l’indifférence et la désinvolture génèrent.

Social. Le développement durable ne saurait se limiter seulement au soin apporté au territoire. Il englobe ceux qui le peuplent. Quelle autre raison finalement aurait-on de protéger un espace rendu vide de toute existence ?
Il ne saurait se résumer seulement à la protection des oiseaux. L’Homme doit en être au coeur.

Le développement durable, concrètement, c’est de l’humanisme qui se retrousse les manches.

Le cyclone qui vient de ravager le Sud des Etats-Unis, le Portugal en feu, le tsunami du Sud-Est asiatique, la canicule de 2002, la tempête de 99 peuvent se lire comme de gigantesques réactions naturelles au productivisme à outrance pour satisfaire une consommation fanatique, une boulimie d’inutilités, tout autant qu’une accumultion de négligences. C’est la grandeur de celles et ceux qui se sont trompés, ont pillé, polué la terre de le reconnaître.
C’est le courage de celles et ceux qui font face maintenant aux conséquences des mauvaises pratiques passées.

Développement ? Bien sûr! Mais raisonné lui-aussi.
Durable ? Devant l’augmentation de la fréquence et de la violence des phénomènes qui nous frappent, les parents n’ont pas d’autre choix que de s’y engager avec force.

Parce qu’on ne donne pas la vie pour la compromettre.
medium_tempete_1.jpg

26/03/2007

APPEL D'URGENCE POUR UNE PETITE FILLE

Je reçois à l'instant ce mail de ma fille ainée qui travaille à l'université de Médecine de Paris Est (donc c'est sérieux, vraiment)
Comme je n'ai pas les adresses internet de tous les visiteurs de ce blog, je le copie-colle en note et vous invite toutes et tous à le transférer partout.

Il s'agit de sauver une petite fille d'un an.

FAIRE SUIVRE

MERCI, CECI NE PRENDRA QUE 2 MINUTES DANS VOTRE VIE !
CECI EST UN APPEL AU SECOURS VENANT DU C.H.U D'ANGERS :
MERCI DE LIRE ET DE FAIRE SUIVRE AU PLUS GRAND NOMBRE DE GENS QUE VOUS CONNAISSEZ.

Dr MATHIEU RIGAUDEAU
ASSISTANT CHEF DE CLINIQUE SERVICE DES MALADIES INFECTIEUSES
ET REANIMATION MEDICALE AU C.H.U. DE NANTES
TEL: 02.41.28.42.87
FAX: 02.41.28.26.52
BONJOUR,
AURIEZ-VOUS LA GENTILLESSE DE FAIRE SUIVRE CE MAIL A
TOUTES VOS LISTES D'ENVOIS ?
MERCI DE VOTRE IMPLICATION.

SI VOUS CONNAISSEZ UNE PERSONNE DE GROUPE "A" RHESUS NEGATIF (TRES RARE),
ET SI CETTE PERSONNE EST DE PREFERENCE DE SEXE MASCULIN ET AGEE DE MOINS DE 25 ANS, ALORS ELLE POURRA PEUT-ETRE AIDER NOELIE - 1 AN
ATTEINTE D'UNE LEUCEMIE RARE A BENEFICIER D'UNE GREFFE.
LE DELAI EST TRES COURT : 2 MOIS

CONTACTER L'ETABLISSEMENT FRANCAIS DU SANG DE
BOIS-GUILLAUME AU 02.35.60.50..50

NOELIE EST POUR LE MOMENT HOSPITALISEE A ANGERS (49)
POUR CONTACT :
FABIENNE HALOPEAU - NORMANDIE Est SERVICE..
TEL: 02.31.65.60.51
FAX: 02.31.64.21.76

FAITES SUIVRE CE MAIL, C'EST SERIEUX.
PS: A CEUX QUI EN ONT MARRE DES CHAINES: ON VA UTILISER
L'ARGUMENT BANAL MAIS VRAI: SI CA VOUS ARRIVAIT, VOUS AIMERIEZ
BEAUCOUP QUE LES GENS RENVOIENT CE MAIL, ET PEUT-ETRE,
TROUVER UN DONNEUR.

Ici, c'est la moindre des choses.
Putain de belle chaîne.
C'est marrant, juste avant, nous parlions de montagne.
On va déplacer celle-là!

23/12/2006

HA QUE MOI AUSSI!

Ha que j’y pense aussi!!!

A bras raccourcis, tout l’monde tombe sur Johnny.
Sauf moi, parce que je partirais bien aussi.

Pas pour éviter l’impôt, non.

Juste pour avoir à en payer.



podcast

Va les chercher!
Paroles et musique de ma pomme.
Emmanuel Lacordère, Pascal Arroyo, Pierre Chérèze, Sylvaine Bordy.
Montrouge

21/11/2006

"VOUS AVEZ VOTRE PAPIER?"

Au pays de Descartes et des raisonnements construits, vous m’avouerez qu’il est une situation pour le moins paradoxale:

moins tu gagnes d’argent, plus on t’en demande.

Cerise sur le gâteau: me voilà sans LE papier.

J’en ai pourtant plein la table, des papiers. Plein des classeurs, plein des chemises, plein mon sac et plein mes poches. C’est simple: à moi tout seul je suis le comité des “trop de papiers”.

HELAS, je n’ai PAS CELUI QU’IL FAUDRAIT pour conserver mon allocation d'aide au logement et être dispensé d'impôts: la déclaration de non-imposition fiscale 2005.

Pourquoi ?
Parce que je n’ai pas de quoi payer la comptable et que je ne sais pas établir moi-même le bilan catastrophique de l’année dernière.

Alors ?
Me voilà à espérer ce que la plupart de nos contemporains redoutent: un contrôle fiscal. Un vrai, avec débarquement de polyvalents, si possible accompagné de la brigade financière au grand complet, des juges d’Huy et Pons, et, si ce n’est pas trop demander, un chien renifleur de fausses factures qui aura vite fait le tour et avec lequel j’espère pouvoir aller jouer en forêt pendant que les inspecteurs retourneront mon trois pièces et ma camionette à la recherche d’un ticket de deux sacs de gazon égaré.

Vous m’avouerez que c’est quand même UN PEU paradoxal d’en venir à regretter de ne pas être pote avec un corbeau capable de rajouter votre nom dans un listing de Clearstream! Là, au moins, voilà longtemps que ce serait fait et qu’on y verrait clair.

Et les politiques, dans tout ça ?
Deux hypothèses majeures:

-soit ils ne savent rien, et ce sont des nuls.
Mais avec quinze mille visites, j’ai bien du mal à croire qu’il n’en passe jamais un par mon blog.

- soit ils sont parfaitement au courant, ne disent mot, ne bougent pas le petit doigt et sont vraiment des enfoirés.
Pas au sens “coluchien”, va sans dire.

Si vous en apercevez une troisième, n’hésitez pas: les commentaires sont ouverts ;-)

Je vous laisse pour la matinée, occupé par ailleurs à continuer de restaurer ma tronche à l’hopital des pauvres.

Sans nouvelles de ma pomme avant la fin de journée, prévenez Denis Robert... On ne sait jamais ;-)

07:10 Publié dans VITE ! | Lien permanent | Commentaires (7)

13/11/2006

PROPOSITION CONCRETE ?

medium_sdf.jpg Je lis et j'entends de tou(te)s les candidat(e)s à la Présidence de la République des tas de choses sur des tas de problèmes dont je n'ai globalement pas grand chose à faire.
Il y a un sujet cependant qui me tient à coeur et sur lequel je n'entends jamais la moindre proposition alors que nous l'avons tous sous le nez du matin jusqu'au soir.

Alors, Mesdames, Messieurs les candidats, pour l'extrème pauvreté, vous envisagez quoi ?

27/10/2006

PETIT JARDIN DES CONSEQUENCES: VIVE L'EMPEREUR!

medium_Napoleon.JPGVoilà: chose dite, chose faîte. La lettre de soutien promise par Charles NAPOLEON était distribuée dans ma boîte ce midi.

Arcole que c'est bon!
Wagram que ça fait du bien!
Austerlitz, il était temps!!!

Avec l'arrière arrière... grand oncle, c'était l'Empire.

Avec celui-ci, c'est l'En-Mieux!

Serait-ce mon côté Flambeau qui soudain se réveille
Tandis que le château s'abandonne au soleil?

"Et nous, les petits, les obscurs, les sans grades,
Nous qui marchions fourbus, crottés, malades..."

Et il a le sens de la formule: "C'est beau, c'est pas cher, il faut le faire!"

Comme promis ici, le lien vers son site ; http://www.charlesnapoleon.com/

En attendant qu'il me tire l'oreille ou que, debout sur le tunnel à douceur, il proclame aux jardiniers que "les siècles à venir vous contemplent!", je vais m'allumer une petite bouffarde.

Qui a dit: "Voilà un grave"?

medium_00072094189.jpg

"Grognard fumant sa pipe" par Charlet.

19/10/2006

COMPTE A REBOURS ;-)

C'est parti!
Je veux dire: les dossiers du Petit Jardin Des Conséquences ont été postés hier, mercredi 18 Octobre 2006 à midi, accompagnés de leur demande de rendez-vous aux élus de Tours.
Pourquoi je vous dis ça ?
Parce que je vous propose de suivre en direct le fonctionnement de notre poste et le temps nécessaire pour parler à quelqu'un dans notre beau pays.
Car...
En rentrant chez moi m'attendait une lettre d'un grand service de l'état, datée du Mardi 3 Octobre.
Postée le 5. A Tours.
Sans être un grand enquèteur, nous pouvons supposer qu'elle a été écrite dans la soirée du 3, après le départ des personnels en charge du courrier.
Le lendemain, Mercredi 4, elle a flané toute la journée dans le casier "Départ". Normal, c'est le jour des enfants et, comme c'était la Saint François d'Assise, on peut imaginer que de pieuses âmes l'aient décrété férié pour les vaguemestres tourangeaux.
Mais le 5, forte d'une énergie nouvelle, elle s'est acheminée jusqu'au bureau Tours-gare d'où, le cachet faisant foi là encore, on suppose toujours qu'elle a sauté dans le train.
Pour Paris-Austerlitz, sans doute.
Où elle a dû, TGV aidant, arriver le soir-même.

Et comme cette lettre vieille d'à peine deux jours n'était jamais venue dans la gigantesque capitale, elle s'est perdue.
Pensez donc! Il lui fallait trouver la gare de Lyon pour descendre jusqu'à chez moi, soixante kilomètres au Sud.

Si l'on imagine maintenant que mon facteur, Dieu le bénisse, me l'a apportée sitôt reçue, et on ne voit pas ce qui l'en aurait empéché, ma pauvre petite missive a erré dans Paris 12 jours!
C'était bien la peine qu'elle prenne le TGV!

Alors je vous en supplie, ami(e)s parisien(ne)s: si dans les couloirs du métro vous croisez des petites enveloppes qui vous demandent leur chemin pour telle ou telle correspondance, aidez-les! Arrêtez-vous un instant et indiquez-leur le bon itinéraire.

Songez-donc: s'il s'était agi d'une lettre de rupture, pendant quinze jours entiers j'aurais pu croire sottement que l'on m'aimait encore!

En postant les miennes au bureau de poste de Fontainebleau, attenant au célèbre château, je songeais que l'Empereur en carosse mettait trois heures à peine pour venir de Paris. Voilà deux siècles en gros.

Alors nous allons voir combien de temps ça prend dans l'autre sens et, s'il en va de même, nous proposerons au gouvernement une mesure de bon sens qui, outre le fait de regagner du temps, dynamisera l'élevage équin: remettre la malle-poste.
Fouette, cocher!

medium_regul_chrono_poste1.jpg


Ca ne s'arrange pas!
Je sais bien, hélas, qu'il est parti depuis longtemps, mais là!!!
Coluche, photographié par Laurence Sudre, m'a été posté avec quelques mots doux porte-chance Vendredi 13 de Paris-Louvre.
Il est arrivé ce matin, Jeudi 19 à Avon! Exténué.
medium_Coluche.JPG
MEME A PIED IL AURAIT ETE PLUS VITE, LE MEC!

08:05 Publié dans VITE ! | Lien permanent | Commentaires (4)

06/10/2006

IL FAUT SAUVER POLITIS!

Pas le soldat, le journal.
Spielberg, si tu nous entends...
Bill Gates, si tu passes par là.

Parce qu'il faut absolument trouver un million d'euros en un mois pour sauver l'un des seuls journaux français qui osent parler (entre autres) de mes jardins et de mon roman!
Mwarf! ;-))))))))))) (C'est pour de rire...)

Avez-vous remarqué ces temps-ci tous ces esprits libres, critiques, créatifs se débattant dans des difficultés financières ahurissantes?
(Tiens, pendant que nous y sommes, il faut sauver les soldats BONNET depuis quelques jours, GRABUGE depuis quelques semaines et MA POMME depuis une bonne trentaine d'années aussi ;-)

Certes, rien n'est interdit directement. Belle lurette que la censure n'édite plus ses décrets.
Mais les voilà étranglés économiquement et médiatiquement de façon si évidente qu'on n'a pas besoin d'écoutes téléphoniques pour entendre murmurer derrière les portes: "Mettez-moi ces connards au tapis".

Toute tête qui pense par elle-même sera tranchée.

La formule, hélas, n'est pas un monopole.

Amusant: je m'étais abonné à la lettre d'information d'un parti (de gouvernement) dont j'examinais attentivement les propositions et auquel je faisais régulièrement part des miennes.
Sans qu'il les commente ni les soutienne jamais, j'avais cessé d'y préter la moindre attention.
Quand hier, je reçois un mail "urgent" de sa part me demandant de contribuer financièrement à sa campagne présidentielle.

Genre: " Allo, Soljenitsyne? C'est Joseph Staline. T'as pas cent balles ?"

Quel dommage qu'ils aient fermé le Tintamare!

Il y a des jours, j'ai des envies de café théâtre.

medium_Bourse.2.gif

18:45 Publié dans VITE ! | Lien permanent | Commentaires (0)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu